vendredi 27 février 2009

Un petit moment de chauvinisme



Indeed:

I recall that back during his 2000 convention speech, Joe Lieberman suggested that “only in America” could a Jewish person get nominated for Vice President even though France had a Jewish Prime Minister back in the 1930s.

The kind of solipsism and hubris of that statement, or of made-up tales of automobile invention, ill-befits a country that wants and needs to play a role of genuine leadership on the world stage.


Cela dit, une des causes du Malaise français est que justement nous ne jouons plus ce rôle d'invention qui pouvait encore exister pendant la Seconde Révolution industrielle.

La France a pu jouer un rôle important dans l'automobile ou dans l'aviation (après les frères Wright) mais elle fut complètement distancée dans les Nouvelles Technologies de l'Information (même par la Finlande ou la Corée du Sud). Cette perte d'importance dans l'innovation est peut-être plus gênante que le déclin géopolitique après l'émancipation de l'impérialisme colonial.


Add. Après le voyage à Londres, je me rappelle que l'un des aspects où la France est (pour l'instant) encore nettement supérieure au Royaume-Uni est la presse "populaire" nationale. Je ne parle même pas des tabloids mais même le Metro (quotidien gratuit d'origine scandinave) britannique fait passer le Metro parisien pour le Guardian. Quand j'y étais, le titre principal avec photo sur toute la couverture était : "Un homme de 75 ans fait du roller". Et dans l'intérieur, il n'y avait strictement aucune information politique ou internationale à part les Oscars.

6 commentaires:

  1. Argument qui fonctionne moins bien depuis le Premier Président Noir - je ne voudrais pas paraître pessimiste, mais le premier président arabe, c'est quand même pas pour demain. Ou même le premier président antillais...

    RépondreSupprimer
  2. Qui sait ? On - y compris moi - disait la même chose pour les USA avant Obama.

    Et la France au moins peut avoir un Président athée (je crois que si McCain avait gagné, il aurait été le premier Président divorcé, mais en France aussi cela ne date que de 2007).

    RépondreSupprimer
  3. J'ai peur que ces maudits Anglois ne nous battent sur ce point : Benjamin Disraeli précède Léon Blum de 62 ans. Mais la vraie comparaison avec un vice-président étatsunien doit à mon sens se faire avec un président du Sénat : et là, grâce à Gaston Monnerville, nous avons marqué un solide point.

    Une autre comparaison déloyale mais amusante serait à propos du lieu de naissance. Alors que tous les présidents américains doivent être nés sur le continent, des étrangers sont venus chez nous : Valéry Giscard d'Estaing est né à Coblence et Paul Deschanel à Schaerbeek, en Belgique. Nous sommes bien plus ouverts d'esprit, nananananère !

    RépondreSupprimer
  4. Ah, non, Disraeli était converti à l'anglicanisme.

    Bon, certes, si on pinaille, Blum devait être athée. On n'a donc pas encore eu un Chef de gouvernement juif religieux comme l'aurait été le VP Joe Lieberman (qui refusait même de voter le samedi).

    RépondreSupprimer
  5. Sur la judéité de Disraeli, on peut lire ceci, via Wikipédia : “Yes, I am a Jew and when the ancestors of the right honourable gentleman were brutal savages in an unknown island, mine were priests in the temple of Solomon". Bref, on s'en fiche un peu, mais c'est juste pour rappeler que nos amis d'outre-Atlantique n'ont pas le monopole de la tolérance.

    Enfin, toutes mes félicitations pour votre défense du chauvinisme français contre le chauvinisme anglais. La Patrie vous est reconnaissante. :oP

    RépondreSupprimer
  6. Perfide Albion ! :)

    Non, c'est vrai, je crois que le Royaume-Uni n'a jamais eu une tradition anti-sémite aussi forte qu'en France, surtout à la fin du XIXe siècle même avant l'Affaire Dreyfus, où Drumont ou les Français d'Algérie créent des partis avec comme seul programme l'antisémitisme. Il y a quand même une part de vérité dans ce que Zeev Sternhell a montré sur les origines françaises de ces courants.

    D'un autre côté, l'anti-papisme joue peut-être un rôle analogue en Angleterre - on a lynché des Catholiques après l'incendie de Londres de 1666, il y a encore des émeutes en 1780 contre l'abolition des lois anti-papistes jusqu'à ce que le Duc de Wellington accorde enfin le droit de vote aux Catholiques en 1829. Mais Blair doit encore attendre de quitter le gouvernement pour annoncer sa conversion à l'Eglise de Rome.

    Il y a eu, je crois, des tensions anti-sémites après les meurtres de Whitechapel en 1888, mais cela se confond sans doute avec une xénophobie plus générale contre des immigrants.

    RépondreSupprimer