jeudi 26 mars 2009

Ouï-dire autour des Cours



  • Une stratégie rhétorique dont j'abuse parfois comme d'autres est d'inverser des références historiques, par exemple en disant que tel critique républicain américain a un rapport "jdanovien" à la culture en voulant censurer les oeuvres jugées trop anti-conservatrices. Cette figure facile était favorisée par le "néo-conservatisme" avec ses origines complexes chez d'anciens trotskistes comme les Kristol, et le ton "révolutionnaire" qu'utilisent parfois les Conservateurs.

    Mais après avoir entendu à la radio un chef d'entreprise dénoncer le "nouveau maccarthysme" de ceux qui veulent interdire les parachutes dorés ou les bonus d'entreprises ayant reçu de l'argent de l'Etat, je fais le voeu de ne plus jouer à ça. Un paradoxe usé devient vite fatigant.

    Et je limiterai le mot "fascisme" à Fini, ou à Glenn Beck, pour ne plus le vider de son sens.

  • Christine Kelly (ancienne journaliste de LCI, groupe TF1, elle a un site web de fans) a publié une biographie de François Fillon, elle est nommée au CSA en janvier dernier par Gérard Larcher (je ne suis pas abonné à @rrêt-sur-images mais ils en avaient parlé, en se demandant si sa bio de Fillon avait aidé). Comme elle est d'origine guadeloupéenne et qu'elle aurait plu à Badinguet pour un exposé sur les DOM, la rumeur la pressent maintenant au Gouvernement (mais peut-être pas aux DOM-TOM justement parce que ce serait trop prévisible). On peut toujours faire confiance à ce Gouvernement pour gagner les campagnes médiatiques pour changer le sujet.

    Sans vouloir être désagréable envers Kelly (car après tout, elle ne pourrait être que meilleure que le motodidacte Christian Estrosi, qui disait que l'Outremer ne rapportait rien politiquement pour ses électeurs, ou même ce pauvre Yves Jégo, plus préoccupé de Montereau-Fault-Yonne), ce n'est sans doute pas à Audrey Pulvar de France 3, qui a critiqué courageusement et publiquement les réformes actuelles du service public à la télévision qu'on proposerait cela.

    Cela évoquerait presque l'Administration Bush qui nommait des personnalités de Fox News comme Tony Snow - si ce n'est que Murdoch/Ailes servait Bush/Cheney alors que Badinguet sert souvent Bouygues.

  • En novembre 2005, la philosophe Monique Canto (dite MCS) avait été nommée par Jacques Chirac Directrice de l'Ecole normale supérieure pour un mandat de 5 ans (contre le physicien Gabriel Ruget, qui se représentait pour son second quinquennat). Cela avait déclenché une longue crise à l'ENS surtout auprès de certains Départements littéraires en novembre 2006-février 2007 (à l'époque j'en avais parlé un peu dans un ancien blog et reçu quelques trolls très agressifs avec menaces physiques envoyées d'un IP de l'Ecole polytechnique).

    Des Directeurs de Département avaient démissionné, des pétitions d'anciens Directeurs demandant son départ avaient circulé, et finalement MCS avait complètement gagné, faute de combattants.

    La reconduction approche et curieusement, les relations s'inverseraient. En effet, le directeur-adjoint des sciences, le physicien Y. Guldner serait (d'après une rumeur) devenu un rival potentiel de MCS pour le prochain quinquennat. Certaines des factions anti-MCS jugeraient que Guldner, par son soutien plus enthousiaste aux réformes universitaires actuelles, serait finalement pire que MCS, devenue un moindre mal.

    En plus, MCS, qui était proche de DSK ou peut-être Bockel, mais qui a aussi eu une fonction très claire de "pot de fleur intello" dans une émission d'Elkabach sur Public Sénat, n'a peut-être plus beaucoup de relais dans la Cour actuelle (en dehors d'Alexandre Adler), alors qu'elle avait su cultiver l'amitié de Bernadette Chirac.

  • Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire