mercredi 15 avril 2009

Le Messie et le Surhomme



Le Christianisme a souvent un contraste entre une figure charitable, sulpicienne, presque larmoyante dans son humilité du Sauveur et toute une civilisation qui exalte le Héros dans sa force, et ces différences pouvaient se disperser sur les Personnes de la Trinité entre le Père et le Fils (plus le Culte marial pour satisfaire d'autres désirs de protection presque infantiles).

La culture chrétienne européenne semble depuis au moins les années 60 avoir choisi plutôt la représentation hippie, mais la culture évangéliste américaine reste plus partagée, avec des traces de la violence du "Roi", du "Lion" qui détruira ses ennemis (ce qu'on voit aussi bien dans le succès des romans apocalyptiques Left Behind que dans les romans de l'anglican C.S. Lewis sur Narnia, où le Lion Aslan-Jésus n'est pas particulièrement miséricordieux). Une culture qui idolâtre le Sport et le Succès en ce monde aurait du mal à complètement accepter que leur Dieu est un freluquet un peu loser, qui souffre et meurt ; même son martyre de l'Agneau Pascal doit être transformé avant tout en une sorte d'exploit athlétique ou de preuve d'ascèse physique, comme le montre l'illustration ci-contre qui tient plus de Miltiade, Samson ou Conan le Barbare que de Jésus.

Via Worst Cartoons Ever, un dessin animé sans doute réalisé par des Chrétiens conservateurs contre les Témoins de Jéhovah, où on voit une vision de Jésus comme avant tout un Ange de Colère.



Le mouvement des Témoins de Jéhovah fut fondé par Charles Russell (1852-1916) à la fin du XIXe siècle ("3e Grand Eveil" américain, période de Millénarisme). Ce Russell ne commença que comme un Chrétien protestant évangéliste disant retourner au texte. De fait, sa lecture fut assez radicale, puisqu'il revient à remettre en cause non seulement la Trinité (comme les Unitariens) mais même la "divinité" du Christ (comme les Ariens). Jésus est créé comme le "fils" divin mais il n'est pas identique au Père, étant bien subordonné comme une sorte de premier des Anges - d'où l'idée qu'il est aussi identique à celui qu'on appelle l'Ange Mich(a)el (qui n'apparaît que deux fois dans l'Ancien Testament (Josué 5. 13-15 ; Daniel 10-12, à chaque fois comme un aspect martial du Seigneur El).

Je ne sais quelles parties du dessin-animé sont exagérées ou trop caricaturales, mais voir Jésus en Charles Bronson superhéroïque a quelque chose de fascinant. Ils ont l'air très choqués que les Témoins nient qu'il soit mort sur une croix mais plutôt sur un Pieu ou un autre gibet.

Le dessin animé néglige en tout cas un aspect où les Témoins de Jéhovah sont moins angoissants que les Chrétiens évangélistes puisqu'ils refusent l'Enfer, n'y voyant qu'une simple métaphore pour l'absence de Dieu.

Les mêmes producteurs chrétiens avaient fait un dessin animé contre les croyances des Mormons. Ils ironisent un peu moins sur le Jésus Mormon mais ils insistent sur l'aspect science-fiction : les Mormons ont plusieurs Dieux sur plusieurs planètes et Satan est le frère angélique de Jesus (ce qui forme une nouvelle conception d'une trinité).

5 commentaires:

  1. - Quelle est la différence entre les témoins de Jéhovah et les testicules ?

    Ils arrivent toujours par deux mais on ne les laisse jamais entrer.




    Désolé.

    RépondreSupprimer
  2. En ce moment, les blagues portent aussi sur un sujet proche : ce qu'on appelle en argot anglais le "teabagging" ("trempage de sachet" ?) parce que les Républicains appellent leur mouvement contre les impôts les "Tea Parties".

    RépondreSupprimer
  3. All,
    Je ne veux pas paraître trop technique mais c'est plutôt le point commun.

    RépondreSupprimer
  4. Je n'osais pas demander, effectivement. :-)

    RépondreSupprimer
  5. Oui en effet vous faites bien de rectifier. j'aime bien la précision.

    RépondreSupprimer