lundi 31 août 2009

Brèves



  • Au Gabon, selon un correspondant (un peu narquois), Ali Bongo fait sérieusement campagne "sur le fait qu'il incarne la rupture et le changement", après 42 ans de dictature de son père, dont il était ministre de la Défense.

  • Le système inhumain de la santé américaine : "votre mari a une maladie dégénérative ? Vous devriez divorcer, les coûts vont devenir astronomiques".

  • Une bonne illustration du sophisme conservateur selon lequel la couverture santé serait nécessairement une ressource rare qui exige que certains en soient privés pour que les autres puissent avoir des soins adéquats.

    18 000 personnes meurent chaque année aux USA seulement à cause de l'absence de couverture médicale. Mais les spin doctors disent qu'en parler en termes moraux ne serait pas convaincant.

  • L'ancien chef de la minorité démocrate et qui a failli devenir Tsar d'Obama sur la réforme de la santé (avant qu'on ne découvre qu'il ne payait pas ses impôts), Tom Daschle ne voit pas de problème à être employé par l'assureur privé UnitedHealth Group avec un argument-massue "Vous préféreriez qu'ils payent Glenn Beck ou Sarah Palin ?".

  • Greenwald sur la méritocratie américaine :


    They should convene a panel for the next Meet the Press with Jenna Bush Hager, Luke Russert, Liz Cheney, Megan McCain and Jonah Goldberg, and they should have Chris Wallace moderate it. They can all bash affirmative action and talk about how vitally important it is that the U.S. remain a Great Meritocracy because it's really unfair for anything other than merit to determine position and employment. They can interview Lisa Murkowski, Evan Bayh, Jeb Bush, Bob Casey, Mark Pryor, Jay Rockefeller, Dan Lipinksi, and Harold Ford, Jr. about personal responsibility and the virtues of self-sufficiency. Bill Kristol, Tucker Carlson and John Podhoretz can provide moving commentary on how America is so special because all that matters is merit, not who you know or where you come from.


  • J'ignore les vraies causes sociales de la faible natalité japonaise mais Matthew Ygg dit qu'il faudra bien que le Japon augmente l'immigration pour compenser le vieillissement, même s'il y a des résistances culturelles.

    Un commentateur conservateur rétorque que le Japon ferait mieux de restreindre l'avortement... mais un autre raconte alors le cas de la dictature roumaine et je n'avais jamais vu formuler ainsi l'enchaînement causal du désastre :


    "There’s at least one country where restricting abortion did work, and in combination with pro-natalist policies led to a population boom. Ceaucescu’s Romania was able to get the birth rate from around 2.5 children per woman to around 3.0, and all it took was virtual bans on abortion and divorce, a total ban on contraception, a 20% additional flat tax on childless people over the age of 25, uniformed police administering mandatory monthly pregnancy tests to all women of childbearing age, and requiring married couples who had not borne a child recently to testify under oath regarding their sex lives. Also, as a bonus Romania got an epidemic of deaths from illegal abortions, an army of homeless street children, and an overloaded orphanage system requiring the reuse of medical supplies from adult hospitals, which led to half of the continent’s juvenile AIDS cases. Win-win!"

  • Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire