jeudi 10 septembre 2009

Le discours d'Obama sur la réforme santé



  • retranscription chez Ezra (qui le commente de manière positive comme un plan réformiste modéré qui pourrait au moins passer. Mais il rappelle de ne pas se faire d'illusions sur l'Option publique qui ne concernera qu'une petite partie de la population (employés de petites entreprises, chomeurs et non-assurés) et sera peut-être peu intéressant si elle demeure peu compétitive.

  • Kevin Drum, pourtant assez centriste, continue de trouver Obama trop attaché au consensus bi-partisan. Mais Obama a gardé l'idée d'une obligation de couverture médicale pour ceux qui peuvent se la permettre.

  • Quiddity est déçu par le "réformisme" :
    That sounds like keeping health care a profit-making business for the most part. That's not a solution.

    Fixing the problem of cost and coverage, especially at the national level of GDP percentage for a developed country, means a Japanese-Euro-Canadian approach.

    But Americans seem to like being different (or so we're told). Exceptional, you might say. To their disadvantage.


  • Le sondeur Nate Silver pense que le discours est efficace et rusé dans son pragmatisme.

  • Yglesias fait remarquer que l'interruption de l'élu de Caroline du Sud qui a hurlé "Menteur !" a beaucoup choqué dans les traditions américaines mais serait standard dans le Parlement britannique. Add. Sullivan précise que malgré les émotions du Parlement, le cri de "Vous mentez" serait considéré déplacé à Londres aussi.



    Le fait que Joe Wilson, ce Représentant de Caroline du Sud républicain, soit un ami de Strom Thurmond, l'un des derniers ex-Dixiecrates ouvertement racistes du Congrès est sans doute une coïncidence.

  • 3 commentaires:

    1. J'ai regardé le discours qu'on avait enregistré à mon retour chez moi hier soir et je l'ai trouvé très réussi – l'interjection par le représentant républicain de Caroline du Sud (« You lie ! ») a plutôt choqué le public qui suivait le discours, je pense, et soulignera l'intransigeance presque démente du parti républicain. aux propositions d'Obama. On suivra de près l'évolution de l' « option publique » pour voir, au cas où l'on l'abandonne, s'il est question de combines ou de simple lâcheté politique.

      RépondreSupprimer
    2. J'aime bien le visage stupéfait de Nancy Pelosi au moment de l'interruption de Joe Wilson.

      RépondreSupprimer
    3. > Édouard
      Oui, surtout que Joe Wilson mentait sans doute dans son attaque sur les immigrés clandestins. La Maison blanche a accepté ses excuses.

      Oui, il semble bien qu'Obama soit prêt à renoncer vite sur l'option publique (même Ezra, qui a souvent dit qu'on était trop obsédé par ce point, pense qu'Obama a concédé trop vite dans le discours que l'Option publique ne toucherait de toute manière quasiment personne et ne gênerait pas le privé).

      > MB
      Ce qui est aussi drôle est que Wilson soit l'ancien page de l'immonde ségrégationniste hypocrite Strom Thurmond. On comprend mieux l'irritation de l'Honorable Représentant de Caroline du Sud.

      J'aime bien cette citation de Theodora Burr en 1808 : In South Carolina there is less enterprise, less public spirit, than in any other state; and that, Heaven knows, reduces it low enough.

      RépondreSupprimer