samedi 12 septembre 2009

Tolérance unilatérale



Cette anecdote en Flandre est racontée par un Britannique "laïc" mais libéral et opposé aux lois françaises sur les signes religieux à l'école.

A Anvers, les écoles publiques interdisent les voiles et une directrice, Karin Heremans du lycée du Koninklijk Atheneum (cela concernait aussi l'Athénée d'Hoboken), décida de s'y opposer, en maintenant l'autorisation des voiles dans son établissement. Au bout de quelques années, comme les voiles sont interdits dans les autres écoles, ils se retrouvent tous à l'Athénée Royal, où le voile devient très largement majoritaire. La directrice commence à assister à des pressions sur celles qui ne le portent pas et est donc contrainte à interdire tous les signes religieux à son tour pour protéger ces dernières à l'Athénée Royal pour la rentrée 2009.

Depuis, elle est victime de harcèlement et de menaces - tout cela parce qu'elle avait voulu se montrer plus "tolérante". Plusieurs douzaines d'élèves ont été désinscrites par leurs parents. Mais Heremans dit être aussi soutenue par des parents musulmans qui n'osent pas assez s'exprimer publiquement suite aux manifestations de certains imams devant l'école. Elle réclame donc maintenant une législation nationale pour que cela ne dépende plus des choix autonomes des écoles.

Voir la La Libre Belgique :

Mais à l’athénée de Hoboken, l’autre école concernée, les choses avaient tourné à l’affrontement. Des slogans tels que "Tous les Flamands dehors" avaient été scandés et des menaces de mort proférées à l’encontre de professeurs. L’interdiction de manifester avait suivi, le bourgmestre estimant que, vu la tournure prise par les événements, la liberté d’expression butait désormais contre le droit de choisir librement et sereinement son école.

Chris Weyers, directrice de l’athénée de Hoboken, persiste et signe. Elle estime, dans les colonnes du "Morgen", que son établissement est devenue une école-ghetto, où 96 % des élèves sont musulmans et où l’on assiste ces dernières années à une radicalisation des esprits. Elle se défend de toute attitude anti-musulmane, arguant notamment qu’elle organise des cours de néerlandais à l’usage des mères d’élèves. Mais elle affirme aussi, cette fois sur la première chaîne de la VRT, que des élèves sont intimidées par mail, par SMS ou par téléphone.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire