mardi 20 octobre 2009

Pauvre Frank Miller



Via Edroso, Frank Miller, le dessinateur libertaro-républicain, - en réponse aux lamentations de son ami l'historien militaire Victor Davis Hanson (pour qui Hérodote et Xénophon exigent que vous souteniez Fox News et Sarah Palin) explique pourquoi avec tous ces horribles gauchistes à Hollywood il ne peut plus rien regarder au cinéma.

Mais heureusement, il reste un espoir pour Frank Miller, autour de Gary Sinise ou ce dérangé de Jon Voight :

Many in Hollywood still whine about “The McCarthy Era,” which is ironic, given that McCarthy lost and the Left won.

So the pervading atmosphere is at direct odds with any attempt at heroic drama. In response, a fast-growing group called FRIENDS OF ABE has taken shape in hope of reclaiming heroism–and patriotism–to the screen.


Pour ces "Amis de Abe" dont se réclame Frank Miller (des acteurs ultra-conservateurs geignards qui se disent marginalisés par les Maoïstes de Tinseltown), voir cet article. Curieusement, même d'autres acteurs conservateurs comme Bruce Willis n'ont pas rejoint ce club.

4 commentaires:

  1. Quoi qu'il en soit, j'aime les bandes dessinées de Franck Miller et le premier Sin City est un de mes albums préférés. Et je sais que ce commentaire ne présente aucun intérêt.

    RépondreSupprimer
  2. Tu vas finir par me convaincre... Reste que la lecture de Liberty offrait quand même d'autres voies d'interprétation (avec une dénonciation de l'apartheid, de l'appareil militaro-industriel et d'une future guerre impérialiste moyenne-orientale). Ses prises de positions contre la censure, contre la religion (au moment du 9/11), contre le racisme et le sexisme, ou encore la représentation d'un super-héros anarcho-communiste (Green Arrow) en font un libertarien plus ouvert que la caricature d'extrême-droite que tu présentes. Même s'il est possible de la projeter comme tu le fais (et de dénoncer ses fantasmes homophobes, sa hantise d'un état thérapeutique ou le caractère fasciste de certains de ses héros), je crois que c'est le résultat d'une lecture peu charitable de ses oeuvres. Je continue de regretter que sa veine soit épuisée et qu'il n'est rien produit de bon depuis 300.

    RépondreSupprimer
  3. En fait, je reconnais que ma connaissance de l'oeuvre de Frank Miller est très limitée et je dissocie ce qu'il est devenu (en effet plus un Libertarien, mais avec une dose de nationalisme, sans doute) et ses BD. J'aimais seulement un peu le jeu des contrastes noir/rouge dans Daredevil (oui, donc pas grand chose en fait) mais je n'ai jamais accroché à Dark Knight, ce qui m'a vite écarté, pour des raisons purement graphiques et non pas idéologiques.

    Goodtime, tu n'aimes pas les contrastes de Sin City au moins au début ?

    Pour qu'on ne me croie pas jdanovien, je continue de beaucoup aimer l'expressionisme de Jim Steranko ou certains aspects cauchemardesques de Steve Ditko et ils sont sans doute tous les deux infiniment plus fachos que Frank Miller.

    RépondreSupprimer
  4. Si j'aime bien les trois premiers épisodes de Sin City, c'est juste qu'ils sont antérieurs à 300. Mes oeuvres préférés sont Elektra Assassin, Liberty 1, Ronin, Dark Knight 1, Sin City et 300. Il y a des choses beaucoup plus faibles.

    RépondreSupprimer