mardi 3 novembre 2009

Totem triste


Encore un rappel qu'il ne faut pas être trop superstitieux sur les nécros et qu'il faudrait préparer une longue note par avance. Je me retrouve trop dépassé par le temps pour dire autre chose que des banalités sur le décès de Claude Lévi-Strauss, à un mois de ses 101 ans.

Claude Lévi-Strauss était une intelligence et une capacité de travail prodigieuses. Il peut y avoir des doutes sur la vérité ou même la vérifiabilité empirique de certaines thèses massives de son "anthropologie structurale" (ou sur une attraction excessive pour certains formalismes mathématiques, comme cette fameuse "formule canonique du mythe") mais personne ne peut douter en le lisant d'un génie presque effrayant quand il embrassait les matériaux ethnologiques mais aussi les données concrètes d'histoires naturelles, en digne héritier de Marcel Mauss ou de Franz Boas.

Mais une remarque sur la bio dans le New York Times :

Claude taught in a local high school, the Lycée Janson de Sailly, where his fellow teachers included Jean-Paul Sartre and Simone de Beauvoir.


J'ignorais complètement ce fait. Cela devait être un peu étrange d'avoir comme profs de philo en Terminale vers 1930 tous ces jeunes gens seulement trentenaires qui devaient tous dominer la vie intellectuelle de l'après-guerre.

Add. En vérifiant, il a été élève à Janson de Sailly (puis en prépa à Condorcet) mais après l'agrégation, il a enseigné à Mont-de-Marsan (1931 - il s'y présente pour la SFIO) puis à Laon (1933). Il part au Brésil en 1935, donc je ne sais pas si l'information du New York Times est juste.

Baptiste illustre bien le sens de l'humour du Totemisme contemporain.

Add. Décidément sourcilleux d'Identité nationale, Le Figaro.fr titrait dans les dépêches Google :

L'ethnologue et sociologue belge
Claude Levi-Strauss est décédé
www.lefigaro.fr

Il est né à Bruxelles mais je ne crois pas qu'il soit resté belge, si ??

Add.
René Girard (malgré tout ce qu'on peut reprocher à son primat de la violence réelle sur tout rituel symbolique) faisait une remarque qui me paraît assez juste sur Lévi-Strauss (dans "Différenciation et réciprocité", repris dans La voix méconnue du réel p. 72).

Lévi-Strauss, philosophe de la dialectique et des structures intellectuelles qui fonctionnent à l'insu des sujets, paraît complètement opposé à Henri Bergson, philosophe de l'intuition immédiate et du continu (pour qui l'intelligence n'est qu'un outil d'homogénéisation de ce continu). Pourtant, une même musique les unit, ce genre de beau passage ("Finale" des Mythologiques, L'Homme Nu, 1971 p. 603) ne peut qu'évoquer du Bergson, si on ignorait l'auteur :

La fluidité du vécu tend constamment à s'échapper à travers les mailles du filet que la pensée mythique a lancé sur lui pour n'en retenir que les aspects les plus contrastés.


Add. L'expression "Tristes portiques" se trouve dans la tragédie de Casimir Delavigne, Les Vêpres siciliennes, V, 1, v. 10 (1819) :
Quels sinistres adieux ! tes accents prophétiques
Retentissent encor sous ces tristes portiques.

Et Delavigne avait le 28e Fauteuil de l'Académie (celui de Sainte-Beuve) alors que Lévi-Strauss avait le 29e (celui de Claude Bernard et Ernest Renan).

Add.
La revue Sciences humaines avait un numéro spécial sur Lévi-Strauss qui comporte cette brève discussion critique sur la prohibition de l'inceste dans Les Structures élémentaires de la parenté. Le problème est que dès que le concept d'inceste est lui-même relatif à une société (cf. entre cousins), la thèse paraît déjà un peu moins stricte.

Je ne connais pas la littérature anthropologique sur la question et j'ignore si sa thèse fameuse sur ce tabou (seule règle culturelle mais universelle) comme contrainte d'échange n'était pas déjà chez Durkheim en 1896, même avant l'anthropologie du don chez Mauss.

Add.
Dans les commentaires, Sr rectifie l'info sur Janson de Sailly :
En ce qui concerne l'info du NYT, ils doivent faire référence au fait que CLS a fait un stage d'agrégation dans son ancien lycée (Janson) avec Merleau-Ponty (pas Sartre) et Beauvoir.


Add.
Un jeu de rôle sur les Voyageurs & Explorateurs.

6 commentaires:

  1. le Figaro est soucieux d'identité national mais étrangement converti au ''jus soli''.

    RépondreSupprimer
  2. Exactement ! C'est peut-être une bonne nouvelle en un sens, surtout que d'habitude les Français sont prompts dans le sens inverse à s'approprier des personnalités belges ou suisses.

    RépondreSupprimer
  3. Dans le premier numéro de la revue Books, il y avait un entretien avec un américain qui contredisait la thèse de Levi-Strauss sur l'inceste.
    Là je suis en vacance et ne peut fournir la référence exacte !

    RépondreSupprimer
  4. Vu ce matin sur le portail suisse Pnyx.com, un hommage surprenant au grand homme : sous la forme d'un sondage !



    Merci, Monsieur Lévi-Strauss ! Si je ne pouvais emporter qu'une seule de vos idées …


    « On ne peut rien comprendre ou juger que grâce à la mémoire »,

    « Je hais les voyages et les explorateurs »,

    « L'homme est un être vivant »,

    « Pas plus que l’ordre du monde, l’ordre social ne se plie aux exigences de la pensée »

    « Seule la musique permet l'union du sensible à l'intelligence »,

    « Il ne peut exister un hiatus complet entre la pensée et la vie »,

    « L’humanité … /… s’apprête à produire la civilisation en masse, comme la betterave ».



    Pour voir le détail, aller à : http://www.pnyx.com/fr_fr/sondage/403 , avec, pour chacune de ces "idées", un extrait des citations dans leur contexte, permettant d'embrasser la portée de ces réflexions.

    RépondreSupprimer
  5. En ce qui concerne l'info du NYT, ils doivent faire référence au fait que CLS a fait un stage d'agrégation dans son ancien lycée (Janson) avec Merleau-Ponty (pas Sartre) et Beauvoir.

    Quant à sa naissance à Bruxelles, c'est dit-il "par hasard", son père, portraitiste, avait trouvé des commandes là-bas.

    Source : CLS, D. Eribon, De près et de loin,

    RépondreSupprimer
  6. Des comics à Levi-Strauss, mais il n'y a que du bon sur ce blog !

    Je faisais une petite recherche et à
    "Le livre contient 483 994 mots. On estime que le Mahābhārata a 1,8 millions mots, soit environ 4 fois Infinite Jest. Prends ça, David Foster Wallace. "
    je me suis dit, ça ressemble à du Stephen Colbert, ça !

    En tout cas, RSS immédiat !


    Noam.

    RépondreSupprimer