mardi 25 janvier 2011

Démosthène et les Idoles


  • Le Discours du Roi a l'air assez divertissant si on le considère comme une fiction (le Bègue devient Démosthène et sauve sa nation du fascisme à lui tout seul en réussissant à vaincre les démons de l'Inconscient), mais Christopher Hitchens fait remarquer que si le film présente enfin le Roi Edward VIII comme un fasciste pro-nazi (au lieu d'un mari romantique), il peut aussi faire croire que Churchill soutenait le passage du Trône à George VI (bien que Churchill ait lutté contre Chamberlain, il était partisan de garder le jeune roi nazi) et, à l'inverse, le film oublie que son successeur George VI sortit de sa neutralité royale pour soutenir publiquement contre Churchill et l'Opposition la politique d'appaisement du premier ministre Chamberlain pendant les accords de Munich.

    Mais, comme le montrait The Queen, on aura droit à une campagne médiatique pour faire accepter encore une fois à ce peuple burkien que leur dynastie de Hanovre-Saxe-Cobourg-Gotha serait vraiment le ciment de leur unité nationale par leur fragile humanité transcendée par le Corps mystique du Roi-Thaumaturge ("Harry" se métamorphosant en Henry V).

    In a few months, the British royal family will be yet again rebranded and relaunched in the panoply of a wedding. Terms like "national unity" and "people's monarchy" will be freely flung around. Almost the entire moral capital of this rather odd little German dynasty is invested in the post-fabricated myth of its participation in "Britain's finest hour." In fact, had it been up to them, the finest hour would never have taken place.




  • Je ne sais si c'est vrai mais ce bègue fait remarquer que l'explication psychanalytique du bégaiement utilisée dans le film (de manière purement romanesque) serait plutôt discréditée dans la littérature scientifique actuelle.
    The best research has failed to show that people who stutter, as a group, are more neurotic or have more psychological disorders than those who do not stutter. We do not think that children begin stuttering because of any serious emotional difficulties.
    What, then, causes stuttering? The only honest answer is that nobody really knows. Various brain scanning studies have identified a few interesting correlations, such as abnormal circuitry in the basal ganglia.   (Damage to the basal ganglia can also trigger sudden adult onset stuttering.) Interestingly, stutterers seem to show increased activity  in areas of the brain devoted to speech movements, such as the primary motor cortex. It’s as if the stammer is triggered by an excess of planning, much like the yips in golf. What’s important to note is that these differences aren’t triggered by deep-seated emotional problems. Instead, they are mostly mechanical defects, rooted in the machinery of translating our thoughts into a set of complex bodily movements.

  • Edroso ironise sur les commentateurs "républicains" (au sens américain actuel, pas au sens réel) qui y voient un grand film "conservateur" et imagine qu'ils pourraient aussi bien dénoncer dans d'autres circonstances un film en faveur du Freudisme et de minorités bègues traumatisées par leur enfance comme dans l'article du WSJ ci-dessus.

  • Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire