jeudi 15 septembre 2011

Le nom du beau-père



  • L'ancien chef gallois du Parti travailliste Neil Kinnock (actuellement Lord Kinnock) n'a jamais pu gagner le pouvoir au Royaume-Uni de 1983 à 1992 (il devint ensuite un membre de la Commission européenne) mais si la dirigeante du Parti social-démocrate danois Helle Thorning-Schmidt avait le nom de son mari, fils de Neil et député européen, ce serait la victoire de "Helle Kinnock".

    L'Internationale Socialiste (actuellement dirigée par le malchanceux Georgios Papandréou II, fils d'Andréas et petit-fils de Georgios I) sert finalement à quelque chose.

  • Cela n'a rien à voir, mais comme je commence à jouer au jeu de simulation informatique Europa Universalis III (après avoir lu ce récit de partie où l'Irlande conquiert l'Angleterre), mais je n'avais pas admiré à quel point les juristes de Louis XIV avaient pu être hypocrites en se servant du droit belge de Dévolution pour prétendre aux Pays-Bas espagnols, alors que toute la monarchie française était fondée depuis 300 ans sur la Loi salique (en tout cas depuis sa réinvention par Philippe VI de Valois [Edit. Non, Philippe V]).

    Mais j'imagine que la conception pré-moderne était justement de tenir compte de la mosaïque bariolée de tous les système de droit régionaux sans aucune cohérence. C'est sans doute de "bonne guerre" pour une multinationale de jouer aujourd'hui aussi sur les contradictions des différents codes.

  • A cause de la série HBO Game of Thrones, j'ai relu Song of Fire and Ice de GRR Martin cet été. Si je suis un peu déçu par l'évolution des derniers romans, j'admire beaucoup la quantité de détails sur les siècles passés comme une reprise de la guerre sur la Loi salique (peut-être inspiré par le fait réel de la Guerre civile anglaise de 1135–1154 quand Etienne de Blois contesta l'héritage de sa cousine Mathilde).

    Plus de 170 ans avant le roman, la dynastie des Targaryens avait déjà été déchirée par une guerre civile entre frère et soeur, dite "Danse des Dragons". Le prince Aegon II, né d'un second lit, avait défié l'héritage de sa demi-soeur aînée Rhaenyra, unique survivante du premier mariage et héritière présomptive. Comme Rhaenyra fut dévorée par le dragon d'Aegon, le fils de Rhaenyra, Aegon III exécuta la dernière dragonne quand il devint roi en l'An 130 de la dynastie.

  • 2 commentaires:

    1. Attention Phersu. Ce n'est pas depuis Philippe VI que la France utilise la loi salique. C'est depuis Philippe V, son cousin, qui s'en est servi pour succéder à son frère Louis X. Sans loi salique, le royaume aurait été transmis par la fille de ce dernier, Jeanne de Navarre, à son mari Charles le Mauvais.

      Étienne

      RépondreSupprimer
    2. Corrigé ! Cela ne m'étonne pas que tu te souviennes de ces détails. :)

      RépondreSupprimer