mardi 3 janvier 2012

L'état du jeu de rôle



  • Shannon Appelcline (qui vient de sortir l'épais Designers & Dragons) a une synthèse sur l'année 2011 en jeu de rôle : déclin de l'industrie du jeu et notamment de Wizards of the Coast, essor du PDF, retour des Licenses.

  • Obsolescence programmée en accélération : la première édition d'AD&D est de 1978, la seconde est onze ans après (1989), la troisième est à nouveau onze ans après (2000), la quatrième fut huit ans après (2008).

    Si la 5e de D&D sort vraiment en 2013 comme le dit une rumeur, ce serait un délai de seulement 5 ans... Cela laisse imaginer une 6e édition pour 2015 ?

  • The Escapist a un article sur l'avenir du jeu avec quelques interviews, mais, en raison de la Crise de WotC, c'est relativement D&D-centrique et vague.

  • Via Rob Coley et John Wick, l'idée que le jeu de rôle commence à devenir comme d'autres activités (pour ainsi dire "immatérielles" au sens gorzien) de notre société un Marché de Longue Traîne.

    Les coûts de fabrication baissent tellement que les niches ultra-spécialisées peuvent encore plus se disperser : cela va tendre à vendre de plus en plus de produits nombreux à des "cibles" de plus en plus restreintes.

  • 7 commentaires:

    1. J'ai lu l'article de Shannon... FFG is also pushing their board game lines like Arkham Horror toward novels : euh... ils connaissent pas un certain "Lovecraft" ?

      RépondreSupprimer
    2. NB-- L'industrie du jeu de rôle va peut-être mal mais le jeu de rôle, lui, va très bien, du moins de mon point de vue... Glorantha renaît, il y a une explosion de produits d100, des tonnes de suppléments géniaux gratuits sur internet (connaissez-vous Secret Santicore ?).... tout va bien !

      RépondreSupprimer
    3. Des romans tirés de la franchise boardgame sont susceptibles d'être mieux vendus que ceux d' HPL.

      Le sempiternel questionnement sur la "santé" du jdr tient plus d'un retour sur soi, à mon avis. Beaucoup s'accordent à détester Wotc avant et après Hasbro, mais s'inquiètent chroniquement de son éventuelle disparition, que ce soient les tenants du narrativisme ou de l'OSR.

      RépondreSupprimer
    4. @Anonyme. Alors là franchement je m'en branle de WotC et de Hasbro. Et si des romans tirés d'une franchise basée sur l’œuvre de Lovecraft devaient se vendre mieux que l’œuvre de Lovecraft elle-même, l'effondrement de l'industrie du jeu serait carrément une bonne nouvelle. Non mais... « Vous avez le livre tiré du film "les Trois Mousquetaires" ? » — c'est ça, qu'on veut ?!

      RépondreSupprimer
    5. Lisant the escapist, je copie-colle deux parties qui sonnent juste à mes oreilles: "Dancey was instrumental in developing the OGL before the 3rd edition era of D&D, but he foresees the RPG industry becoming a dead hobby like model trains. "Kids stopped playing with trains, and the businesses that remained dedicated to hobbyists who got more disposable income as they grew up, until the price of the hobby was out of reach of anyone except those older hobbyists. Eventually, it became a high-end hobby with very expensive products, sold to an ever-decreasing number of hobbyists. As those folks die, the hobby shrinks. That is what is happening to the tabletop RPG business."
      Et, depuis l'article précédant du même Tito: "Even Mona was surprised at how well the beta version of Pathfinder sold, and how it has grown into a multi-million dollar enterprise."
      Je me suis souvent demandé, quand je me mêlais aux clients épars et mollement goths des boutiques spécialisées, comment il était possible de gagner sa vie dans le jdr, Alors que, comme pour tout produit, le marché intérieur US est le principal sésame du capitalisme moderne.

      RépondreSupprimer
    6. Oui, le jeu de rôle comme "Loisir" n'est pas la même chose que l'industrie et il en a moins besoin que d'autres activités. Le loisir va bien (peut-être même mieux que jamais grâce à Internet).

      Mais je continue à penser qu'il est bon pour le hobby que l'industrie vive un peu mieux.

      Cela ne changera rien pour nous, les "briscards & grognards" (qui avons assez de suppléments ou d'imagination dans nos bibliothèques pour jouer jusqu'en Maison de Retraite), mais ce n'est pas sain à long terme que nous ne nous retrouvions trop seulement entre nous.

      Comme dit Ryan Dancey, les MMORPGs ont un double effet contradictoire :
      (1) d'un côté, ils peuvent satisfaire de très nombreux joueurs qui n'ont plus de raison d'aller faire du Jeu-sur-table s'ils veulent tuer des Orcs,
      (2) mais en même temps ils attirent tellement plus de millions de joueurs que mécaniquement ils vont aussi conduire au moins une portion vers le Jeu-sur-table.
      Le jeu de rôle sur table est une activité sociale très différente et qui peut même avoir son propre public distinct.

      Paradoxalement, le succès des MMORPG pourrait conduire à plus de jeu narrativiste dans la mesure où le jeu sur table peut désormais moins concurrencer l'ordinateur sur les questions "tactiques".

      > 賈尼
      « Vous avez le livre tiré du film "les Trois Mousquetaires" ? » — c'est ça, qu'on veut ?!

      Je crois qu'on en est déjà là depuis longtemps, non ? :-) Par exemple, le jeu Lord of the Rings de Decipher était plus fondé sur le film que sur le livre, et j'imagine que certaines fictions D&D comme DragonLance se vendaient (avant les films) mieux que Tolkien chaque année.

      > Anonyme

      Les boutiques spécialisées vont sans doute émigrer vers Internet (même si certaines garderont quand même des vitrines).

      Le marché se déplace maintenant vers des jeux qui ont besoin de "matériaux" comme les jeux de plateau. Le jeu de rôle pourra rester dynamique mais plus restreint avec le PDF et le Print On Demand. Même aux USA, il y a de moins en moins de gens qui en vivent vraiment.

      RépondreSupprimer
    7. @Anonyme 2 : l'analogie avec les trains électriques est jolie, mais elle est loin de faire l'unanimité.

      RépondreSupprimer