samedi 15 septembre 2012

Mon empire est détruit si l'homme est reconnu


Un des aspects curieux de cette mauvaise vidéo amateur qui aura occasionné tant de morts à travers le monde est leur angle d'attaque de la satire et de la provocation. Il y a pourtant bien des critiques qu'on pourrait mobiliser contre un fondateur de religion mais l'extrême droite évangéliste américaine est obsédée actuellement (depuis peut-être une décennie ?) avant tout par la sexualité et l'homophobie, ils prennent donc un plaisir visible à le présenter comme un homosexuel, en prétextant toujours des extraits vagues de quelques commentaires tardifs.

Certes, tout Troll choisit toujours l'angle qui irritera le plus l'adversaire. Les préjugés de la droite américaine sur ce point reflètent d'ailleurs exactement l'exécration des plus fanatiques de leurs ennemis jurés. Il y a une solidarité ou une relative symétrie entre eux sur les questions de mœurs privés et sur le ressentiment.

Mais on présume que si des évangélistes, des réfugiés coptes et des islamistes avaient en ce moment en partage une haine particulière contre, disons, les tatouages ou autres modifications de la chair, on verrait le personnage du gourou faire de la calligraphie sur son corps pendant deux heures.

5 commentaires:

  1. C'est tellement triste la connerie humaine que ça m'ôte même toute envie de faire des commentaires cyniques :(

    RépondreSupprimer
  2. Il y a quand même une sacrée part de manipulation de la part de ceux qui se déclarent scandalisés... Ainsi, ce sont des Égyptiens qui ont traduit ce "film" en arabe pour faire grossir la polémique. Et pourtant, cela fait des dizaines d'années que les tracts islamophobes de Jack Chick sont disponibles sur le net... Une loi d'Internet demeure: pour troller, il faut être au moins deux.

    RépondreSupprimer
  3. Oui, des indignés fragiles réussiront même à trouver une ressource inépuisable d'outrage puisque même si ce film était (per impossibile) retiré de tous les sites de vidéo, il y aurait des millions d'autres sources de "blasphème" suffisantes.

    Il semblerait (quand on écoute le mauvais doublage de ce film) que les acteurs soient sincères quand ils disent qu'ils ignoraient le vrai contenu du film pendant le tournage. Les scènes où ils mentionnent Mahomet sont modifiées en post-production avec un doublage qui semble même tellement distinct qu'on pourrait se demander si c'est de l'incompétence ou un effet choisi pour innocenter toute l'équipe.

    Le réalisateur copte a d'abord laissé dire qu'il était juif, peut-être pour détourner la colère hors de sa communauté vers d'autres boucs-émissaires. Il aurait été arrêté dans le passé pour trafic de meth et fraude et était encore en liberté surveillée (ce qui explique pourquoi il a été interrogé si longtemps par la police américaine). Il est maintenant financé par la droite évangéliste. On dit que certains milieux hindous seraient aussi intéressés à présent par la vidéo "islamoclaste".

    Une des satires que je ne connaissais pas avant le film (mais je crois que c'est un grand classique des sites anti-Islam en fait) est cette idée que ce n'est pas Mahomet qui aurait dicté le Coran (ni même qu'il n'aurait été rédigé que bien plus tard au moment de l'édition sous le calife Othmân ibn Affân) mais que le vrai auteur serait le cousin chrétien judaïsant (Nestorien ou Ebionite) de Khadija Waraqa Ibn Nawfal.

    Les Trolls qui ont compilé ces attaques font donc feu de tout bois : le Coran est décrit comme un simple plagiat nestorien et en plus Mahomet ne l'a même pas prononcé du tout, sauf pour certaines scènes de circonstances faites pour le ridiculiser (comme l'obscure histoire de l'interdiction puis l'autorisation du miel dans la 66e sourate, qui cacherait selon certains hadiths une histoire plus refoulée).

    RépondreSupprimer
  4. Dicté, dans le désert, à l'arabe dément Abdul al Hazred.
    Zut...non...Ca c'est le Nécronomicon.

    RépondreSupprimer
  5. :) Rappar mentionnait Jack Chick et il y a une parodie de ses bd protestantes où il ferait l'éloge des dieux lovecraftiens à la place de la Bible.

    Tiens, je vois que le titre originel du Necronomicon était le Kitāb al-`azīf (عزيف, Livre du "Hurlement").

    RépondreSupprimer