dimanche 3 février 2013

Divers liens jeux de rôle




  • Un article de "théorie" du jeu de rôle assez convaincant de Zak où il distingue deux expériences esthétiques dans la fiction et deux manière de les représenter dans le jeu : les Révélations, où on attend avec impatience quelque chose d'inconnu, et les Résolutions (en anglais : Showdown) où on attend avec impatience de voir comment la confrontation annoncée et anticipée va se produire. Les jeux plus Old School (ludisme avec un peu de simulationnisme), qui veulent insister sur l'incertitude des PJ seraient mieux adaptés aux premiers types d'expérience, alors que les jeux narratifs modernes où le joueur doit gérer la confrontation attendue seraient directement liés au second type. Dans ce second cas, on peut mieux accepter ce qu'on appelle depuis quelques temps des "mécanismes dissociés" (sans aucune représentation réaliste dans le cadre interne au récit) puisque le but des joueurs est justement de pouvoir mettre en place les éléments pour arriver à la grande scène de résolution des conflits anticipés.
    Games relying mostly on Showdowns want the world to feel connected and, ultimately, knowable--everything is about you and your big fight coming up. Games relying on Revelation want the world to feel abstract and unknowable--everything beyond you is a mystery in the great beyond.

    In the revelation story, the players are small and the world is large. In the showdown story, the players are large and the threat is large and the world is a backdrop.


    En passant le roman whodunnit est d'habitude dans le genre Révélation mais Columbo était dans le genre Résolution en nous donnant le coupable d'emblée.
  • J'avais raconté l'an dernier que j'aimerais bien décrire un pays imaginaire pseudo-historique de Zazamanc fondé sur le Prêtre Jean pour C&S, bon moyen d'avoir à la fois notre monde et tout l'imaginaire médiéval. Je pensais à la version du mythe du XIIIe siècle où le Prêtre Jean serait un Chrétien Nestorien qui vivrait en Orient (sans doute du côté de la Perse ou de l'Asie centrale) à l'époque des invasions mongoles. Par la suite après l'échec des Croisades, son pays légendaire fut déplacé plutôt vers l'Afrique, et notamment identifié avec l'Ethiopie.

    Mais je vois que Tim Stephens a déjà lancé aussi une campagne sur le Prêtre Jean, au XIVe siècle dans une version où Jean de Mandeville a exploré un Nouveau Monde inconnu ("Pentexoire" et les îles des Cynocéphales et des Blemmyes) à l'ouest des Açores. J'aime bien son idée liée d'utiliser les Quatre Humeurs Hippocratiques comme remplacement des caractéristiques (même si je ne sais plus la différence entre sanguins et colériques).

    Le blog Hill Cantons a aussi un pays pseudo-médiéval pour C&S, Ulfland (basé sur la Lyonesse de Jack Vance).

  • Kevin Sussman (qui joue Stuart, le vendeur de comics dans The Big Bang Theory) joue au jeu de rôle sur table Dragon Age (le jeu sur Thedas), avec Will Wheaton (qui fait aussi quelques apparitions dans TBBT).

  • Dans les sorties qui m'intéressent en ce moment : la nouvelle version de Momie (même si je crois que je préférais la version moins horreur de Momie: La Résurrection sur laquelle j'avais préparé ma campagne d'Alexandrie) et d'autre part la traduction française d'Eclipse Phase chez Black Books (vu la quantité de jargon et néologismes transhumanistes, la traduction pourra être utile en cours de jeu).

  • 4 commentaires:

    1. Cher Phersv,

      Je sais que vous n'avez pas vocation à répondre à toutes les questions de vos lecteurs sur ce blog, cependant j'aimerais faire une suggestion pour un prochain article, pour le cas improbable où vous vous retrouviez un jour avec l'envie d'écrire mais sans idée de sujet. J'ai lu il y a peu de temps l'intégrale de Rork, j'ai trouvé ça passionnant mais j'avoue que certains points du récit m'ont semblé peu clairs (en particulier le paradoxe temporel de la fin, le rôle des taches et l'origine du vaisseau spatial). J'ai un peu cherché mais hélas, je n'ai rien trouvé de très convaincant sur internet. Il me semble avoir vu dans votre blog que vous étiez un grand amateur d'Andréas, je suis donc sûr que vous avez une opinion éclairante sur ce récit. Les lecteurs frustrés comptent sur vous, et vous remercient d'avance!

      JK

      PS: par ailleurs, bravo et merci pour votre blog.

      RépondreSupprimer
    2. Le colérique c'est le bilieux
      Le sanguin est jovial

      RépondreSupprimer
    3. > Anonyme
      Oui, j'ignore pourquoi Blogger ne les filtre pas aussi bien qu'avant (mais j'en ai certes des centaines bloqués dans le filtre - au point qu'à un moment je perdais aussi tous les commentaires en anglais ou avec des liens, même non-spam).

      > JK
      C'est en fait une lourde tâche ! :)

      Oui, j'ai envie depuis longtemps de reparler des Capricorne et d'Arq, ainsi que du nouveau Rork supplémentaire, mais comme beaucoup de posts, je les ai laissés inachevés parce que j'en restais à une paraphrase.

      C'est curieux d'ailleurs car contrairement à Andreas, je n'aime pas tellement tant que cela Lovecraft et les Pulps alors que j'aime énormément sa propre utilisation de ces univers "gothiques" (peut-être parce qu'il y a aussi une petite goutte de Michael Moorcock et pas seulement de Lovecraft).

      > clodoweg
      Ce qui devait me faire les confondre est l'expression usuelle de "personne sanguine" pour quelqu'un qui se met en colère, alors que "sanguin" était censé signifier plus, si j'ai bien compris, des passions immédiates en général (le colérique étant plus dans le contrôle et donc finalement dans l'agressivité que le sanguin).

      Quatre figures, c'est tellement peu qu'on a tous un biais pour les retrouver facilement (une sorte d'effet Forer mais sur autrui). Même une partie de la psychologie "scientifique" a proposé un modèle à 5 caractéristiques (Ouverture / Caractère consciencieux / Extraversion / Aménité / Névrose).

      La psychologie populaire utilisée par la Management américain a rendu populaire la typologie à 16 types (donc 4 x 4) dite Myers-Briggs et je crois que c'est peu probant.

      Mais certains de ces pop psychologues comme David Kersey sont retombés vers une typologie en 4 grands types en proposant un slogan mnémotechnique qui semblerait adapté au jeu de rôle : 4 dieux Apollon / Dionysos / Prométhée / Epiméthée. L'Apollinien serait le bilieux qui a une intuition enthousiaste, le Dionysiaque serait le sanguin attaché aux plaisirs des sens, l'Epiméthéen serait le mélancolique consciencieux, le Prométhéen serait le flegmatique rationnel. La pseudoscience est parfois vraiment la continuation du mythe par d'autres moyens.

      Il y a déjà un jeu de rôle québecois qui utilisait les Quatre Humeurs : 8th Tribe, où les adversaires démoniaques (les Z'Bris) sont divisés en 4 groupes : les Sangis sont des pervers hédonistes, les Koleris sont agressifs, les Flemis nient l'individualité et les Melanis sont des expérimentateurs sadiques.

      RépondreSupprimer