vendredi 13 septembre 2013

Space Opera et Médecine

Je n'ai pas de goût pour les séries médicales (sauf peut-être House M.D. qui a pu me faire rire même si cela se répétait vite) mais j'ai depuis longtemps le rêve de faire une campagne de jeu de rôle de SF dans un Hôpital Spatial. Cela retirerait sans doute beaucoup du défaut militariste du space opera habituel mais poserait des problèmes de crédibilité. Comme presque tous mes projets de jeu de rôle, je ne le ferai probablement jamais mais je vais quand même faire une petite liste d'inspis (voir aussi ce post et l'entrée Medicine dans la SFE).

(AJOUT, via Fabien Lyraud) Le (tristement) célèbre L. Ron Hubbard a eu (sous son pseudonyme René Lafayette) une série d'aventures dans Astounding Science Fiction avec un héros médecin, Ole Doc Methuselah. Ce Doc Mathusalem appartient aux "Soldats de la Lumière", ordre de Médecins quasi-immortels réputés dans toute la galaxie et il se promène comme une sorte de Ranger ou de cow-boy de l'espace à traver l'univers pour soigner les mondes, avec son compagnon extraterrestre semi-intelligent, Hippocrate. Les sept nouvelles ont l'air en partie au moins parodiques (ce qui prouve que Hubbard pouvait avoir de l'humour tout en étant un dangereux escroc mégalomane).

  • "Ole Doc Methuselah", Astounding Science Fiction, October 1947 ;
  • "Her Majesty's Aberration", Astounding Science Fiction, March 1948 ;
  • "The Expensive Slaves", Astounding Science Fiction, November 1947
  • "The Great Air Monopoly", Astounding Science Fiction, September 1948
  • "Plague!", Astounding Science Fiction, April 1949,
  • "A Sound Investment", Astounding Science Fiction, June 1949
  • "Ole Mother Methuselah", Astounding Science Fiction, January 1950
Cette critique (qui compare avec Leinster) a une remarque excellente sur un passage où Hubbard semble déjà annoncer par avance qu'il va devenir lui-même un de ces dangereux bonimenteurs et charlatans vendant de la poudre de perlimpinpin et exploitant le besoin de médecine quand il créa cyniquement sa secte :
"My man," said Ole Doc, "It wasn't 'air' you were selling but a phony, second-rate drug that costs about a dollar a barrel. They'd take a little and needed more. You were clear back in the dark ages of medical history-- about a century after they stopped using witches for doctors. Ragweed, ephedrine-- but they were enough to wreck the lives of almost everyone on this planet." (108)

A few months after the publication of the last Doc Methuselah story, the first of L. Ron Hubbard's Dianetics articles was published in _Astounding_. What do you suppose Doc Methuselah would say about that?


Murray Leinster (William Jenkins 1896-1975) a écrit MedShip, (ou Doctor to the Stars), une série de nouvelles et deux novelas dans les années 1950-1960 sur un héros médecin de l'espaaaace, Calhoun des Services Médicaux Interstellaires, et son compagnon Murgatroyd, sorte de félin intelligent au système immunitaire surpuissant dans leur vaisseau spatial l'Aesclepius XX. La série, qui a été compilée en 2002, est, paraît-il, assez "juvénile" ou proche de comic books. Les épidémies de chaque planète ne sont que des prétextes pour de l'action assez traditionnelle, sans énigmes scientifiques, sur des corporations cupides qui veulent exploiter la crise sanitaire.

Med Ship, edited by Eric Flint and Guy Gordon, Baen, 2002.
  • "Med Ship Man", Galaxy, October 1963
  • "Plague on Kryder II", Analog, December 1964
  • "The Mutant Weapon", Astounding, August 1957 as "Med Service"
  • "Ribbon in the Sky", Astounding, June 1957
  • "Tallien Three", Analog, August 1963 as "The Hate Disease"
  • "Quarantine World", Analog, November 1966
  • "The Grandfathers' War", Astounding, October 1957
  • "Pariah Planet", Amazing, July 1961 (also known as This World is Taboo)
Alan E. Nourse (1928-1992) était médecin et a écrit plusieurs histoires avec des thèmes médicaux dont le roman (encore une fois pour un public assez jeune) Star Surgeon (1959). Il inverse le cliché habituel du Terrien allant sauver d'autres planètes car son héros Dal Timgar est un extraterrestre qui tente de faire son Internat de médecine sur une Terre xénophobe, dont la médecine est devenue une spécialité dans la Confédération Galactique. Une des particularités (qu'on pourrait exploiter pour un jeu de rôle) est que l'organisation suit des codes de couleurs devant le nom de chaque docteur : le service "bleu" est le Diagnostic, le service "rouge" est la Chirurgie, le service "vert" est la Médecine générale mais la hiérarchie de la Planète Hôpital est commandée par le service "noir", l'Anatomie Pathologique.

James White (1928-1999) a écrit une série plus célèbre, à partir de 1957, sur un hopital qui comprend de multiples espèces et même plusieurs environnements, Sector General. La série comprend 12 volumes et il y a plusieurs collections différentes de ces romans (le second tome a le même titre que le roman d'Alan Nourse). L'Hôpital du Secteur Général est aussi (un peu comme le Corps des Green Lanterns en un sens) une fable sur la réconciliation des différentes cultures (White est nord-irlandais et il a lui-même soutenu qu'il y avait bien une métaphore pacifiste sur sa propre région). 

  • Hospital Station (1962)
  • Star Surgeon (1963)
  • Major Operation (1971)
  • Ambulance Ship (1979)
  • Sector General (1983)
  • Star Healer (1985)
  • Code Blue - Emergency (1987)
  • The Genocidal Healer (1992)
  • The Galactic Gourmet (1996)
  • Final Diagnosis (1997)
  • Mind Changer (1998)
  • Double Contact (1999)

La brève série télévisée Mercy Point (1998, 8 épisodes) devait en partie être inspirée de Sector General (ou peut-être plutôt de Babylon 5/Deep Space 9, mais ces dernières étaient déjà influencées par Sector General).

F. Paul Wilson (1946-) est aussi un médecin américain. Il écrit plutôt de la fantasy, mais son cycle des années 1970, la Fédération de LaNague, a un héros médecin immortel en symbiose avec un extraterrestre et luttant contre une épidémie cosmique. La série a l'air d'être de la propagande libertarienne pénible sur les Gentils Médecins du Secteur Privé qui sont le seul rempart contre l'Ogre socialiste de la médecine étatisée. Je n'ai pas envie d'essayer en fait, tant pis.

Nancy Kress (1948-) a réuni trois de ses nouvelles sur la médecine dans une collection récente The Body Human (2012). Mais je crois que ce n'est pas du space opera, plutôt une réflexion de ribofunk et cela sort donc de cette liste.

Jody Lynn Nye (1957-) a écrit quelques volumes d'une série, Taylor's Ark., avec une héroïne, Dr. Shona Taylor, médecin/véto/xénobio itinérante, Taylor, accompagnée de ses animaux intelligents et de son vaisseau, Sibyl, dont elle doit rembourser l'achat (oui, on dirait un mélange de Docteur Quinn et de Han Solo). Comme pour Murray Leinster, le public visé doit être assez juvénile.
  • Taylor's Ark (1993)
  • Medicine Show (1994)
  • The Lady and the Tiger (2003)

S.L. Viehl (Sheila Kelly, 1961-) a aussi une série continue de dix romans, StarDoc, avec une superxénobiologiste (qui a été génétiquement modifiée), la xénophile Dr. Cherijo Grey Veil Torin et ses aventures médico-sentimentales. Ca a l'air d'être du space opera de série B écrit rapidement, avec de la romance à l'eau de rose (plus Grey's Anatomy qu'ER) et très "soft science" d'après les résumés.

  • Stardoc (2000)
  • Beyond Varallan (2000)
  • Endurance (2001)
  • Shockball (2001)
  • Eternity Row (2002)
  • Rebel Ice (2006)
  • Plague of Memory (2007)
  • Omega Games (2008)
  • Crystal Healer (2009)
  • Dream Called Time (2010)
Elle a aussi (entre le 5e et le 6e) d'autres romans dans le même univers et avec ses obsessions sur des héroïnes génétiquement modifiées :  Blade Dancer (2003), Bio Rescue (2004), Afterburn (2005) - les deux derniers utilisent des urgentistes de l'espace.

Collections ou Anthologies

Groff Conklin (ed.), Great Science Fiction About Doctors (1963). 18 nouvelles, dont du Murray Leinster et James White.

Jacques Goimard, Demètre Ioakimidis et Gérard Klein (dir.), Histoires de médecins, 1983. 17 nouvelles :

  • Robert SILVERBERG, Les Amours d'Ismaël (Ishmael in love)
  • Theodore STURGEON, Ne sous-estimez jamais... (Never underestimate)
  • Cyril M. KORNBLUTH, La Petite sacoche noire (Little black bag)
  • Cyril M. KORNBLUTH & Frederik POHL, La Réunion (The meeting)
  • Sonya DORMAN, Greffe de vie (Splice of life)
  • Catherine L. MOORE, Aucune femme au monde... (No woman born)
  • Graham CHARNOCK, Les Boîtes chinoises (The chinese boxes)
  • James Jr. TIPTREE, En épargnant la douleur (Painwise)
  • Damon KNIGHT, Masques (Masks)
  • John BRUNNER, La Substance des songes (Such stuff)
  • Alan NELSON, Le Dévoleur (The shopdropper)
  • Fritz LEIBER, Des filles à pleins tiroirs (A deskful of girls)
  • Kit REED, La Ferme à bouffe (The food farm)
  • Sonya DORMAN, La Vie au bout (The living end)
  • Philip José FARMER, Lavez pas les carats ! (Don't wash the caracts)
  • R. A. LAFFERTY, Vieux pied oublié (Old foot forgot)
  • Gene WOLFE, Ile du docteur mort et autres histoires (The island of doctor death)


Gary Westfahl, George Slusser (ed.), No Cure for the Future: Disease and Medicine in Science Fiction and Fantasy, Greenwood Press, 2002, n'est pas une anthologie de nouvelles mais d'articles de critiques de SF sur ce thème (dont une étude sur James White et sa série Sector General).

12 commentaires:

  1. Je n'ai pas lu les bouquins dont tu parles, mais je crains qu'en employant "pathologie" tu ne sois tombé dans le piège du souvent-mais-pas-toujours-faux-ami pathology, qui serait plutôt ici à traduire par anatomie pathologique. ;-)

    Sinon, quels sont les ouvrages que tu as lus parmi les titres que tu cites ? Je serais intéressé par un avis plus personnel avant d'éventuellement me mettre à la recherche d'une partie de tout ça...

    RépondreSupprimer
  2. Aucun, à part le Nourse. Mais j'ai plutôt de la tendresse pour la SF "juvénile" un peu naïve.

    Si c'est l'Anatomie Pathologique, je me demande quand même encore pourquoi elle dirige tous les autres services. Nourse a peut-être fait une private joke sur son service ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me semblait que l'anglais pathology désignait la médecine légale.

      Supprimer
    2. Dans l'expression "forensics pathology". c'est-à-dire l'application judiciaire de l'anatomie pathologique (qui est elle-même l'étude des lésions).

      Supprimer
  3. Dans la grande anthologie de la SF, il y a un volume appelé "Histoires de médecins". Cela dit, j'ai peur qu'il n'y ait pas de space opera, vu le tropisme "hard-SF" assez fort de cette série.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien la première fois que je vois l'étiquette hard science attachée à la GASF, dont j'ai plutôt le souvenir qu'elle tapait dans des nouvelles d'époques où la SF s'illustrait surtout dans des envolées plus "flamboyantes"...
      J'ai lu ce volume il y a pas loin de 25 ans et n'ai hélas pas gardé de souvenir de son contenu... :-\

      Supprimer
  4. (le commentaire ci-dessus est de Étienne, je ne sais pas pourquoi il est anonyme)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ajoute ce volume dans les anthologies.

      Supprimer
  5. Je crois qu'il y a également une série de L. Ron Hubbard intitulée Doc Mathusalem. (écrite bien avant qu'il ne fonde la scientology, ce sont de court romans publiés dans les pulps Planet Stories et Startling Stories me semblent ils. Années 40 / 50).

    Sinon si tu peux nous faire des topos sur des space opera centrés sur d'autres métiers ( diplomates, avocats...) ce serait cool.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, oui, bien vu, je l'avais censuré de manière abusive par scientologophobie. Je vois que les histoires d'Ole Doc Methuselah (1947-1950, première collection en 1953) ont été rééditées encore en 1992. Le livre, avec son super-docteur immortel, exprime peut-être quand même son fantasme de thérapeute-prophète qu'il deviendra juste après, à partir de 1950.

      Mais malgré mon affection pour Murray Leinster et sa série B (parce que cela a l'air assez social-démocrate dans l'ensemble), j'ai l'impression que sa série MedShip est peut-être un plagiat du Vieux Doc Mathusalem en effet.

      Dans les deux cas c'est un super-médecin voyageant seul avec un petit extraterrestre semi-intelligent, Murgatroyd pour Calhoun, Hippocrates pour Mathusalem.

      Sur les séries diplomatiques, il y aurait déjà celles de Keith Laumer (Retief, Brion Bayard). Et c'est le Genre entier de Babylon 5/DS9 ensuite.

      Retief aurait été une des inspirations de Traveller et le jeu de rôle Space Opera, pourtant si militariste, prévoyait d'ailleurs une carrière possible dans le Corps Diplomatique.

      Supprimer
  6. Par contre en ce qui concerne la SF française je ne vois pas de médecins de l'espace. A moins de piocher dans d'obscures nouvelles publiées en fanzine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais complétement zappé la série du Docteur Alan du belge Jan de Fast. N'ayant jamais lu ces volumes je ne sais pas vraiment ce qu'ils valent. De Fast est connu pour être un tireur à la ligne ce qui pour Fleuve Noir Anticipation était quand même un comble.
      Le docteur Alan est non seulement médecin mais aussi ethnologue, diplomate et agent secret. On ne prète qu'aux riches.
      Et là je ne vois rien d'autre.

      Supprimer