lundi 24 décembre 2012

Saint Cuthbert contre Saint Nicolas


L'historien du jeu de rôle Jon Peterson (auteur du récent Playing at the World) a retrouvé une lettre fascinante, une carte de "Noël" écrite à la machine par Gary Gygax en 1969. Il a alors 31 ans et est un des membres actifs de la "Fédération Internationale de Wargame", un club de la région des Grands Lacs.

Il était à l'époque Témoin de Jéhovah et sa carte est fascinante dans son absence d'humour et son sérieux maniaque qui rappelle son "formalisme" d'inventeur de règles. Gygax y explique qu'un vrai Chrétien ne doit ni ne peut fêter la prétendue nativité de "Noël" comme ce n'est qu'une fête païenne et idolâtre reprise par les Catholiques (même si les premiers Témoins de Jéhovah au début du XXe siècle ont été partagés sur cette question).

Cette lettre devait donner un effet particulièrement réussi à ses correspondants qui venaient de lui envoyer leurs cartes. Ce site critique sur les Témoins de Jéhovah précise les infractions principales de cette interprétation "arianiste" du Christianisme :
Jehovah’s Witnesses can be disfellowshipped for a number of rule violations: premarital or extramarital sex, using alcohol excessively, using tobacco products, celebrating Christmas, reciting the pledge of allegiance, lying, stealing, joining the military, speaking to a disfellowshipped Witness, reading religious material not published by the governing body, or running for political office just to name a few.
(...)
Jehovah’s Witnesses are not allowed to celebrate Christmas, birthdays, Easter, Thanksgiving, or any other holidays, claiming they all have pagan roots.


Gygax est resté assez discret sur sa religiosité et lorsque D&D a été attaqué pour "satanisme" par certains évangélistes, il n'a pas vraiment essayé de le défendre selon ses anciennes références bibliques - le Christianisme explicite paraît remarquablement peu présent par la suite quand on pense au renouveau évangélique américain du dernier quart du XXe siècle.

Il faut dire que Gygax fut lui-même "excommunié" (disfellowshipped) des Témoins de Jéhovah peu de temps après cette carte, notamment parce qu'il n'arrivait pas à s'empêcher de fumer (sa première femme, très dévouée à la cause religieuse, Mary, dont il divorça vers 1983, avait à cette époque tenté en vain de lui faire abandonner le tabac, les cheveux longs et les wargames). Son ancienne Eglise s'associa ensuite à la condamnation de ce hobby comme diabolique.

4 commentaires:

  1. C'est fascinant en effet... et donne une idée de son approche de création de jeux : "Gary approached Christianity as a system with rules, which he researched and explored through a strict historical lens." "Sometimes he took things too seriously, sacrificing fun for accuracy."

    Quand je pense que deux ans auparavant (en 67) Greg Stafford, lui, se mettait à créer Glorantha, un monde qui permet d'explorer les cosmogonies d'autres religions...

    Au passage je note que les TdJ interdisent de se présenter aux élections ou de s'engager dans l'armée... alors que la sciento ou les mormons, ce serait plutôt "Lobby & Noyautage" ;)

    RépondreSupprimer
  2. Mais Stafford était un hippie californien (ancien Catholique devenu assez anti-catho, d'ailleurs). Gygax était un agent d'assurances sans doute moins marqué par les années soixante que Stafford.

    Les TJ prenaient tellement à coeur tous les passages de l'Evangile disant qu'on ne peut servir qu'un seul maître, Jésus, qu'ils refusent non seulement le service militaire mais même le statut d'Objecteur de Conscience leur paraît déjà une compromission avec le César terrestre. Cela explique qu'ils aient été souvent emprisonnés en France (du temps où je travaillais pour Amnesty International, l'organisation passait son temps à croire que nous persécutions cette Eglise).

    Une de mes sectes favorite, bien plus ouverte et tolérante, les Quakers, avaient le même interdit contre la notion de serment séculier en général et refusaient de jurer dans les procès. Ils refusaient aussi de dire "Sunday", "Monday", "Tuesday", car cela utilisaient des noms de dieux païens (ils disaient First Day, Second Day"...

    RépondreSupprimer
  3. Je n'ai pas souhaité un joyeux Noël à ma mère vu qu'elle est Témoin de Jéovah et que, pour elle, ce sont, en effet, des trucs de païens encore qu'elle n'imagine pas à quel point c'est vrai.
    Quant aux jours de la semaine, je me suis aperçu décemment qu'en hindi, le nom des jours de la semaine renvoyait à des divinités ayant exactement les mêmes fonctions que les nôtres : Lundi, jour de la lune, Mardi, jour du dieu de la guerre, etc... Preuve s'il en fallait que les deux civilisations ont bien la même origine.
    ah, et ... au fait : Joyeux Noël

    RépondreSupprimer
  4. "parce qu'il n'arrivait pas à s'empêcher de fumer"
    Et on sait qu'il attribuait cette faiblesse à un score de Sagesse insuffisant...

    RépondreSupprimer