mardi 7 février 2012

[comics] Sans Peur et Sans Reproche



(couverture animée chez Kerry Callen)

Ce n'est que pour préciser à quel point j'aime bien ce comic mais (1) mes goûts vont presque exactement à l'opposé des héros urbains, sombres et réalistes, (2) je trouve que Mark Waid rate souvent la plupart des comic-books que j'ai pu lire.

Et pourtant, la nouvelle série sur Daredevil par Mark Waid est une excellente surprise qui me réconcilie avec le personnage. Waid prend tout le traitement récent du héros-avocat à rebours. C'est sans doute la meilleure série parodiant le "drame de Cour juridique" en dehors du run de Dan Slott sur She-Hulk.

Depuis Frank Miller et tous les scénaristes qui l'ont imité ensuite (y compris Brian Bendis), Daredevil était avant tout l'histoire d'un Catholique aveugle et introspectif, dévoré par les remords de son Enfer portatif, se morfondant sur sa Culpabilité Catholique [les Américains inversent nos propres clichés sur l'ascétisme puritain], se torturant sur la mort de son père, la mort de sa compagne ninja, de son ex-secretaire, ses échecs personnels, ses ambiguïtés face à la pègre, etc. Je n'ai jamais su si ce sont tous ces Ninjas pseudo-japonais ou bien ce vernis irlandais qui avaient fait le succès de cette formule.

Alan Moore a fait une bonne parodie de Dourdevil, The Man Without A Sense of Humour.

Waid rompt avec cela en revenant à une dimension de Matthew Murdock en "casse-cou" intrépide, un avocat brillant et séduisant. Et avec un sens de l'humour.


Et c'est aussi (avec les dessins de Paolo Rivera et Marcos Martin) une expérience sensorielle à part d'un homme qui éprouve le monde avec plus d'acuité par tous ses sens compensés. La version de Miller était avant tout un jeu de contrastes, de Sombre & Rouge, de pénombres, ici, c'est un jeu sur le non-visuel, sur les sensations qui échappent par définition au medium même. Et Daredevil n'a jamais été aussi réjouissant.


En revanche, la couverture du n°7 (où Daredevil joue à faire "l'Ange de Neige") qu'on trouve plus haut n'est pas le meilleur numéro pour commencer comme c'est un épisode de Noël où Waid ne peut pas esquiver les bons sentiments de saison.

4 commentaires:

  1. J'avais cru que la couverture du n°7 représentait Daredevil en essuie-glace balayant la neige. Sérieux.

    RépondreSupprimer
  2. Je suis en train de lire les hardcover de Daredevil Vol.2. Je me régale.

    RépondreSupprimer
  3. > Rappar
    Retirez ce Daredevil de mon parebrise !

    Ce que j'aime bien est son sourire si ludique. On n'est plus du tout dans l'Angst torturée.

    > Gianni
    J'ai beau le réduire souvent à un simple quasi-Batman (avec le sens Sonar d'une chauve-souris, il est le VRAI Batman d'ailleurs), il a eu de très bonnes périodes et a attiré de bons scénaristes (Brubaker récemment).

    RépondreSupprimer
  4. Toujours content de lire un peu de commentaires Marvel.

    Un long itw de Moore ici :
    http://www.disinfo.com/2012/02/alan-moore-wants-to-build-a-statue-of-harvey-pekar-in-cleveland-video/

    RépondreSupprimer