vendredi 23 janvier 2015

Dynastie des Saoud


J'imagine que des articles de journaux expliqueront cela avec de meilleurs schémas mais comme je n'en trouve pas, je voulais saisir à nouveau la dynastie des Saoud qui a réussi à convaincre les géographes de donner son nom de famille à son pays (seul cas sans doute sur la planète).
Il n'y a eu depuis un siècle en Arabie Saoudite que deux générations au pouvoir (même si cela représente littéralement des milliers de membres de la famille élargie).

1 Ibn Saoud
On a d'abord le fondateur Abdulaziz Ibn Saoud (1876-1953), père de tous les six Rois qui ont régné sur la péninsule arabe depuis 1953, avec à chaque fois une douzaine d'années de règne :
  Saoud (1953-1964, renversé)
  Faisal (1964-1975, assassiné)
  Khalid (1975-1982)
  Fahd (1982-2005 mais il n'avait plus le pouvoir réel depuis 1995)
  Abdullah (2005-2015)
  Salman

Sur ces six Rois, il n'y en a que deux qui ont la même mère, Fahd et, depuis ce matin, Salman.

Au début, les Saoud ne règnent pas du tout sur la région critique de la côte ouest (la "Barrière", le Hedjaz) où se trouvent les deux villes saintes de la Mecque et Médine, ou la ville de Djeddah.

Le village des Saoud s'appelle "Les Jardins" (ar-Riyāḍ), plus au centre du désert dans le Haut-Plateau (Najd), et la dynastie n'avait guère été puissante, malgré toute son alliance avec un groupe réligieux de réforme fondamentaliste, les Wahabhites depuis le XVIIIe siècle. Les Ottomans les avaient écrasés plusieurs fois et quand Abdulaziz ibn Saoud est jeune, le royaume ennemi des Al-Rashid (tribu de Shammar, Emirat de la cité de Ha'il au nord de Riyadh) conquiert leur territoire. Il n'avait alors guère qu'une centaine de guerriers et vivra en exil sur la côte orientale, sur les rives du Golfe persique, de ses 15 ans à ses 25 ans en 1902 quand il reprend Riyadh aux Al-Rashid.

Les Britanniques ne soutiennent pas au début les Saoud et préfèrent la famille des Hachémites qui va contrôler les Lieux Saints et le Hedjaz (ils donneront ensuite les Rois d'Irak et encore actuellement la monarchie de Jordanie).

Mais avec la Grande Guerre, comme les Ottomans sont plutôt aux côtés des Al-Rashid, les Britanniques vont commencer à augmenter le soutien aux Saoud. C'est la période où Ibn Saoud commence à mêler ses forces militaires avec une première alliance de Bédouins jihadistes wahabhites, la Confrérie (Ikhwan, nom qu'on retrouvera vingt ans plus tard aussi chez les Frères musulmans égyptiens).

Tout va basculer après la Grande Guerre. Saoud élimine d'abord ses ennemis jurés, les Al-Rashid, en 1922, et épouse une de leurs princesses (parmi leur fils, il y aura le futur Roi Abdallah qui vient de mourir). Ils finissent par vaincre les Rois Hachémites quelques années plus tard et les Hachémites, Gardiens des Lieux Saints, vont être chassés de tout le Hedjaz. Les Bédouins du Najd ont conquis la côte de la Mer rouge et les Britaniques laissent tomber leurs alliés hachémites et signent un traité avec les Saoud. Ce gain n'est donc pas que territorial : les Saoud ont acquis une légitimité nouvelle en tant que nouveaux Gardiens des Deux Mosquées et la partie de l'Arabie qu'ils ont conquise va prendre leur nom tribal.

La Confrérie des Bédouins se rebelle alors dans les années 1930 contre le Roi car elle veut continuer sa guerre sainte vers l'Irak sous protection britannique, et ses razzias lucratives contre les côtes et les protectorats des Infidèles. Ibn Saoud est soupçonné d'être trop "moderniste" sur certains aspects dans son alliance avec les Grandes Puissances Occidentales, et il massacre la Confrérie après plusieurs batailles. C'est la première fois que les Rois Saoud vont découvrir que le militantisme religieux qu'ils protègent peut très bien se retourner contre eux. C'est une leçon qui reviendra souvent comme signe de la fragilité de leur despotisme prêt à bien des compromis économiques, en tension avec leur idéologie théocratique du Wahabhisme.

Mais c'est alors que va commencer une sorte de "miracle" géologique et même géopolitique les plus importants de tout le XXe siècle. Toute l'économie industrielle de la planète va devenir dépendante des progrès dans la production énergétique (et cela est encore loin d'être fini) et l'Arabie sous la tutelle des Saoud va découvrir avec la Standard Oil américaine d'immenses gisements pétroliers sur la côte orientale en 1938 (mais en réalité la vraie exploitation exportatrice ne commencera qu'en 1949). Dès lors, l'alliance britannique décline au profit des Américains (les Britanniques tenteront de demeurer plus influents en Perse).

Il est rare de voir une telle accélération de l'Histoire. Les Bédouins du Najd d'un pays quasi-désertique et peu développé vont devenir en une seule génération un "acteur" global, l'un des alliés principaux des USA et ils vont voir affluer des fortunes qu'ils vont utiliser pour exporter leurs interprétations fondamentalistes dans tous les pays musulmans, transformant à la fois les mentalités de nombreux Musulmans (même certains qui sont critiques contre le salafisme) et l'image même de l'Islam. Pendant que l'Europe s'autodétruit après la Crise économique et les dictatures militaristes, un pays qui n'avait que 2 millions d'habitants à sa fondation va monter jusqu'à environ 30 millions aujourd'hui (dont un tiers d'immigrés), les nomades vont se sédentariser très rapidement dans d'immenses cités modernes et son PIB va exploser.

Ibn Saoud a réussi à se débarrasser de son père et de ses frères trop remuants, par la guerre. Il aurait eu au moins 36 Princes (qui auraient survécu). Les futurs Rois sont tous nés dans les périodes des guerres d'unification, de 1902, naissance de Saoud, à 1935, naissance de l'actuel Salman).

2 Saoud (1953-1964)
Le premier héritier de Abdulaziz va être le seul à finir détrôné pour ses excès financiers alors que son Royaume court à la ruine. On lui reproche par exemple la construction d'un énorme palais luxueux au moment où le trésor public est encore prêt de la banqueroute.

Alors qu'il avait soutenu les Frères musulmans égyptiens contre Nasser et que Nasser avait soutenu un mouvement dit des "Jeunes Princes Libéraux" (certains de ses frères qui voulaient le renverser), le Roi Saoud finira exilé en 1964 et ira avec sa centaine d'enfants déshérités réclamer le trône en exil en Egypte et ailleurs jusqu'à sa mort en 1969.

3 Faisal (1964-1975)
C'est plus Faisal (né en 1906) que son demi-frère Saoud qui va stabiliser le Royaume saoudite et connaître son essor économique des années 1960 jusqu'au Choc Pétrolier.

Il était son Premier ministre (c'est lui qui abolit l'esclavage en 1962) et il renverse Saoud en 1964 pendant qu'il est à l'étranger. Les finances vont s'améliorer et le rôle de l'Arabie Saoudite comme soutien à des doctrines pan-islamiques va se développer. L'obsession de Faisal est que son Royaume ne termine pas comme tant d'autres (Egypte, Irak, Libye...) sous un coup d'Etat militaire et il va réussir à assurer le contrôle par sa famille de l'Armée. Mais il doit lutter aussi contre les critiques croissantes de certains prêtres et ulémas contre son régime.

Une réforme technique comme la mise en place de la Télévision en 1966 va conduire à des émeutes de fanatiques et un de ses neveux va même y participer et y trouver la mort. Neuf années plus tard, un jeune frère de ce neveu assassine le Roi Faisal, peut-être par vengeance ou folie. Le Pakistan reçut tellement d'argent saoudien qu'ils rebaptisèrent peu après une de leurs grandes villes "Faisalabad".

4 Khalid (1975-1982)
Khalid, né en 1913, demi-frère de Faisal, continua sa politique mais peut-être à cause des circonstances de l'assassinat de son prédécesseur, il devint aussi plus dépendant du soutien des Princes Royaux, et notamment Fahd, Premier ministre, et Abdallah, qui dirigeait les services de sécurité de la Garde royale. Il autorisa l'exécution de sa jeune petite nièce en 1977 pour adultère. Des attentats islamistes commencèrent à se développer contre la dynastie, comme la prise en 1979 de la Grande Mosquée de la Mecque par un groupe de 600 Frères traditionalistes qui disent qu'ils ont vu arriver la figure messianique du Mahdi. Ils se font exterminer mais cela conduit le régime à une intensification de la surveillance religieuse de la vie quotidienne - mais la Police religieuse de la Vertu et du Vice (hay'ah, muṭawwiʿīn), existe depuis le règne d'Ibn Saoud.

5 Fahd (1982-2005)
Fahd était né en 1921 et il était l'aîné des "Sept Sudairi", les sept princes considérés comme les plus puissants dans le gouvernement de la dynastie. La mère d'Abdulaziz ibn Saoud était déjà une membre de la Tribu des Sudairi, vieux alliés des Saoud, et il avait aussi épousé une Sudairi, qu'il avait d'ailleurs enlevée à l'un de ses frères. Elle fut l'une de ses épouses favorites et lui avait donné sept fils : Fahd, Sultan, Abdul Rahman, Nayef, Turki, Salman et Ahmed. Fahd avait été le Ministre de l'Intérieur sous le règne de Faisal et Premier ministre sous Khalid. Faisal mena une politique où il lutta à la fois contre ceux qui tentaient de moderniser le régime et contre les Islamistes qui commencèrent à l'attaquer violemment après la (Première) Guerre d'Irak, quand il accepta des troupes américaines sur le territoire. A partir de 1995, il eut une attaque et son demi-frère Abdallah commença à exercer le pouvoir, même s'il ne régna officiellement qu'à partir de 2005.

6 Abdullah (2005-2015)
Abdallah était né en 1924 et sa mère était une princesse liée plutôt à la famille ennemie des al-Rashid. Son rôle de Prince aurait pu être assez mineur à cause de ce lignage mais quand il devint chef de la sécurité, son importance grandit. Son règne est marqué par la Seconde Guerre d'Irak, la déstabilisation de toute la région, la montée du pouvoir iranien, l'effritement de l'alliance solide avec les USA (surtout sous Obama), le regain de terrorisme islamiste, le Printemps arabe qui menaça jusqu'à certaines monarchies voisines comme le Bahreïn ou le Yémen. Malgré son long règne, il ne semble pas avoir réussi à marquer des réformes. Abdallah nomma comme héritiers Sultan, 2e des Sept Princes Sudairis, puis Nayef, 4e des Sept (en sautant donc la position du 3e, Abdul Rahman, qui exprime son mécontentement en vain) mais Sultan et Nayef moururent tous les deux avant Abdallah.

7 Salman (depuis aujourd'hui)

Salman, né en 1935 (il a 79 ans, 3 ans de moins que Jacques Chirac), est donc un des frères de Fahd, le sixième des Sept Sudairi et son arrivée au pouvoir comme 7e Roi est un compromis entre sa branche si influente et le Roi Abdallah (de nombreux autres Princes auraient pu prétendre à un droit d'aînesse si la coutume n'était pas devenue que le Conseil des Princes choisit l'héritier indépendamment de l'ordre). Il était le Ministre de la Défense et il est considéré comme un "arbitre" dans les différends politiques entre les 4000 Princes de la dynastie. Une rumeur dit qu'il est déjà malade et assez faible.

Le nouveau Prince héritier est désormais un autre demi-frère de Salman, Muqrin ou Moqran (né en 1945 d'une épouse yéménite d'Abdulaziz). Il a dix ans de moins que Salman, ce qui fait qu'il serait le dernier des "gérontocrates" selon Jean-Pierre Perrin. Si Salman a vraiment des traces de démence sénile, Moqran va exercer le pouvoir assez vite.

Il est difficile d'imaginer que le Roi actuel d'Arabie avait un père qui est né sous la Reine Victoria ou le Président MacMahon. Le père d'Elizabeth II, George VI, était né 20 ans après Abdulaziz ibn Saoud mais il mourut à peu près à la même période que le fondateur saoudite (c'était d'ailleurs le Prince Fahd qui était présent au couronnement d'Elizabeth).

Voir aussi sur ce blog L'Héritier secret d'Oman (et comment bien distinguer les Pétromonarchies du Golfe), et Les réformes d'Abdullah

3 commentaires:

  1. C'est un remarquable historique :)

    RépondreSupprimer
  2. En effet, merci pour ce riche historique !

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour cet exposé détaillé et clair.

    RépondreSupprimer