lundi 27 août 2012

Comment nous sommes devenus Nixon



L'économiste Frédéric Lordon retourne l'accusation de Conspirationnisme contre ceux qui ne cessent de crier à la Parano. Son argument est que le terme est maintenant agité pour délégitimer d'emblée toute attaque. On a vraiment une vague de Conspirationnisme irrationnel (dont un des meilleurs exemples est une phobie actuelle de certaines mères contre les vaccins) mais on cherche maintenant à vous ridiculiser dès que vous évoquerez quelque chose qui ressemble à un complot.

Cela fait penser à ce passage de l'humoriste anglais Charlie Brooks dans son émission de BBC2. Brooks utilisait une dialectique assez subtile pour relier le rejet des élites et l'usage que certaines élites peuvent faire de ce rejet. L'anti-élitisme peut aussi devenir un instrument ultra-conservateur : Nixon, Reagan, Thatcher, Sarkozy, Berlusconi se disent tous "anti-élites". Mais ensuite, toute critique de ceux qui en profitent est à son tour dénoncée comme un ressentiment populiste.


Mais en en parlant ainsi, Brooks reprenait le thème même d'un complot, un complot pour nous faire croire à des complots ! On n'en sort pas.

Il avait déjà fait le même retournement habile en dénonçant l'étrange hypocrisie du mouvement Invisible Children (mouvement instrumentalisant des jeunes pour critiquer l'instrumentalisation des jeunes).

(Charlie Brooks, par ailleurs, lance une nouvelle série comique, A Touch of Cloth, parodie des séries policières britanniques comme Morse avec un côté Police Squad)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire