dimanche 31 octobre 2010

In November, Embrace Imperfection

Zut, avec ma croyance ferme que le Futur n'arrivera jamais ou n'arrivera qu'à quelqu'un d'autre, nous en sommes déjà demain au fameux mois de Novembre (enfin du moins très bientôt en Nouvelle-Zélande) et je me suis engagé à participer pour la première fois au NaNoWriMo.

Cela paraissait plus facile quand je n'avais pas à penser à la fois à corriger mes copies, écrire mes corrigés et ce Machin qui doit servir seulement à débloquer le Second Roman.

Comme disait le site :
Tell everyone you know that you're writing a novel in November. This will pay big dividends in Week Two, when the only thing keeping you from quitting is the fear of looking pathetic in front of all the people who've had to hear about your novel for the past month. Seriously. Email them now about your awesome new book.

The looming specter of personal humiliation is a very reliable muse.

Soit.

En revanche, je ne copierai pas le machin ici. Cela aurait pour résultat de m'inhiber alors que le but est justement le contraire. Dans le cas improbable où je ne serai pas trop humilié par le résultat en Décembre, on pourra en reparler.

Pour les NaNoWriters parisiens, il y a une fête de lancée du roman avec rédaction toute la nuit de Minuit à 8 h du matin à La Cantine (où je ne me rendrai pas parce que je n'arrive plus vraiment à veiller).

Tout ce que je puis dire pour l'instant est que mon projet fait dans la facilité.
(1) Contrainte Bouilhet-Du Camp : Pas de fantasy - sauf dans le genre Scoubidoo. Pour moi, qui n'écris plus que des coquecigrues féériques et du sous-sous-sous-Tolkien depuis longtemps, c'est à peu près aussi rigide que d'interdire la lettre E.
(2) Pas d'auto-fiction, bien entendu.
(3) Ca se passera donc en Mitteleuropa. Parce que je n'ai aucune connexion avec le coin, que ça va me rendre encore plus difficile de trouver des noms pour les personnages, et que ça m'agace tout le temps, cette fascination française pour l'Europe centrale et la nostalgie pour toute la Kakanie habsbourgeoise.
(4) L'idée de départ est un plagiat éhonté d'Ismaïl Kadaré, Le dossier H, ce qui est encore plus difficile comme je ne l'ai même pas lu (j'ai commencé le Palais des rêves mais jamais fini). Ah, et je plagierai aussi un truc de The Rebel Angels de Robertson Davies, parce que j'espère que ça se verrait moins en France comme il est moins connu qu'au Canada.

En revanche, la rédaction du NaNoWriMo signifie qu'à partir de demain, je vais être sans doute nettement moins prolixe sur ce blog. Ou alors c'est vraiment que j'aurais abandonné et ce serait Mal.

Une dernière règle donné par l'équipe du NaNoWriMo que j'aime beaucoup, la règle de la Quantité au-dessus de la Qualité :
Do not edit as you go. Editing is for December. Think of November as an experiment in pure output. Even if it's hard at first, leave ugly prose and poorly written passages on the page to be cleaned up later. Your inner editor will be very grumpy about this, but your inner editor is a nitpicky jerk who foolishly believes that it is possible to write a brilliant first draft if you write it slowly enough. It isn't. Every book you've ever loved started out as a beautifully flawed first draft.

In November, embrace imperfection and see where it takes you.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire