jeudi 1 décembre 2011

La crise économique, c'est la faute des profs de lycée



Plus exactement, de la faute des profs de SES en Seconde parce qu'ils préconisent à leurs élèves de lire Alternatives économiques, qui doit ignorer ses pouvoirs sur l'économie nationale.

Ce sont les députés de la Droite "Populaire" de l'UMP (Fourgous des Yvelines et Olivier Dassault de l'Oise, un self-made man) qui l'expliquent doctement :

Selon le Prix Nobel d’économie, Edmund Phelps, la France perd un point de croissance à cause de son déficit de culture économique. En effet, comment un peuple pourrait-il réussir dans la compétition mondiale s’il doute en permanence du modèle économique dans lequel il évolue, modèle pourtant accepté par l’ensemble de ses concurrents ? Imaginez les résultats d’un sportif de haut niveau n'aimant pas le sport qu'il pratique et ignorant les règles qui pourraient le faire gagner... (...)

Les élèves français arrivent en classe de seconde sans jamais avoir reçu un seul enseignement en économie… Et quand une introduction leur est faite, c’est uniquement pour parler des problèmes de la société (chômage, précarité, licenciement…). Quelle image le jeune lycéen peut-il avoir de l’économie quand son professeur lui conseille de lire « Alternatives économiques », journal qui, sous couvert d’objectivité, le dégoûte de l’entreprise et lui donne le blues à coups de titres plus pessimistes les uns que les autres (« Génération galère », « Le début de la fin ») ?

Le gouvernement essaye de sauver le pays et ces saboteurs font croire à leurs élèves de Seconde qu'il y a des débats en économie !

1%. C'est presque émouvant de prêter tant de pouvoir à ces clercs. J'imagine que les quelques lignes sur la notion de genre dans le manuel d'enseignement scientifique de Première ES ont aussi fait perdre 1% de taux de croissance hétérosexuelle (Christian Vanneste étant un des co-signataires du texte).

Dommage que l'UMP n'ait pas encore repris dans ses 30 Propositions pour l'éducation l'ensemble des éradications prévues contre ces agents terroristes-enseignants-publiques par le think-tank dit "IFRAP" (qui dit vouloir remplacer les écoles publiques par des écoles privées "au nom de la justice sociale").

1%. Certes, il me semble que j'ai parfois répété une chiffre aussi hasardeux d'Algan et Cahuc dans la Société de défiance qui tentait d'évaluer un effet sur la croissance de l'impression de prévarication générale encore renforcée aujourd'hui par la faction majoritaire actuelle.

6 commentaires:

hadyba a dit…

" Imaginez les résultats d’un sportif de haut niveau n'aimant pas le sport qu'il pratique"

Comme ce gars ?

C'est toujours amusant d'entendre un Dassault donner des leçons de capitalisme. Ils pratiquent ce que le capitalisme n'est pas; le problème, c'est qu'ils pensent sincèrement que Smith était un théoricien de la ploutocratie et des conflits d'intérêt.

Rappar a dit…

Je crois qu'ils sont loin leurs souvenirs de Seconde.
En cours d'économie, on en était encore à apprendre à calculer des pourcentages. Alter'éco nous serait passé au-dessus de la tête.
On ne nous a invité à lire Alter'éco qu'à l'université.

Dans son étude sur le coup d’État de Napoléon III, Marx cite des articles de The Economist. L'image m'est resté dans la tête, celle de Marx le communiste lisant le journal le plus libéral et capitaliste de l'époque (et resté tel). ;D Comme quoi on peut très bien lire un journal et garder ses convictions.

On devrait enseigner à tous les lycéens une "pensée unique" - quelle qu'elle soit - et qu'ils n'aient accès à aucune information contradictoire, et ne puissent entamer aucune dialectique formatrice. Cela porte un nom : le fascisme.

Phersv a dit…

> hadyba
Dans le Canard, il y a encore un article sur le fait que le Figaro a censuré un article critique sur les pays du Golfe avec l'argument que sinon, on ne vendrait jamais un Mirage là-bas.

Je vois qu'il a fondé avec Fourgous et Hervé Novelli le club "Génération Entreprise". La Droite dite "populaire" est donc sécuritaire et anti-immigrés mais elle a aussi un aspect économique.

> Rappar
Cette capacité à trouver des boucs émissaires comme les profs de SES a quelque chose d'assez fascinant.

On conseille pas mal la lecture d'Alternatives Economiques dès le lycée, mais plutôt en filière ES (Terminale surtout).

Les députés peuvent objecter que le magazine n'est pas "neutre" politiquement (ce qui est effectivement le cas), mais il a un intérêt direct pour des élèves qui doivent écrire des dissertations de sciences éco : il présente des débats, parfois contradictoires, dans des dossiers didactiques. Et s'ils sont assez grands pour écrire des dissertations, ils devraient avoir assez d'esprit critique pour juger des arguments.

Olivier Dassault a été vice-président du groupe qui possède Valeurs Actuelles, j'imagine que ce magazine "à la droite de la droite" lui paraîtrait donner une meilleure image de l'économie.

Mais le terme de Pensée Unique est difficile à utiliser : pour ces députés, on leur enseigne déjà une propagande étatiste en justifiant l'existence de services publics.

Mais je trouverais très curieux qu'une école publique doive enseigner par souci de neutralité la nécessité ou les "bienfaits" de sa propre obsolescence ou de la destruction de l'hôpital public.

Phersv a dit…

Add : j'avais oublié, Olivier Dassault a osé signer cela dans l'article : [L'Enarque] "étudiera comment développer l'Etat, y apprendra un métalangage uniquement compréhensible par ses pairs, et développera des stratégies de pouvoir où cooptations et consanguinité sont légion".

Ouarf !! La paille et l'obélisque.

Elias a dit…

"comment un peuple pourrait-il réussir dans la compétition mondiale s’il doute en permanence du modèle économique dans lequel il évolue"

Avant d'incriminer les profs de SES Mr Dassault devrait peut-être lire le bouquin de Thomas Philippon sur le capitalisme d'héritier ...
Une lecture qui serait sûrement aussi profitable à Mme Parisot, la fille à papa qui nous vante l'universelle précarité ...

Rappar a dit…

>Mais je trouverais très curieux
>qu'une école publique doive
>enseigner par souci de neutralité
>la nécessité ou les "bienfaits"
> de sa propre obsolescence ou de
> la destruction de l'hôpital
> public.

Bien sûr que si, ne serait-ce que pour savoir quoi répondre à la sortie du lycée, p.ex. au matraquage pro domo des chaînes de télé privées.

N'oblige-t-on pas les écoles privées à enseigner la théorie de l'évolution ? ;) En économie politique, on ne peut pas enseigner une unique théorie prouvée, démontrée et que l'on peut expérimenter - comme en sciences dures. C'est un débat d'idées permanent.

En ne recommandant de n'enseigner que le libéralisme (parce que "il a gagné" ces 20 dernières années? Attention le balancier est en train de se retourner... ;)), ces députés sont bien des tenants de la Pensée Unique néolibérale.