jeudi 2 septembre 2010

Au bord de l'eau, vol. 2



Après 29 mois d'attente depuis le volume 1 (mars 2008), revoici l'adaptation en bande-dessinée du roman Au bord de l'eau, avec un scénario de l'hyperprolifique Jean-David Morvan (avec son vieux comparse Yann Le Gal) et le dessinateur chinois Wang Peng.

Le premier volume avait surtout mis en place Shǐ Jìn, le Dragon Bleu (au corps tatoué sur la couverture), jeune paysan formé par le Maître d'armes impérial Wang Jin, victime des persécutions de l'immonde Maréchal Gāo Qiú, sous le règne de l'Empereur Huizong (début du XIIe siècle).

Le Dragon Bleu commence par protéger le village contre les bandits Zhu Wu "le Génial Tacticien", Chen Da "Tigre Sauteur de Ravins" et Yang Chun "Serpent à Taches blanches" mais il en vient ensuite à défendre les bandits face aux troupes du commandant de la sous-préfecture de Huàyīn (dans le Shǎnxī). Shǐ Jìn le Dragon Bleu partage l'hostilité des brigands vis-à-vis du pouvoir mais refuse encore pour l'instant de les rejoindre dans leur vie de rapines.

Ce second volume des Bandits des Berges va se concentrer sur un autre personnage , le truculent Lu Da (plus tard connu sous le nouveau nom choisi par le moine Zhao Lu Zhisheng Sagesse Profonde, aussi dit "Le Bonze tatoué").

Lu Zhisheng est un colosse barbu intempérant aux appétits gargantuesques mais il va traverser de multiples vies contradictoires. L'officier "contrôleur" devient hors-la-loi par accident en tentant de lutter contre une injustice (il n'en sera pas du tout récompensé) et il tente ensuite de devenir moine, même s'il continue à préférer l'usage d'un imposant bourdon de moine (pelle en croissant de Lune ou pelle de Shaolin) à la domination de ses désirs.

Cet épisode change un peu du style moralisant du premier volume grâce à ce personnage de "brute au grand coeur" alcoolique, plus cynique que le valeureux Shǐ Jìn. On peut se demander combien de volumes aura la bande-dessinée. L'adaptation prend la version relativement "courte" (celle de Shī Nàiān du XIVe siècle en 70 chapitres, sans la suite par Luó Guànzhōng où les bandits s'amendent) mais on n'a encore introduit que deux bandits parmi les 108 et il faudra attendre avant que tous ces divers personnages ne convergent. Le chef de toute cette bande des 36 Etoiles Sòng Jiāng, le "Hérault de Justice", n'apparaîtra sans doute pas avant le volume 4 ou 5, après Lín Chōng "la Tête de Léopard" et Yáng Zhì "le Fauve-à-face-bleue".

Le nombre important de personnages est toujours l'une des grandes difficultés des romans chinois (Robert Van Gulik disait qu'il se forçait à en réduire la quantité dans ses aventure du juge Ti) mais ici la bd pourrait bien se débrouiller pour que chaque personnage reste identifiable, quel que soit le choix d'un style très réaliste (un style plus abstrait ou bien cartoony pourrait paradoxalement rendre plus facile la distinction par quelques signes conventionnels : ici, on a besoin des dialogues pour se rendre compte que le même personnage peut se métamorphoser en se rasant la barbe).

Par ailleurs, je crois que Mme Penchard devrait s'exiler loin du bord de l'eau où git le germe de la dengue.

3 commentaires:

yabonn a dit…

Dès que ce gros crétin de Li Kui arrive, je la squatte à la Fnac.

Thierry C. a dit…

J'avoue un faible (coupable) pour l'adaptation space opera, très 70's, par Magnus, titrée "Les partisans" (plusieurs tomes, j'en ai 3 je crois). Personnages vite introduits, bien typés, et cynisme de bon aloi. Et des dessins toujours très élégants…

thierry PHILIPPE a dit…

Désolé pas de commentaires sur la BD.
Je suis à la recherche du tome 2 des Editions de la Pleiade, impression par IMPRIMERIE DARANTIERE à Dijon Quetigny
dans les années 79/80.
Je suis le typographe qui a fait la mise en page de ces 2 ouvrages pendant 1 année entière...
J'ai malheureusement égaré le tome 2 lors d'un déménagement