mercredi 3 novembre 2010

Le Boiteux contre le Braillard


  • Pas de grande surprise (sauf éventuellement la victoire de Harry Reid au Nevada), la Chambre des Représentants aura une large majorité républicaine et pourrait avoir le plus grand nombre de gains pour des élections de mi-mandat depuis 1938 (quand les Républicains avaient déjà bénéficié d'une seconde récession dans la Grande Dépression, et l'insuffisance du New Deal de Roosevelt), voire 1928 et l'époque de Hoover (où ils avaient eu 270 sièges).

    Mais les Démocrates gardent pour l'instant le Sénat et le chef de la majorité démocrate Harry Reid, ce qui permettra de renforcer les Vétos d'Obama aux lois votées par cette Chambre radicale.

    La période 2008-2010 aura été une courte anomalie avec un bilan législatif impressionnant, dans un système où les deux partis peuvent toujours se bloquer mutuellement ("Gridlock"). On peut trouver qu'ils n'en ont pas fait assez, que l'Option publique aurait pu éventuellement réussir à passer ou que le plan de relance aurait dû être encore bien plus ambitieux, mais on va repasser à présent dans la politique habituelle (et il y a des Républicains pour se féliciter d'ailleurs d'un Congrès simplement plus inactif et impuissant grâce à la Cohabitation, puisqu'ils préfèrent encore un gouvernement paralysé à des initiatives nouvelles).

    John Boehner fera voter des textes symboliques (peut-être même contre la réforme de santé ?), Obama et /ou le Sénat les refuseront. Boehner essayera alors de présenter cela comme une preuve que les Démocrates ne veulent pas négocier. Obama au contraire jouera à signer quelques lois pour se présenter comme plus bipartisan que les Républicains (par exemple des déductions fiscales pour les PME). Le Président sera un Canard Boiteux (Lame Duck) qui ne pourra rien faire si ce n'est son pouvoir de Véto, John Boehner prendra une posture d'agitation protestatrice geignarde sans pouvoir vraiment faire passer ce que promettait le texte du Serment à l'Amérique et il pourra rejeter l'irréalisabilité du projet sur le pouvoir exécutif. Mais Boehner obtiendra quand même la continuation de baisses d'impots pour les plus riches, ce qui est ce qui compte vraiment pour un Républicain. Et on verra en 2012 qui à ce jeu aura réussi à détourner à nouveau les électeurs modérés sans trop s'aliéner sa base.

    Ezra Klein résume le blocage :
    From the perspective of actually getting anything done in the next two years, there was perhaps no worse outcome. Republicans don't fully control Congress, so they don't have enough power to be blamed for legislative outcomes. But Democrats don't control the House and they don't have a near-filibuster proof majority in the Senate, so they can't pass legislation. Republicans, in other words, are not left with the burden of governance, and Democrats are not left with the power to govern. Republicans don't have to be responsible, and Democrats can't do it for them.

  • Le Minnesota est décidément très divisé. Les élections sénatoriales de 2008 avaient mis des mois à départager Al Franken (D) et Norm Coleman (R) (l'écart était de 0,01%). Et en 2010, l'élection du Gouverneur est à nouveau très serrée : Mark Dayton (D) n'a une avance que de moins de 0,5%.

    Globalement, l'Etat scandinave de tradition social-démocrate continue sa droitisation avec un succès historique des Républicains au niveau local (c'est l'Etat de la Folle-en-christ Michelle Bachmann, qui va sans doute vite mettre Obama en accusation).

    L'enjeu du Minnesota est assez important comme l'ancien gouverneur républicain Tim Pawlenty va sans doute se présenter aux Primaires républicaines pour les Présidentielles de 2012.

  • Il y aura aussi un recomptage pour le Sénateur de l'Alaska. L'Etat est très républicain mais les Républicains étaient eux-mêmes divisés. Joe Miller était le candidat officiel, issu du TEA Party et soutenu par Sarah Palin, mais la loi alaskienne a permis à l'ancienne Sénatrice républicaine Lisa Murkowski (fille de l'ancien gouverneur et ennemie de Sarah Palin) d'être présente quand même à condition que ses électeurs ajoutent eux-mêmes son nom sur les bulletins. Et elle pourrait battre Joe Miller si on arrive à recompter tous ces bulletins "manuels".

  • BBC News ce matin annonçait la victoire de "Paul Rand" du Kentucky. Ils semblaient avoir du mal à croire qu'on puisse s'appeler Rand de son prénom (en hommage à l'auteur dément Ayn Rand).

    Son accent est vraiment trèèèès traiiiiiiiiiiiiiiiinant. Est-ce normal au Kentucky ?

  • L'intègre Sénateur Russ Feingold (le seul Sénateur à avoir eu le courage de voter Non au PATRIOT Act de 2002) est battu dans le Wisconsin par un nouveau candidat du TEA Party sans aucune expérience politique, le millionnaire Ron Johnson - qui dit avoir la certitude que l'homme n'a aucun effet sur le réchauffement climatique. On reverra sans doute Feingold dans une autre fonction.

    En revanche, le Représentant démocrate très "à gauche" (pour les USA) Dennis Kucinich a encore une fois gagné dans son fief de la 10e circonscription de l'Ohio (Ouest de Cleveland) avec près de 60% des voix malgré la marée républicaine. Sa circonscription est solidement démocrate et il y est élu depuis 14 ans. Mais les gains républicains en Ohio sont plutôt mauvais signe pour Obama comme c'était un Etat critique (20 grands électeurs) qui l'avait soutenu en 2008.

  • 4 commentaires:

    1. Bernard Polarski4 novembre 2010 à 16:16

      je suis aussi convaincu que l'homme n'y est pour rien dans le réchauffement climatique. Je suis de ces imbéciles qui constatent que nous habitons une boule d'eau sise a coté d'un chauffe eau géant, qui en ce moment nous fait sa crise de chaleur (maximum en 2012). La vapeur d'eau étant aussi un gaz a effet de serre, je te laisse donc les 0.054% de CO2 contenu dans l'atmosphère et je vote pour les 50% de vapeur d'eau comme étant la source principale de de l'effet de serre.

      RépondreSupprimer
    2. Je n'ai aucune compétence sur le sujet, je me fie avec confiance à l'accord scientifique. Je crois vraiment qu'il n'y a plus de débat en dehors d'Allègre (donc plus de débat sérieux).

      Le mythe de l'activité solaire anormale ne montrerait pas de corrélation avec le réchauffement.

      Il y a même des arguments pour dire que l'activité solaire baisse au contraire malgré le réchauffement de certaines planètes (via TuringTest).

      RépondreSupprimer
    3. Bernard Polarski5 novembre 2010 à 08:44

      La malhonnêteté de ces sites est flagrante et confine à l'amalgame niveau Amibes.

      La première question '97% des scientifiques....' oblige à répondre 'oui' vu qu'elle associe l'activité humaine et le réchauffement. Hors les tenants de la vapeur d'eau ne nient pas le réchauffement mais son lien à l'activité humaine.

      Le deuxième contre-exemple pour démolir la causalité du soleil/réchauffement des autre planétoïdes est encore plus pathétique : L'orbite de Neptune est légèrement elliptique, donc il est normal qu'elle se réchauffe dans sa phrase de rapprochement et donc les 'vaporiens' sont profondément malhonnête quand ils parlent des autres planètes. Pourtant Mars s'est réchauffée de 0.5° ces 30 derniers années et son orbite est circulaire.

      RépondreSupprimer
    4. Je n'arrive pas à suivre. Autant que je sache, l'orbite de Mars est aussi une ellipse, elle est même encore plus elliptique que les autres (sauf le planétoïde Pluton et Mercure), donc je ne comprends pas la fin.

      Et on n'a pas de données certaines sur un réchauffement constant de Mars non plus, contrairement à ces chiffres de Lori Fenton.

      Si ces sites indiqués sont malhonnêtes, ce serait pour quelle raison et quelles seraient les sources plus fiables ?

      Je comprends les intérêts industriels par exemple de ceux qui nient (ou atténuent) le rôle humain mais je ne vois pas pourquoi la majorité des chercheurs participeraient à un complot.

      Seulement pour avoir plus de budget pour leur domaine ? Cela détruirait leur crédibilité.

      Mais si les scientifiques en majorité soutiennent qu'il y a quand même un rôle humain (peut-être pas exclusif), il n'y a pas nécessairement de controverse. Cela demanderait quand même d'agir sur les causes sur lesquelles nous pouvons agir, non ?

      RépondreSupprimer