samedi 1 mars 2008

Greyhawk: From The Ashes



Dans toute ma collection de jeux de rôle, l'un des joyaux rares dont je suis le plus fier est la boîte pas si ancienne From The Ashes écrite par le grand Carl Sargent (dont j'ai déjà raconté la vie) en 1992 pour le monde de Greyhawk (dont je viens de décrire une brève introduction).

Rappelons la chronologie.

  • 1975-1985

    Gary Gygax créé D&D vers 1973 (voir l'introduction à la première édition) et fait sa campagne de D&D dans le monde de Faucongris. Le premier supplément appelé Greyhawk en 1975 ne décrit d'ailleurs pas du tout son univers mais ne fait qu'ajouter des règles à D&D (notamment la classe du voleur et celle du paladin, Blackmoor introduisant l'assassin et le moine).



    Mais ensuite la boite de 1983 contient en plus des cartes deux livres : le Catalogue des Flanaess (80 pages) et la Glossography (48 pages). Le Catalogue contient surtout les Blasons en couleurs, la description des pays, quelques dieux comme Boccob, Celestian, Cuthbert, Ehlonna, Erythnul, Fharlanghn, Heironeous, Hextor, Incabulos, Istus, Iuz, Nerull, Obad-hai, Olidammara, Pholtus, Ralishaz, Raxivort, Trithereon, Ulaa, Wastri, Xan Yae, Zagyg. La Glossography est plus écrite en termes de jeu et a moins d'informations intéressantes. Il y a surtout des tables de rencontres aléatoires ou de météo, des pistes de scénario, les descriptions de PNJ principaux, dont les quasi-dieux sans "portefeuille" très déterminé Heward, Keoghtom, Murlynd, Kelanen (qui ont depuis été expliqués comme d'anciens compagnons de l'Archimage Zagyg).

  • 1988-1992

    En 1985, Ernest Gary Gygax (EGG) est renvoyé de TSR et perd son monde de Greyhawk. TSR décide d'ailleurs à l'époque de se concentrer sur d'autres univers (peut-être par crainte de perdre un jour les droits sur Faucongris ?) et les Royaumes Oubliés d'Ed Greenwood (et, heureusement, Jeff Grubb) paraissent en 1987 comme nouveau monde de référence d'AD&D. Greyhawk ne s'en remettra jamais, notamment parce que toutes les adaptations électroniques se trouvent dans les Forgotten Realms et que la plupart des joueurs le considèrent donc l'univers plus intuitif et plus évident.

    En 1988, un autre ancien, un des amis de EGG, Jim Ward, publie l'étrange supplément Greyhawk Adventures (128 pages). Ce livre paraît une compilation assez hétéroclite. Le premier chapitre redonne quelques dieux déjà décrits. Le second chapitre donne 13 monstres, dont les Dragons de Greyhawk, un groupe de dragons métalliques Loyaux-Neutres qui aiment vivre dans la cité de Grisfaucon, généralement métamorphosés en humains. Le troisième chapitre décrit quelques PNJs : Nerof Gasgal (le maire de Greyhawk, tiens il est Loyal neutre, je l'aurais cru Neutre), Derider Fanshen la Connétable et Prêtresse de Pelor, Sental Nurev le capitaine de la Garde, Turin l'Assassin, Ren le Marchand, Jaran Krimeeah le Mage de la Vallée d'origine ærdienne [dans les romans non-officiels de Gary Gygax, sa version du Mage de la Vallée est très différente, avec Basiliv le Démiruge, une sorte de divinité neutre peut-être inspirée de Tom Bombadil], des Frères écalates, le Duc Karl d'Urnst, Timitrios Spartakos, un mage déchu qui a trahi Jaran Krimeeah, Guiliana de la Société cornue. Le 4e chapitre décrit des sortilèges de huit Mages connus de Greyhawk (Bigby, Drawmij - le personnage de Jim Ward comme l'atteste l'anagramme -, Mordenkainen - le PJ d'EGG -, Nystul, Otiluke, Otto, Rary et Tenser). Le 5e chapitre décrit quelques objets magiques liés au monde. Le 6e chapitre décrit quelques lieux magiques comme les Sommets d'Azor'alq, la Mer de poussière, les puits d'Azak-Zil en pays bakluni, la citadelle de Skrellinshald dans les monts Griff, l'île Submergée près des îles des Seigneurs de la Mer, la Forêt de Pierre Distordue dans les Drachensgrabs, les Falaises brulantes dans la Mer de glace, Csipros Erd les Geysers de la Mort dans les Yatils, Tovag Baragu le Cercle des Pierres bakluni près du lac salé d'Udrukankar (Kanak dans les Steppes desséchées), Rigodruok la vallée arc-en-ciel au-delà de la Neige noire, Esmerin, pays de cocagne des halflings, Turucambi, labyrinthe coralien en Hepmonaland. Le 7e chapitre présente quelques courts scénarios dont une visite dans la Vallée du Mage. Les appendices ont des conseils pour les compétences. On le voit, rien de très utile, sauf peut-être le 3e chapitre à cause des PNJs.

    C'est aussi de cette période que date Castle Greyhawk (un module humoristique par 17 auteurs qui fut ensuite retconné comme un "rêve" en raison de ses gags - la version "sérieuse" est considérée comme Greyhawk Ruins de 1990). En 1989, ils publient enfin la description de la cité dans une boîte, Greyhawk, Gem of the Flanaess.

    En 1991, TSR tente un dernier essai de "relance" de l'univers. C'est d'abord un wargame, Greyhawk Wars de David Cook, qui va servir à simuler les Guerres de la période 580-585, l'essor d'Iuz et la désintégration du Grand Royaume d'Ærdie.

    En 1992, Carl Sargent reçoit donc la mission de remettre à jour la boîte de 1983 après cette Guerre et en tenant compte de la description de la ville de 1989. C'est From The Ashes (FtA, "Sorti des Cendres").



    La boîte regorge de choses avec 3 grandes cartes, deux livres de 96 pages chacun, des fiches de monstres, une vingtaine de cartons contenant tables de rencontre et scénarios.

    Les cartes restent assez fidèles à celles de 1983, avec quelques précisions en plus et une carte détaillée des environs de la cité (cette échelle avec des hexagones de 9,6 km manquait complètement auparavant et elle sera reprise dans la relance tentée en 1999).

    L'Atlas des Flanaess est surtout la remise à jour mais il ajoute notamment de nombreux lieux magiques (dont la Nef des Fous, une création de Zagyg).
    Le Campaign Book détaille le Domaine autour de la cité de Greyhawk mais en présupposant hélas souvent qu'on a accès à la boîte sur la ville de 1989.

  • Evaluation de FtA

    Les vieux fans de Gary Gygax considèrent la boîte de FtA comme une trahison de Greyhawk. Le ton y est nettment plus sombre et on a parfois résumé l'esprit en disant que le Britannique Carl Sargent avait mélangé Greyhawk avec Warhammer. La comparaison des deux couvertures est déjà significative : celle de 83 a trois chevaliers quittant un château féérique sur une colline, celle de 92 a trois morts-vivants (des Animus) quittant le même château en flammes. Il est vrai notamment que le Grand Royaume d'Ærdie devient infesté de massacres et d'invasions infernales, mais cela reste cohérent avec la description originelle du Fiend-Seeing Throne de Malachite du Overking Ivid.

    Il y a trop de diables & démons dans le monde après la Guerre mais d'un autre côté, Sargent a aussi rendu le monde plus nettement merveilleux, avec les nombreux lieux magiques, et la célèbre Crosse de Rao (voir l'article de Boyd dans Œrth Journal #3 et The Adventure Begins) permet de se débarasser de ces démons.

    Un des choix qu'a dû faire Carl Sargent pour étoffer l'univers fut de détailler enfin un peu la religion. Par exemple, l'Archevêché de Veluna n'avait pas de culte déterminé, on savait seulement que c'était un culte Loyal-Bon. Gary Gygax a dit depuis dans des interviews que c'était Cuthbert mais cela contredit le Catalogue de 83 p. 66 où il écrivait que Cuthbert était surtout populaire dans le Vicomté de Verbobonc, sans aucune mention de Veluna. Dans la version officielle depuis Sargent, Veluna est lié au culte de Rao, dieu de la Raison et de la paix. C'est considéré par certains comme trop pacifiste mais je ne vois pas la contradiction, le culte pacifiste de Rao peut faire appel à Cuthbert pour sa version plus "militante" - Almor et le Saint Siège de Medegia doivent être plutôt liés à Heironeous.

    Quoi qu'on pense de FtA, ce fut en tout cas un échec. Sargent écrivit toute une campagne ambitieuse autour de l'après-guerre (avec des scénarios, The Marklands, Iuz the Evil et City of Skulls). et elle ne fut pas achevée. Sa description du Grand Royaume, Ivid the Undying, ne fut pas éditée bien qu'achevée (on la trouve en pdf ). Ce fut peu après cette époque qu'il quitte TSR pour FASA (et que selon la légende, FASA lui offrit un poste, il ne répondit pas et disparut complètement, après un accident de voiture vers 1995 ?).

    Greyhawk allait rester dans les limbes pendant quelques années jusqu'à ce que Roger Moore tente à nouveau une ultime relance, avec les petits mais denses suppléments The Adventure Begins en 1999, puis le Living Greyhawk Gazeteer en 2003.
  • 1 commentaire:

    Arasmo a dit…

    Longtemps enfermé dans ma monomanie Gloranthienne, je n'avais jamais jeté sur Greyhawk qu'un coup d'oeil vaguement condescendant. A l'instar de bien d'autres profanes, l'univers se résumait pour moi à cette expression lapidaire de "Royaumes Oubliés du pauvre".

    Ma découverte tardive de l'univers, via un Living Greyhawk Gazeteer trouvé d'occasion, m'a conduit à totalement réviser mon jugement et aussi à m'intéresser à ses transformations .
    N'étant même pas né au moment où Gygax publiait la première version de Greyhawk, je n'éprouve pas le même sentiment de vénération religieuse à son égard que le grognard de la première heure.

    Je préfère nettement la version de Carl Sargent, qui donne à Greyhawk un supplément d'âme et de complexité. Il a imaginé une situation de guerre froide très intéressante, où deux camps se regardent en chiens de faïence pendant qu'un troisième avance patiemment ses pions...

    De plus, si Carl Sargent a approfondi le monde, il ne l'a pas pour autant figé dans le marbre: le MJ garde une grande latitude d'interprétation dans beaucoup de domaines. Par exemple, l'origine du monde n'est pas évoqué...

    De ce fait, le MJ peut s'approprier avec facilité le monde et le conformer à ses désirs : il est facile de faire de Greyhawk un univers de low-fantasy sans en bouleverser les grandes lignes. Si on veut accomplir la même chose avec Glorantha, le boulot d'adaptation sera bien plus conséquent!

    Bref, je salue avec enthousiasme ton hommage au travail de Carl Sargent, qui fait désormais partie de mes ouvrages rolistiques de chevêt!