samedi 29 mars 2008

Comment éviter un nouveau désastre Royal



De tempérament fataliste, je me résigne déjà à la victoire de Royal dans d'éventuelles primaires du PS. Les médias sarkozystes feront tout pour faire gagner un candidat aussi lamentable.

J'ai commis deux erreurs en 2006-2007, la première de croire que Royal pouvait être battue en interne (même si je reconnais que Fabius, DSK ou Jospin n'auraient peut-être pas fait beaucoup mieux au second tour), la seconde d'avoir cru que les sondages suravantageaient le maire de Neuilly.

Je ne crois pas du tout à la victoire du courant de Delanoë, qui n'a pas de dimension nationale et qui ferait encore moins bien dans le pays. Quoi qu'il fasse, il n'aura que l'image du bobo parisien et c'est exactement ce qu'il faut éviter dans la mise en scène actuelle.

En revanche, un point sur lequel je suis d'accord avec les Delanoïstes (je viens d'entendre Anne Hidalgo à ce sujet - et il est rassurant de voir qu'elle s'exprime infiniment mieux que Royal) comme avec les Royalistes (si Royal ne choisit pas tactiquement de s'effacer derrière Dray) est que nous devons choisir clairement la voie d'un chef de l'Opposition : un ou une secrétaire du PS qui soit en même temps le candidat officiel pour 2012, même si lui ou elle peut remettre sa confiance en jeu juste avant l'élection dans 4 ans.

Les deux autres candidats mineurs au poste de secrétaire Julien Dray (ex-Royaliste) et Pierre Moscovici (un peu plus proche de DSK) prétendent tous les deux qu'il faut imiter le mandat raté de François Hollande et désolidariser les deux fonctions : ils seraient Secrétaires mais s'engageraient à ne pas se présenter. C'est une ruse tactique pour devenir des candidats de compromis, et c'est d'une rare médiocrité. Il n'y a aucun argument raisonnable pour maintenir la distinction. Elle n'existe que pour apaiser les courants et par manque de charisme du leader. Les choses seraient bien plus claires avec un ou une secrétaire comme "candidat naturel" comme ce serait le cas dans toutes les autres démocraties parlementaires - même si notre régime est présidentialiste et plus parlementaire.

Il ne reste donc que l'espoir de Martine Aubry. Je ne vois qu'elle qui puisse nous sauver de Royal, et malgré tous les problèmes d'image associés aux 35 heures, elle me paraît bien meilleure que Delanoë, Fabius ou DSK pour incarner le Tout sauf Royal.

En gros, voilà les avantages/désavantages des divers candidats :

  • Royal :
    + la seule candidate à être déjà passée au second tour des Présidentielles (la belle affaire). Elle pourra se présenter comme la nouvelle Mitterrand, et son expérience principale se limite à cet échec.
    - La plus mauvaise oratrice de l'histoire de l'humanité, capable d'être cassante et banale en même temps, ennuyeuse et irritante.
    - a réussi à faire fuir les électeurs même après le complexe de 2002 et la crainte anti-Sarkozy.

  • Delanoë :
    + heu.... je ne vois pas... Le vélib ?? Il a surfé sur la vague sociologique des grandes villes et n'a pas trop effrayé l'électorat parisien.
    - Effrayera les centristes encore plus que Royal.
    - Voix nasale agaçante, même s'il est bien meilleur orateur que Royal (enfin, tout homme politique est meilleur orateur que Royal).

  • Fabius :
    + le plus expérimenté, ancien Premier ministre.
    + le plus vieux (c'est un avantage dans un pays vieillissant, quel que soit le jeunisme des médias)
    ---- Très impopulaire. Il réussit à faire peur au centre et à l'extrême gauche simultanément.

  • DSK :
    +/- Image de technocrate, expertise en économie.
    + Il pourrait exploiter son poste de Président du FMI.
    - Il a (encore plus qu'avant) une image de vendu.

  • Martine Aubry :
    + Parle normalement, contrairement à Royal.
    + Peut défendre mieux que les autres les questions sociales.
    + Peut attirer les Centristes grâce à sa filiation.
    - A réussi à perdre à une législative à Lille, est détestée par une partie du PS du Nord.
    - Pourra servir de bouc-émissaire pour toute discussion sur les 35 heures.


  • Donc désormais, mes préférences s'ordonneraient à peu près :
    Aubry > Fabius > DSK > Royal > Delanoë

    (j'ai remis Fabius devant DSK depuis les propos lénifiants de ce dernier sur le Président français actuel, et je continue à penser que Royal aurait plus de chances que Delanoë, même si cela reste insuffisant).

    Sachant que cette analyse est vaine, et que Royal va gagner de toute manière, pour se faire ensuite écraser par un quelconque membre de la dynastie Sarkozy ou par n'importe quelle chèvre présentée par cet immonde Claude Bébéar et ses amis.

    1 commentaire:

    arasmo a dit…

    Ma foi, vu le micmac causé par les heures supplémentaires, je ne pense pas qu'Aubry ait à rougir d'avoir initié les 35 heures... Comme quoi, la gauche n'est pas la seule à engendrer des monstres bureaucratiques!