lundi 28 mars 2011

Galimafrée


  • L'Old School Renaissance (OSR) n'a pas engendré que des "règles rétro-clones" des diverses éditions. Elle est surtout composée par tous ces blogs qui cherchent à contribuer gratuitement à toute une collaboration volontaire qui n'est plus seulement une industrie du divertissement (ce qu'ils appellent plus proprement le "DIY D&D", le jeu de rôle "à monter soi-même").

    Ce mouvement DIY de réappropriation du hobby a déjà multiplié d'innombrables aides de jeu et il aura bientôt aussi ses propres oeuvres vraiment originales (j'attends avec impatience le supplément sur la ville de Vornheim chez Lamentations of the Flame Princess, rien que pour cette carte superbe en non-perspective médiévale).

    Alex Schroeder avait déjà fait l'agrégateur mondial Old-School qui avait l'originalité de dépasser la blogosphère anglophone (avec des blogs comme ce collectionneur italien). Il a ajouté maintenant un Wiki sur les Règles OSR qui permet de mieux indexer systématiquement toutes les options de jeu créées par les supporters de l'OSR.

  • Zak a montré de nombreux exemples de découvertes qu'on peut tirer de tous ces suppléments, comme la table de 100 relations possibles entre personnages (où on peut tirer des résultats vraiment originaux comme 72 Characters only survivors of a lost caravan that was forced to resort to cannibalism) ou les tables des effets d'une soirée de beuverie (où j'aime bien le résultat Vous vous réveillez au matin marié(e) avec une femme-lézard amoureuse de vous).

  • J'aime beaucoup les tables d' événements aléatoires pour décrire la jeunesse d'un PC (voire des ancêtres intéressants, comme dans le jeu Artesia: Known World). C'est déjà standard sous le terme de Character Lifepath et j'aimerais bien avoir des règles plus adaptées à chaque univers précis (comme par exemple celles que Mike Mearls avait mentionnées pour sa campagne de Greyhawk).

  • En passant, je viens de découvrir quelque chose que je trouve à la fois incroyable et en fait évident. Cyclopeatron donne une liste des options "Maison" que Gygax utilisait réellement dans ses parties, et il y a cette bombe :
    * PCs start at 3rd level.

    Je crois que Gygax a raison et que les 1er-2e Niveaux sont en effet trop difficiles à apprécier (pardon aux puristes de l'OSR qui veulent être plus gygaxiens que Gygax dans leur attachement à la lettre). Mais en ce cas, si même Gygax le reconnaissait après tant de parties, pourquoi ne pas rendre officiel en modifiant les règles pour que le "1er" Niveau de fait soit désormais équivalent à un "3" (ce qui était d'ailleurs une règle officielle dans D&D Birthright).

    Le choix de 3 donne d'ailleurs une symétrie avec les 3d6 pour les caractéristiques (un mage aurait 3-12 hp et un guerrier 3d8 ou 3d10 selon votre version de D&D). Mais au lieu de 3dX, on pourrait reprendre en plus la règle optionnelle du Maximum des Points de coups pour le 1er niveau (un mage aurait alors 6-12 et un clerc 8-18).

  • Snorri (alias Nicolas Dessaux, "Un Sorcier dans la Bouteille"), qui avait déjà fait le (quasi-)rétro-clone d'OD&D Épées & Sorcellerie et le minimaliste Searchers of the Unknown (où les personnages ne gardent plus que les mêmes règles utilisées pour les PNJ), a réalisé un nouveau rétroclone encore plus développé, Aventures fantastiques, qu'il décrit lui-même comme son intermédiaire entre la simplicité d'OD&D et Basic D&D et les complexités d'AD&D).

    Bien que je n'aie pas assez de talent d'organisation pour créer un jeu, j'aimerais bien faire un rétoclone que j'appellerais "Épée & Esperluette" rien que pour déposer cette marque déposée avec un acronyme récursif comme GNU.

    J'aime beaucoup son monde de Castelpérégrin, hommage très simple à un cadre d'introduction, qui utilise tous les personnages exemples de Basic D&D comme Saints et Divinités (Sainte Morgane Louve-de-Fer, Sainte Rebecca*, Saint Fredrik le Nain, Saint Dougall le Sombre Larron et "Saint Gary", dieu des quêtes).

    (*Le personnage de "Sœur Rebecca" comme exemple de Clerc est un hommage de Tom Moldvay à sa sœur réelle - c'est le genre de détail anecdotique que j'adore savoir)

  • Outland Survival était un jeu de société Avalon Hill qui servait de carte par défaut pour toutes les aventures en extérieur dans OD&D et les Grognards s'amusent souvent à la reprendre comme arrière-fond. Snorri a fait sa version avec Hexagones à la Mystara. Rob Conley avait aussi dessiné sa propre version, les Terres du Sud (qui jouxte ensuite Blackmarsh, sa propre version de Blackmoor. Thomas Denmark a aussi créé le monde de Lavivrus.

  • D&D était tellement populaire au début des années 80 qu'il eut même son propre camp de vacances D&D pour enfants en Pennsylvanie (les moniteurs préféraient jouer entre eux le soir à Champions).

    Je me demande si passer ses journées à jouer dans un tel contexte quasi-obligatoire (comme un camp sportif) ne finirait pas par vous dégouter du jeu de rôle en lui enlevant toute dimension d'évasion.

  • 4 commentaires:

    1. When I was a kid in 10th grade, there was a project week where pupils got to do one thing for the entire week. I decided that I wanted to try and propose a project myself and this is how we got to run one week of D&D in a class room. It was awesome and neatly avoided the quasi-mandatory context you mention. Good times…

      By the way, I spent a little effort in improving the French interface of Campaign Wiki including a translation of the Info page (with the help of my mother, hehe), the main page, some internal wiki texts, and so on. Just in case any French RPG group needs a campaign wiki. :)

      RépondreSupprimer
    2. Yes, I think my criticism of the D&D Camp was more like Sour Grapes... :-)

      We used to have a lot of RPG-stamina and I could play all-nighters. Now I am bored after after 4/5 hours.

      I had no idea the Campaign Wikis were already so extensive. 763 pages for the Grenzmarkencampaign! That must be already a kind of encylopedia...

      RépondreSupprimer
    3. Bonjour Phersu que je lis depuis la période 20six. En France aussi il y eut des colonies de vacances dédiées aux jeux de rôle. De mémoire, je suis allé dans l'une d'entre-elles en 1988 : ça se passait en Ariège et on jouait principalement à des jeux de rôle (Donjon et dragons bien sûr, mais aussi L'Appel de Cthulhu avec par exemple la campagne Les Fungis de Yuggoth), mais aussi des jeux de plateau (Ah les tournoi de Bloodbowl)... et cerise sur le gâteau, le camp se terminait par un grandeur nature.
      Bonne continuation...

      RépondreSupprimer
    4. Ah, je ne connaissais pas !

      En France, depuis les années 90, il y a aussi Rêves de jeux à Pierre-Bénite, au sud de Lyon.

      RépondreSupprimer