lundi 28 mars 2011

Laïcité comme mot vide


Il y a 3 jours, la correspondante du Guardian avait demandé si Copé pourrait sauver la droite de l'extrémisme anti-musulman (Copé répète ensuite les mêmes banalités de 2007 sur le déclin de la "Valeur Travail", alors que je crois que les Français ont au contraire une "éthique du travail" qu'il a du mal à se représenter).

Hier, dès le résultat du second tour, Copé croit donc bon de dire directement qu'il veut s'adresser seulement aux anciens électeurs UMP qui sont allés au FN et qu'il a "entendu leur message". En voilà encore un qui va vite traîner Sophie Aram dans la boue parce qu'elle a dit que les électeurs FN n'étaient pas que des "victimes" pour lesquels nous devions avant tout montrer de la compassion.

Mais d'un autre côté, je ne comprends pas non plus la position de l'ex-chiraquien François Baroin. Il déclare presque expressis verbis qu'il faut que l'UMP redevienne républicaine et en finisse avec un prétendu débat sur la laïcité. En disant cela, il reconnaît donc ce que nous savions tous, que c'était une tactique de Buisson et pas une vraie politique. L'UMP panique devant l'idée que les électeurs "préfèrent l'Original à la Copie".

Mais c'est le genre de chose que d'un point de vue cynique ou même réaliste, Baroin aurait dû dire seulement en coulisses, tout en continuant à le nier publiquement. C'est un peu vain si cela conduit à avoir le résultat contraire. L'UMP de Copé va dire que non, il ne faut refuser aucun débat, elle va s'y enfoncer à contre-coeur et le FN va dire que cela prouve qu'on ne peut pas leur faire confiance pour le poser vraiment.

L'UMP est face à un piège intéressant dans le choix de ce qui doit être sélectionné comme problème pour moins parler du chomage. S'ils continuent la stratégie Buisson qui leur avait réussi en 2007 sur l'immigration, l'identité nationale, la "laïcité" et la sécurité, ils envoient le signal à leurs électeurs que le FN avait finalement raison dans le fond, qu'il était donc plus crédible dans l'expression des problèmes et que les notables de l'UMP sont donc eux-mêmes incapables de donner des "solutions" à ces "problèmes". S'ils essayent de remettre le diable dans la boite, ils seront accusés de "nier la réalité", d'être "politiquement corrects" et ils feront monter le FN en semblant ne plus être assez différents du PS. Spirale perdant-perdant, comme aurait pu dire une ancienne candidate poitevine.

La laïcité "positive" de Badinguet (dont j'ai déjà dit les origines dans un discours théocratique) devient progressivement exactement ce qu'on pouvait craindre, un "mot de code" inversé qui n'a plus rien à voir avec la laïcité. Que la ruine du Parti radical puisse s'associer à cette destruction du sens même du mot en dit long sur leur décomposition avancée.

Là où le mot "laïcité" a achevé son renversement en Novlangue est dans cette vidéo d'une candidate FN à Marseille qui parle de son combat pour la "chrétienté et la laïcité". Le second terme associé semble seulement vouloir dire "Pas de religion à moins de 10% de la population pour prier dans la rue mais d'accord pour des processions de la religion majoritaire" ("Nous, les croyants, on prie dans les églises, eux, ils prient dans la rue, vous trouvez ça normal dans un pays de chrétienté & de laïcité alors qu'ils ont des lieux de culte" - le "ils" n'est jamais précisé).

7 commentaires:

Digó János a dit…

Les électeurs préfèrent l'original à la Copée.

MB a dit…

Un billet tonique sur la conception de la laïcité dans un lycée de Saint-Ouen - sans doute pas d'accord avec tout ce qui est écrit sur ce blogue mais ça change de l'eau tiède que l'on nous sert trop souvent.

Le plus frappant avec la laïcité moderne, c'est bien que l'on ne s'attaque qu'aux pratiques (culturelles plus que cultuelles bien souvent) plutôt qu'au fait religieux lui-même. Il me semble que les radicaux d'autrefois n'hésitaient pas à attaquer les sottes superstitions, ce que plus personne n'ose faire aujourd'hui. Donc je rejoins koz quand il conclu qu'il s'agit bien d'un débat sur les bougnoules et non d'un débat sur l'Islam.

Phersv a dit…

> Digó János
Il y a un problème spécifique de Copé (qui se dit qu'il aura besoin du FN pour les législatives de 2017 ?).

Copé vient de dire sur Canal+ que Fillon et Baroin ont commis une grande erreur en le le soutenant sur la laïcité.

La guerre civile de l'UMP risque de commencer bientôt (même si Badinguet va quand même remonter dans les sondages après la guerre, pendant les vacances et après quelques émeutes de banlieue).

> MB
Ok, si cette affaire de Saint-Ouen est vraie (j'attends quand même de voir une autre version), ce serait en effet un dérapage très inquiétant de la "laïcité" devenue sectarisme. L'obligation de porter des jeans et pas des robes longues ??

Les sites "communautaires islamisants" disent que c'est sous l'action de Caroline Fourest mais je ne sais pas si c'est vrai.

Cela faisait longtemps que je n'avais pas regardé le blog de koz. Il exprime aussi un malaise de toute une partie de l'UMP.

MB a dit…

Oh, les faits ont l'air avérés, même si l'on ne peut évidemment pas exclure une large part de provocation de la part des gamines. J'adore le faux-cul-isme absolu selon lequel il n'a jamais été question de les exclure, non non non, quelle horreur, mais de leur demander d'"entamer une réflexion à l’avenir pour se positionner par rapport à cette règle et pour savoir si elles voulaient rester dans l’établissement l’année prochaine". Quoi qu'il en soit, je trouve révélateur que l'on s'en prenne aux vêtements et que l'on demande aux jeunes filles de disparaître et pas directement aux croyances, en leur donnant des outils pour sortir de leur sectarisme rétrograde. Il y a une espèce d'inversion avec l'utilisation de la religion au XIXe siècle comme outil de contrôle sociale, où l'on ne demandait pas aux gens de croire mais d'en donner l'apparence.

(L’Éducation nationale fait plus que fort avec ceci, aussi.)

Ce qui m'épate quand même chez koz c'est qu'il continue malgré tout à croire à la sincérité de notre Président dès qu'il va faire des clowneries dans une cathédrale. Et autheuil exprime pas mal le malaise d'une autre partie de l'UMP.

Thierry C. a dit…

Oui mais… La jeune fille elle-même dit (à la radio) que sa tenue n'est "pas religieuse", mais "traditionnelle". De deux choses l'une: soit elle aurait revendiqué sa tenue comme religieuse, & en pareil cas il était légitime de l'interdire dans l'établissement (pour le coup, laïcité, etc…). Soit elle ne l'est en effet pas (comme elle le dit), & en pareil cas y a pas d'affaire, la direction de l'établissement ayant droit de regard anyway sur la tenue de ses élèves (règlement intérieur), "traditionnelle" ou pas. Une crête Punk rose "tradi" vaudra peut-être convocation chez le protal… Enfin & par ailleurs, en effet c'est la fait qu'elle soit "tradi" de pays exotiques & pas trop île-de-françouais qui pose problème: les autres élèves, pour soutenir Melle Sarah, ont choisi, à ce que j'ai lu, de se pointer bêtement en pareo, tenue qui ne "passerait" pas non plus, vu qu'on n'est à St Ouen ni dans le Pacifique sud ni (pratique admise d'ailleurs fort récemment via métonymie vague) sur une plage - & faisant donc à mon avis la démonstration du bien fondé de la réaction, molle (rappel au règlement), de l'administration. Idem tongs ou maillot de bain, etc… Il y a bien des normes (ou contre-normes) sociales, personne ne s'habille jamais "comme il veut", je crois… Vive l'uniforme scolaire (par ailleurs)!

Phersv a dit…

Oui, les propos de la direction sont indéfendables, même si on récupère maintenant tout ce dérapage comme une preuve que la laïcité serait toujours intolérante ou "islamophobe" (oui, je sais).

Les lycéennes en question étaient peut-être dans la provocation (elles remettaient sans doute leur voile juste devant la porte) et elles n'étaient pas exclues de cours, mais cela ne peut pas excuser de leur dire qu'elles devraient s'habiller comme les autres. On ne penserait pas à vouloir imposer cette norme à des "Gothiques" par exemple.

MB a dit…

Phersv, votre anti-spam m'a encore mangé un commentaire...

Du coup, Thierry C., je vous laisse le soin de chercher vous même le règlement intérieur du lycée concerné, sans mettre de lien. Je recopie de manière intégrale la partie concernant la tenue des élèves : "La tenue vestimentaire choisie par l’élève doit respecter les exigences relatives à leur sécurité et être adaptée aux activités pratiquées. Ainsi sont obligatoires, une tenue de travail en travaux pratiques de sciences et la tenue de sport en
EPS"
. Voilà pour le droit de regard de la direction de l'établissement. Et sinon, pour mémoire, "Les élèves disposent des libertés d'information et d'expression dans le respect du pluralisme et du principe de la
neutralité"
: vive la Liberté ! Dans mon lycée des années 80, il y avait des punks et des goths et ça n'a jamais posé de problème à quiconque.