jeudi 2 octobre 2008

Le Télégramme sur l'Afghanistan



Il est rare que la presse anglo-saxonne cite le Canard (a respected French newspaper), et c'est à cause de cette dépêche où Jean-François Fitou (s'agit-il du même que le spécialiste de Saint-Simon ??), "ministre conseiller" auprès de Régis Koetschet puis de Jean Ponton d'Amécourt, ambassadeur de France à Kaboul (depuis le mois de mai 2008) aurait retranscrit une conversation avec Sherrard Cowper, ambassadeur du Royaume-Uni :


L'ambassadeur britannique et son adjoint ont successivement pris contact avec moi pour livrer leur analyse de la situation avant la rencontre franco-britannique sur l'Afghanistan.

De leurs propos, je retiens :
  • La situation actuelle est mauvaise. La sécurité empire, mais aussi la corruption et le gouvernement a perdu tout crédit. Nos paroles publiques ne doivent pas nous illusionner nous-mêmes sur le fait que l'insurrection, si elle demeure incapable de remporter une victoire militaire, est néanmoins en mesure de rendre la vie de plus en plus difficile, y compris dans la capitale.

  • La présence, notamment militaire, de la Coalition est une partie du problème, non sa solution. Les forces étrangères assurent la survie d'un régime qui, sans ells, s'effondrerait rapidement. Ce faisant, elles ralentissent et compliquent une éventuelle sortie de crise (probablement dramatique d'ailleurs).


  • La perspective à moyen terme ne serait au mieux qu'un « dictateur acceptable ».

    Et les diplomates ne sont pas d'accord avec la politique suivie par le gouvernement français.

    Le renforcement des moyens militaires (...) aurait des effets pervers : il nous désignerait encore plus clairement comme force d'occupation et multiplierait le nombre de cibles.

    2 commentaires:

    valerio a dit…

    ct pt'et une erreur d'instituer la démocratie au niveau national immédiatement. il aurait pt'et mieux valu l'instituer seulement au niveau localet attendre une dizaine d'année que des partis décents émergent. en attendant, placer un chef d'État dictateur éclairé.

    Phersv a dit…

    Les Alliés avaient peut-être réussi un joli coup avec la Loya Jirga comme Assemblée constituante pour essayer de concilier les Tribus, y compris une partie des Pachtouns (la principale tribu pachtoune pro-Taliban est les Ghilzai comme le Mollah Omar ou Hekmatyar).

    Mais il aurait fallu que Hamid Karzai (Pachtoune de la tribu Durrani) semble moins compromis dans des liens d'affaires.
    Il aurait aussi fallu que les Alliés aident encore plus la Reconstruction, ce qu'ils auraient pu faire si les USA n'étaient pas partis aussitôt dans leur guerre désastreuse en Irak.