mercredi 31 décembre 2008

Parfois la réponse est presque trop évidente



Robert Farley sur le complaisance de Gonzales s'apitoyant sur son sort :


I consider myself a casualty, one of the many casualties of the war on terror."

I can think of 4537 people who might dispute that characterization. And 1042 other people. And these other 2998 people. Oh, and the three quarters of a million dead Iraqis, untold dead Afghanis, uncounted dead Somalis, and all the others that might think that Alberto Gonzales isn't actually a casualty of the War on Terror.


Oui, mais les a-t-on traités avec la même cruauté que les médias contre cet Attorney General qui eut le courage de sacrifier de manière quasi-kierkegaardienne toute banalité éthique au nom d'une plus haute et noble vocation, le service de George Bush (qui est lui même traité avec tant d'iniquité) ? L'Amérique est heureuse d'avoir de tels individus héroïques qui endossent le rôle tragique et fatal du Bouc-Emissaire pour sauver la Civilisation, par la Torture, la Fraude et la Forfaiture.

Cela fait aussi penser aux "chickenhawks" comme Hugh Hewitt disant qu'il était depuis son bureau new-yorkais sur le front dans la Guerre contre la Terreur.

Dommage que les nominations pour la Whininess soient terminées.

Aucun commentaire: