dimanche 20 juillet 2008

Rousseau avait raison

(pour une fois)

Nous aurions bien un instinct inné de pitié (ou du moins une propension innée à l'empathie pour le malheur de nos congénères).

2 commentaires:

knd a dit…

Pas trop vite (même si je crois à l'idée). L'étude en question montre que les enfants activent à peu près les mêmes régions de leur jeune cerveau que les adultes quand ils voient des enfants se faire mal par accident ou suite à l'action volontaire d'un autre enfant. Cela ne montre en rien que cela est "naturel" (ou instinctif). D'ailleurs ce point n'est absolument pas discuté dans l'article original.

Phersv a dit…

Ah, j'ai cru sur parole le titre. :)
Mais l'auteur Jean Decety insiste quand même dans l'interview sur le fait que c'est "hardwired", ce qui n'est peut-être pas instinctif (je ne sais pas s'il y a une définition précise du terme) mais quand même sur une base "innée", non ?