jeudi 21 avril 2011

Primes


Le Généralissime Badinguet a su tirer des leçons de son ami le Colonel. Il promet de nouvelles niches fiscales obligatoires pour les entreprises qui auraient (1) plus de 50 employés (cela concerne potentiellement 8 millions de personnes), (2) qui versent des dividendes, (3) qui augmenteraient fortement ces dividendes en 2011-2012, (4) avec un montant libre à négocier mais qui pourrait très bien être, je ne sais pas, moi, d'un montant qui irait peut-être hypothétiquement jusqu'à une éventuelle aumône généreuse annuelle de mille euros si cela se trouve et si les actionnaires avaient trop d'argent dont ils ne savaient pas quoi faire. Mme Parisot aurait raison de dénoncer un tel "collectivisme". Les effets pervers de la planification (décourager l'augmentation de dividendes et éventuellement des investisseurs), mais toute apparence de "justice" en moins.

Le Colonel Kadhafi, lui, avait moins su contrôler l'inflation galopante de ses pétro-dinars libyens en promettant des versements mensuels de 5000 dinars ("4150 $" en théorie) pour 500 000 familles libyennes ou de 1000 dinars ("830$") pour un particulier. Certes, il avait des provinces entières qui se soulevaient contre lui.

M. Guaino a justifié la nouvelle doctrine économique en disant que maintenant seulement on demandait des sacrifices parce qu'on sortait de la Crise (on apprend donc qu'il y a eu une politique de relance par le Bouclier fiscal en 2008-2010). La coïncidence d'échéances électorales et d'une rentrée sociale de septembre 2011 n'a rien à voir.

Add. J'avais raté l'explication dans le Canard de Badinguet disant pourquoi il fallait bloquer les salaires dans la fonction publique : "Dans la fonction publique, il n'y a pas de dividendes, il n'y a que des déficits."

Avec un tel raisonnement d'actionnaire, je comprends que les services publics ne soient plus perçus que comme des "dépenses" non rentables.

1 commentaire:

hadyba a dit…

J'avoue que je commence à admirer sa capacité à produire des idées idiotes et échappant à tout semblant de rationalité. A ce niveau, c'est de l'art.