vendredi 9 novembre 2007

Les conséquences économiques de Bush

L'économiste Joseph Stiglitz dans Vanity Fair :


Quand nous reviendrons un jour sur la catastrophe qu'a été l'administration de Bush, nous penserons à plusieurs choses : la tragédie de la guerre en Irak, la honte de Guantanamo et Abu Ghraib, l'érosion des libertés civiles. Les dégâts faits à l'économie américaine ne font pas les premières pages chaque jour, mais les répercussions seront ressenties au-delà de la vie de n'importe qui lisant cette page.

Je peux déjà entendre une réplique irritée. Le Président n'a pas conduit les Etats-Unis dans une récession pendant ses sept années au pouvoir. Le chômage s'élève au chiffre respectable de 4.6 %. Bon, très bien.

Mais l'autre côté du bilan est terrible : un code fiscal qui est devenu affreusement biaisé en faveur des riches ; une dette nationale qui se sera probablement accru de 70 % avant que ce président ne quitte Washington ; une cascade de gonflement de faillites et de défauts de payements des hypothèques ; un déficit commercial commercial record de près de 850 milliards de dollars ; les prix du pétrole qui sont plus hauts qu'ils ne l'ont jamais été ; et un dollar si faible que pour que s'acheter une tasse de café à Londres ou à Paris — ou même au Yukon— devient pour un un Américain une opération de haute finance.

Et il y a pire. Après presque sept ans de ce président, les Etats-Unis sont moins préparés que jamais pour faire face au futur. Nous n'avons plus formé assez d'ingénieurs et de scientifiques, les gens avec les qualifications dont nous aurions besoin pour concurrencer la Chine et l'Inde. Nous n'avons plus investi dans les genres de recherche fondamentale qui avait fait de nous le moteur technologique de la fin du 20ème siècle. Et bien que le président comprenne maintenant — ou du moins le prétend-il — que nous devrions commencer à nous sevrer du pétrole et du charbon, nous en sommes devenus encore plus profondément dépendants pendant son mandat.

Jusqu'ici, l'opinion commune était que Herbert Hoover, dont les politiques ont aggravé la Grande Dépression, avait toutes les chances de gagner le titre de "Pire Président" pour ce qui est de la gestion de l'économie américaine. Mais une fois que Franklin Roosevelt est arrivé au pouvoir et a inversé les politiques de Hoover, le pays a commencé à récupérer. Les effets économiques de la présidence de Bush sont plus insidieux que ceux de Hoover, plus difficiles à renverser, et probablement plus durables. Il n'y a pas de risque que l'Amérique perde sa position d'économie la plus riche du monde. Mais nos petits-enfants continueront à vivre et à faire face aux conséquences économiques de M. Bush.

Rappelez-vous de l'excédent budgétaire ?

Le monde était un endroit très différent, économiquement parlant, quand George W. Bush est arrivé au pouvoir, en janvier 2001. Pendant les 90's Rugissantes, beaucoup avaient cru que l'Internet transformerait tout. Les gains de productivité, qui étaient à une moyenne d'environ 1,5 % par an du début des années 70 aux années 90, approchaient les 3 %. Pendant le second mandat de Clinton, les gains dans la productivité industrielle ont parfois même surpassé les 6 %. Le Président de la Réserve fédérale, Alan Greenspan, parlait d'une Nouvelle Economie marquée par des gains continus de productivité, alors que l'Internet enterrait les anciennes manières de faire des affaires. D'autres sont allés jusqu'à prévoir une fin des cycles économiques. Greenspan s'est même inquiêté à haute voix de la façon dont il pourrait gérer la politique monétaire une fois que la dette nationale aurait été entièrement payée.

Cette confiance excessive a fait monter l'index de Dow Jones de plus en plus haut. Les riches y gagnaient, mais aussi les moins riches et même les plus pauvres. Les années Clinton n'ont pas été pas un Nirvâna économique ; en tant que président du Conseil économique présidentiel pendant une partie de cette époque, je ne suis que trop conscient des erreurs et occasions perdues. Les accords commerciaux mondiaux que nous avons fait passer ont souvent été injustes envers les pays en voie de développement. Nous aurions dû investir plus dans les infrastructure, resserrer plus les régulations des marchés des valeurs, et prendre des mesures additionnelles pour favoriser les économies d'énergie. Nous n'en avons pas fait assez pour des raisons politiques et par manque d"argent —and aussi, franchement, parce que les intérêts particuliers ont parfois formé l'ordre du jour davantage qu'ils ne l'auraient dû. Mais ces années de Boom étaient la première fois depuis Jimmy Carter que le déficit était sous contrôle. Et c'était la première fois depuis les années 70 que les bas revenus se sont développés plus rapidement que les plus élevés — un repère important.

Avant que George W. Bush ait prêté serment, des parties de cette image brillante avaient commencé à s'obscurcir. Le Boom des technologies était fini. Le Nasdaq a baissé de 15 % en avril 2000, et personne ne savait quel effet l'effondrement de la bulle Internet aurait sur l'économie réelle. C'était un moment mûr pour des sciences économiques keynésiennes, un temps pour amorcer la pompe en dépensant plus d'argent dans l'éducation, la technologie, et les infrastructures — tout ce dont l'Amérique avait désespérément besoin, mais que l'administration Clinton avait remis à plus tard dans son zèle implacable pour éliminer le déficit. Bill Clinton avait laissé le Président Bush dans une position idéale pour poursuivre de telles politiques. Rappelez-vous les débats présidentiels en 2000 entre Al Gore et George Bush, et comment les deux hommes avaient discuté de la façon de dépenser les $2.2 trillion prévus de surplus budgétaire de l'Amérique? Le pays aurait pu avoir les moyens d'élever l'investissement dans les secteurs principaux. En fait, faire ainsi aurait écarté la récession à court terme, tout en stimulant la croissance à long terme.

Mais l'administration de Bush avait ses propres idées. La première initiative économique principale poursuivie par le Président était une réduction des impôts d'impôt massive pour les riches, décrétée en juin de 2001. Ceux avec des revenus au-dessus d'un million ont obtenu une réduction des impôts d'impôt de $18 000, plus que 30 fois plus que la baisse pour l'Américain moyen. Les injustices ont été aggravées par une deuxième baisse des impôts, en 2003, encore plus fortement à l'avantage des riches. Ensemble ces réductions des impôts, une fois entièrement mises en application et rendues permanentes, signifient qu'en 2012 la réduction moyenne pour un Américain des 20 % les plus pauvres sera de $45, alors que ceux avec des revenus de plus de $1 millions verront leurs factures d'impôts réduites de $162 000 en moyenne.

L'administration se glorifie que l'économie a connu une croissance — d'environ 16%— pendant ses six premières années, mais la croissance a aidé principalement les personnes qui n'en avaient aucun besoin, et n'ont pas aidé ceux qui en auraient eu vraiment besoin. Une marée haute a soulevé tous les yachts. Les inégalités s'accroissent maintenant en Amérique, et à un taux inouï dans les trois quarts du siècle dernier. Un jeune homme d'une trentaine d'années a aujourd'hui un revenu, ajusté à l'inflation, qui est de 12% inférieur à ce que son père touchait il y a 30 ans. Il y a environ 5.3 millions d'Américains supplémentaires vivant dans la pauvreté depuis que Bush est devenu président. La structure de classe de l'Amérique n'en est pas encore arrivée à ce stade mais se dirige vers celle du Brésil ou du Mexique.

Le Boom de la Banqueroute

Dans la négligence stupéfiante pour les règles les plus fondamentales de la convenance fiscale, l'administration a continué à baisser les impôts même pendant qu'elle entreprenait de nouveaux programmes de dépenses coûteux et s'embarquait sur une "guerre choisie" financièrement ruineuse en Irak. Un surplus budgétaire de 2,4 % du produit intérieur brut (PIB), qui a salué Bush pendant qu'il prenait le bureau, s'est transformé en déficit de 3.6 % dans l'espace de quatre ans. Les Etats-Unis n'avaient pas connu un renversement de cette ampleur depuis la crise globale de la Deuxième guerre mondiale.

Les subventions agricoles ont été doublées entre 2002 et 2005. Les dépenses fiscales — subventions et des préférences cachées dans le code fiscal — ont augmenté de plus qu'un quart. Les allégements fiscaux pour les amis du président dans l'industrie du pétrole et de l'essence ont augmenté par des milliards et des milliards de dollars. Oui, en cinq années après le 11 Septembre, les dépenses de défense ont augmenté (par environ 70 %), cependant une grande partie de l'accroissement des dépenses n'était pas du tout pour combattre dans la Guerre contre la Terreur, mais étaient perdues ou externalisées dans des missions ratées en Irak. En attendant, d'autres fonds ont continué à être dépensés dans des gadgets technologiques de pointe habituels qui ne marchent pas, contre des ennemis que nous n'avons plus.

En un mot, l'argent était dépensé partout sauf là où il était nécessaire. Pendant ces sept dernières années le pourcentage de PIB dépensé sur la recherche, à part pour la défense et la santé, a baissé. On a peu fait pour nos infrastructures en délabrement comme les levées à la Nouvelle-Orléans ou des ponts à Minneapolis. Faire face à la majeure partie des dégâts incombera au prochain occupant de la Maison Blanche .

Après avoir critiqué des programmes d'aide pour l'indigent, l'administration a décrété la plus grande augmentation des programmes depuis 40 ans pour le plan mal conçu pour les médicaments pour l'Assurance-maladie, prévu comme dessous de table de saison électorale et concession à l'industrie pharmaceutique. Comme l'ont indiqué ensuite des documents internes, le coût réel de la mesure a été dissimulé au Congrès. En attendant, les compagnies pharmaceutiques ont reçu des faveurs particulières. Pour accéder aux nouveaux avantages, les personnes âgées perdaient l'option d'acheter les médicaments meilleur marché au Canada ou d'autres pays. La loi a également interdit au gouvernement des Etats-Unis, le plus grand acheteur de médicaments, d'être en pourparlers avec des fabricants pour réduire des coûts. En conséquence, les consommateurs américains payent bien plus des médicaments que les autres dans le monde développé.

Vous entendrez encore certains — dont le Président — prétendre que les réductions des impôts d'impôt de cette administration étaient censées stimuler l'économie, mais cela n'a jamais été vrai. La valeur de la dépense — le stimulus par dollar de deficit — était incroyablement bas. Par conséquent, tout l'effort de la stimulation économique est tombé au conseil de la Réserve fédérale, qui a pressé sur l'accélérateur d'une manière historiquement sans précédent, faisant baisser des taux d'intérêt d'intérêt en dessous de 1%. En valeur réelle, en tenant compte de l'inflation, les taux d'intérêt sont même tombés à - 2 %. Le résultat prévisible était une hausse des dépenses du consommateur.

Autrement dit, l'irresponsabilité fiscale de Bush a stimulé l'irresponsabilité de tout le monde. On amoncelait les crédits, et des hypothèques de subprime ont été rendus disponible à n'importe qui. La dette des cartes de crédit a monté à $900 milliards à l'été de 2007. “Qualifié de naissance” est devenu le slogan ivre de l'ère de Bush. Les ménages américains ont tiré profit des bas taux d'intérêt d'intérêt et ont signé pour de nouvelles hypothèques avec des taux initiaux alléchants, et sont partis consommer avec cet argent.

Toute cette dépense a fait croire que l'économie s'améliorait pendant un moment ; le Président pouvait se vanter des statistiques économiques. Mais les conséquences pour beaucoup de familles deviendraient évidentes dans quelques années, quand les taux d'intérêt d'intérêt ont remonté et les hypothèques se sont révélées impossibles à rembourser. Le Président a assurément espéré que le règlement à payer viendrait après 2008. Il est arrivé 18 mois avant. On s'attend à ce que 1.7 million d'Américains perdent leurs maisons dans les mois à venir. Pour beaucoup, cela signifiera le commencement d'une spirale de chute dans la pauvreté.

Entre mars 2006 et mars 2007, les taux de faillite personnelle ont monté de plus de 60 %. Alors que les familles entraient dans la faillite, de plus en plus d'entre elles ont compris qui avait le plus gagné et qui avait perdu dans la loi du President sur les faillites en 2005, qui a rendu plus difficile aux individus de se délivrer de leurs dettes d'une manière raisonnable. Les prêteurs qui avaient encouragé la “réforme” ; avaient été les gagnants clairs, gagnant plus d'appuis et de protections pour elles-mêmes ; les gens en situation difficile s'étaient fait avoir.

Et puis il y a l'Irak

La guerre en Irak (à un moindre degré, la guerre en Afghanistan) a coûté au pays chèrement en sang et en moyens. La perte en vies ne pourra jamais être quantifiée. Quant au financement, il est intéressant de se rappeler que l'administration, dans la préparation à l'invasion de l'Irak, était peu disposée à oser une évaluation de ce que la guerre coûterait (et a même publiquement humilié un assistant de la Maison Blanche qui a proposé qu'elle pourrait coûter pas moins de $200 milliards). Une fois poussée à donner un nombre, l'administration a suggéré que $50 milliards suffiraient — c'est-à-dire ce que les Etats-Unis y dépensent en fait à peu près en quelques mois. Aujourd'hui, les chiffres de gouvernement reconnaissent officiellement que plus que la moitié d'un trillion de dollars a été dépensé par les Etats-Unis dans ce "théâtre”. Mais en fait le coût global du conflit pourrait être quatre fois plus, d'après une étude que j'ai faite avec Linda Bilmes de Harvard. Même le bureau du budget du Congrès reconnaît maintenant que les dépenses totales sont susceptibles d'être davantage que le double. Les nombres officiels n'incluent pas, par exemple, d'autres dépenses cachées au budget de la défense, tel que les coûts montants de recrutement, avec des bonifications de ré-enrôlement de pas moins de $100.000. Ils n'incluent pas la pension d'incapacité à vie et les soins qui seront exigés par des dizaines de milliers de vétérans blessés, dont 20 % ont souffert des lésions graves au cerveau ou à la moële épinière. Ils n'incluent pas une grande partie du coût de l'équipement qui a été utilisé dans la guerre, et qui devra être remplacé. Si vous tenez compte également des coûts pour l'économie des prix du pétrole plus élevés et des effets domino de la guerre, de l'incertitude sur l'investissement, et les difficultés que les entreprises des USA font face à l'étranger parce que l'Amérique est le pays le plus haï du monde. Le coût de la guerre de l'Irak, même par une évaluation conservatrice, monte à au moins $2 trillions. Ce à quoi on doit ajouter : pour l'instant.


1 commentaire:

Kyrnos a dit…

"“Qualifié de naissance” est devenu le slogan ivre de l'ère de Bush."

Et de la France version Sarkozy, manifestement…

Les parallèles sont terrifiants.