vendredi 30 novembre 2007

Comics du mois (14/11 - 28/11)




Certaines notices seront complétées plus tard. Mon WiFi est trop intermittent pour que je finisse tout de suite...

  • DC Comics

    • All-Star Superman #9
      Tout le monde répète que cette bd est merveilleuse et j'ai des réserves. C'est un hommage très mignon aux histoires de l'Age d'argent que j'aime beaucoup mais cela reste plus un remake - parfois légèrement modernisé - qu'une oeuvre originale. Je n'avais pas autant cette impression par exemple en lisant Supreme d'Alan Moore. Des Kryptoniens impérialistes (comme l'Eradicateur) illustrent la générosité de Kal-El et finissent empoisonnés à la Kryptonite, ce qui fait que Kal-El doit les sauver en les projetant dans la Zone fantôme (comme Mon-El). Cela n'ajoute rien de neuf au mythe de Superman et ne fait que combiner plusieurs thèmes de l'Age d'argent. Agréable (surtout si, contrairement à moi, on aime les dessins de Quitely) mais aussi assez oubliable. B

    • Booster Gold #4
      L'histoire ne m'a pas passionné. Booster Gold (Michael Carter) avait déjà rencontré dans Supernova son lointain ancêtre Daniel Carter et rencontre ici son père maléfique. Bof. Mais la fin annonce un choc puisque au lieu de vouloir garder le passé tel qu'il est, Michael et Rip Hunter vont essayer de sauver la Batgirl originale. On sait bien qu'ils vont échouer - Barbara Gordon paralysée et devenue Oracle est un élément trop important de l'univers batmanien - mais je suis quand même curieux de voir comment ça va se passer. B

    • Captain Carrot and the Final Ark! #2
      J'aime beaucoup les dessins de Scott Shaw! mais le scénario reste curieusement peu drôle, alors que le scénariste Bill Morrison était efficace dans les Simpsons.Les blagues sur 52 tombent à plat et le personnage du vilain Lama Rash Al Paca n'est pas réussi. On a encore plus l'impression d'un hommage à la première série qu'un vrai nouvel essai. C

      Le seul intérêt est de faire revenir Alley-Kat-Abra en effaçant l'histoire récente de Teen Titans #30-31 où elle était censée avoir tué la souris Little Cheese.

      Un autre truc intéressant mais obscur est de voir repasser sur Terre-26 quelques personnages animaliers oubliés de DC Comics comme Fennimore Frog (de The Dodo & the Frog, 1947) et Fauntleroy Fox (de The Fox & the Crow, 1941). C


    • Countdown to Final Crisis #24-22
      Je n'aimais déjà plus cette série mais, qui plus est, je n'arrive plus à la suivre et j'ai toujours l'impression d'avoir raté des épisodes. Il se peut que cela vienne du fait que je ne lis pas la pléthore de séries dérivées. Ou alors c'est juste parce que Paul Dini n'arrive pas à écrire de manière cohérente avec des douzaines de personnages. Superman-Prime part massacrer des mondes parallèles de manière particulièrement ridicule et détruit Terre-15 dans Countdown #24 (la Terre utopique où les sidekicks ont pu succéder aux héros de première génération et où les vilains sont devenus des héros, qu'on visite depuis Countdown #30). Puis il passe tout le #23 à torturer ce pauvre M. Mxyzpltlk et c'est encore plus débile qu'un épisode de 24. Mary Marvel, qu'Eclipso avait offerte à Darkseid, se révolte contre lui (ce qui achève de rendre Darkseid ridicule alors que DC essaye de nous le vendre comme leur meilleur vilain de tous les temps). Karate Kid et les Atomic Knights réussissent à délivrer Firestorm de DeSaad. Mr Miracle, qui porte de deuil de Barda, délivre Jimmy Olsen sur Apokolips. Trickster se fait tuer par Deadshot. Vraiment ennuyeux. Au fait, le #22 a la liste de quelques-unes des 52 Terres parallèles connues (enfin, 51 Terres en 52 mondes maintenant puisque Terre-15 n'existe plus). F

    • Supergirl & the Legion of Super-heroes #36
      A éviter. Les dessins de Calero sont vraiment atroces dans ce numéro et le scénario ne sert qu'à bâcler un nettoyage de la série, en faisant revenir Supergirl au XXIe siècle, avant l'arrivée de Jim Shooter. F

    • Uncle Sam & the Freedom Fighters (vol.2) #3/8
      Dommage que cette série soit si sombre, ce n'est pas mal. Ce numéro raconte l'origine du Doll-Man actuel, Lester Colt et le retour de l'Homme Figurine original, Darrell Dane, qui a enlevé le Vice-Président. Les scénaristes Gray & Jimmy Palmiotti jouent aussi à imiter Roy Thomas en réintroduisant des personnages obscurs de l'Age d'Or. On voit aussi apparaître un nouveau groupe de personnages qui veulent remplacer les Freedom Fights, Captain Triumph, Citizen X (qui ressemble un peu au X de Dark Horse, qui était aussi encré par Jimmy Palmiotti), Magno et The Libertine. B+

    • Wonder Woman #14
      C'est l'arrivée de la nouvelle scénariste Gail Simone, première scénariste femme régulière (Jodi Picoult, tant décriée, n'était là que pour quelques numéros). J'étais assez tiède après la déception d'Atom, mais le début ne commence pas si mal. Ici, elle réussit à convaincre un groupe de Gorille mutants albinos de la suivre et elle va devoir affronter les restes de la Société des Supervilains qui a décidé d'envahir Themyscira (encore !!). Je continue à penser que la dynamique avec son nouveau "intérêt romantique" Nemesis ne marche pas du tout (mais c'est le problème de toute la série depuis la fin de Steve Trevor : Diana semble être condamnée à rester la Reine Vierge). Quant au retcon récent (Wonder Woman Annual) où Diana n'a aucun pouvoir tant qu'elle ne se métamorphose pas en son identité de Wonder Woman, je persiste à ne pas voir l'intérêt. Mais avoir l'équipe des Dodsons aux dessins et une scénariste stable qui a l'air de savoir où elle va pourrait augurer d'une très bonne période pour ce titre. B+


  • "Indépendants" & Assimilés

  • Mon critère pour un Indépendant n'est pas la compagnie mais l'univers fictionnel. Vertigo et Wildstorm appartiennent à DC/TimeWarner mais peuvent être "indépendants".

    • Army at Love #9
      Je n'aime pas tellement la provocation d'habitude mais devant l'audace de cette série, je ne peux m'empêcher d'être soufflé. A part le Charlie Hebdo des années 70, je ne me souviens pas d'une bd qui transgresse tant de tabous à la fois.

      Ce ne serait pas forcément un bien en soi ou un compliment suffisant, mais ici la série est vraiment intéressante.

      Dans cet épisode, Allie (la femme de Healey) s'habitue à sa vie avec le Shaman mongol polygame Batsukh (et son ami le Yéti) dont elle est tombée amoureuse. L'officier Morse doit faire face au problèmes de rectitude politique face à son traitement de Beau Gest, le soldat mongolien. Le prestidigitateur Flabbergast est toujours sous le philtre d'amour qui le lie à Switzer, la femme de Loman. Loman et sa soeur Dee Dee Gest organisent une opération pour retrouver Allie. La cupide Pomona Peebles tente d'utiliser la Guerre en Irak Afbaghistan pour se payer son opération de chirurgie esthétique. L'artiste Magoon utilise une drogue avec du Nanoware WiFi qui connecte avec un satellite Big Finger qui peut servir de métaphore pour Dieu. A

    • Ex Machina #32
      Je me plaignais la dernière fois que le discours théologique était un peu lourd mais ici il sert à faire monter le suspense de manière très efficace. On a beau savoir que le héros n'est pas l'Antéchrist et que Brian Vaughan est bien trop libéral pour tomber dans un scénario si apocalyptique, il parvient pourtant à nous faire douter. C'est encore plus fort quand on pense qu'il nous fait peur sur l'assassinat d'une personne réelle, Jean-Paul II, qui est déjà morte dans la réalité ! Je n'avais pas été autant intéressé depuis les premiers numéros. A

    • Savage Dragon #134
      Un épisode un peu vide, qui semble vouloir ironiser sur l'image des femmes dans les comics de manière un peu lourde. Depuis que M. Glum a été vaincu, cette série traverse un petit passage à vide, je trouve. Il reste à voir comment il va gérer la confrontation finale entre le Dragon et Solar-Man, le justicier omnipotent et complètement psychotique. C

    • Subculture #2
      Un des exemples du nouveau Geek Chic (illustré en ce moment par mon sitcom favori, Big Bang Theory). Une bd indépendante sur un Geek amoureux d'une artiste fan de comics indépendants... Cela pourrait faire craindre un pur "Mary Sue" fantasmatique mais il y a des réussites dans la satire, une sorte de Kevin Smith, en plus gentil. Mais les dessins m'ennuient un peu. C

    • Suburban Glamour #1
      La nouvelle série de Jamie McKelvie, dessinateur de Phonomancer, qui est devenu l'un de mes nouveaux favoris. L'histoire est à nouveau du fantastique contemporain avec une jeune Britannique légèrement "alternative" en fin de lycée, Astrid, qui s'ennuie dans la ville imaginaire de Lanbern, Worcestershire (pas loin de Birmingham) et qui voit soudain la Magie revenir.

      Free Image Hosting at www.ImageShack.us

      On a déjà vu plusieurs fois ce genre d'histoire (la jeune fille normale mais pleine d'imagination qui est plus prête à accepter le retour de la magie), mais les dessins de McKelvie rendent tout cela assez mignon, même si je crains un peu son côté "hipster" avec ses héros cools. Il a un vrai talent pour passer d'un réalisme calme à du fantastique et cette version en couleur est plus vivante que les contrastes de Phonomancer. B

    • The Sword #2
      La jeune paraplégique Dara Brighton a survécu à l'assaut qui a massacré toute sa famille et découvre la confirmation que son père le prof de littérature était bien le héros immortel Demetrios, détenteur de l'Epée magique. Tout cela n'est pas très original et je crains que le dessinateur ne puisse pas distinguer assez les différents visages humains, mais je suis quand même assez intrigué pour continuer. B

    • The Umbrella Academy #3/6
      Pas mal. Une bonne imitation de superhéros Vertigo avec un peu d'humour anglais. Peu de BD savent gérer le bizarre avec une telle décontraction. Mais il y a un manque de personnages sympathiques et un peu trop d'allusion aux secrets encore à découvrir. B


  • Marvel Comics

    • Black Panther #32
      L'équipe continue à sauter de mondes en mondes et ils se retrouvent sur une version de Kral IV (Fantastic Four #91, 1969), la planète skrull dans la Galaxie d'Andromède qui imite le Chicago des années 30 et les Gangsters de la Prohibition. Cela semble être une idée assez absurde mais le scénario réussit à la faire tenir un peu, même si le thème du prochain numéro risque d'être une parabole assez lourde sur les rapports inter-raciaux. B+

    • Loners #6/6
      On se demandait si ce petit groupe obscur de jeunes ex-superhéros méritait une chance . La série aura plutôt prouvé le contraire, j'ai moins envie d'en lire sur eux à présent. Dommage, je ne retiens guère que le gimmick des couvertures dans toute cette mini-série. C

    • Nova #8
      Nova s'est enfui à travers l'espace-temps et se retrouve au Big Crunch final où il trouve un groupe de superhéros extraterrestres, les Luminals de Xarth III, qui sont zombifiés. Je ne sais si c'est ma zombiphobie ou bien ma déception de l'intrigue des derniers épisodes mais je me suis un peu ennuyé. Les interactions entre Nova et son heaume l'ordinateur sont toujours ce qui sauve l'histoire. B

    • She-Hulk #23
      Tiens, je n'avais pas deviné l'identité de Jennifer Walters - je m'attendais à un S.H.I.EL.D. Life Decoy pas à une Skrull. Certes, il y a trop de Skrulls partout en ce moment dans l'univers Marvel mais il y a aussi un besoin de plus de Skrulls "positifs", en plus de Xavin, Lyja ou du trop oublié Cadre K (les "X-Skrulls").

  • 2 commentaires:

    Moi a dit…

    Les dessins de Calero sont stupéfiants. Vous êtes idiot. Peut-être le problème est vous êtes enfant qui aime seulement les caricatures. Vous êtes simple.

    Phersv a dit…

    Heu... oui, peut-être, si vous voulez. Je continue à les trouver répugnants.