mercredi 22 avril 2009

Comics de mars-avril 2009



Juste de brèves capsules sans illustrations (les dernières étaient de février). Mes recommandations de ce bimestre seraient surtout Top 10 (Wildstorm), Black Panther (Marvel) et Iron Man (Marvel), ainsi que les séries écrites par D. Abnett & A. Lanning (dits "DnA"), Guardians, Nova et War of Kings. Green Lantern Corps (DC) va peut-être aussi être pas mal dans les épisodes à venir.

  • Multivers DC

    • Green Latern #39
      La guerre contre The Blackest Night commence alors que le scénario introduit un peu rapidement les nouvelles "couleurs" de Lanternes. Hal Jordan est désormais membre de la Lanterne bleue et de la Lanterne verte en même temps (représentant que l'espérance n'est rien sans la volonté) et Carol Ferris a été recrutée chez les Star Sapphires. Les Contrôleurs entrent dans le système Véga (carte du système) et on apprend une nouvelle explication pour laquelle ce système était interdit aux Lanternes : c'est le repaire de la Lanterne orange, celle de la Cupidité (l'explication traditionnelle était que les Gardiens de l'Univers culpabilisaient d'y avoir créé par manipulations génétiques l'étrange race des Psions). La Balafrée, la Gardienne corrompue, commence à intervenir plus directement. Il y a quelque chose d'un peu prévisible dans cette progression dramatique fatale, comme souvent chez Geoff Johns quand on voit les ficelles.

    • Green Lantern Corps #35
      Les Lanternes rouges envahissent Oa et délivrent les prisonniers (leurs ennemis, les Lanternes jaunes de Sinestro), alors que les autres Lanternes jaunes dirigés par Mongul ont conquis Daxam, la planète de "Sodam" qui l'avait fuie pour sa xénophobie. Sur Korugar, Soranik Natu retrouve son père, Sinestro. Le dessinateur Gleason me plaît moins que Reis sur l'autre titre mais l'histoire de Tomasi me paraît globalement plus intéressante que celle de Johns (en dehors de la parabole un peu lourde sur la xénophobie des Daxamites).

    • Justice Society of America #25
      La concentration de tous les pires défauts de Geoff Johns comme scénariste. Une histoire alambiquée et obscure de magie où le problème aussi bien que sa résolution n'ont aucun sens. Isis ressuscitée, Billy Batson et sa soeur Mary sont corrompus par la magie de Black Adam et comme il ne sait pas comment finir, le vieux Shazam revient encore une fois et reprend les pouvoirs de tout le monde. Johns utilise aussi son procédé presque routinier de "récurrence" d'un thème. De même qu'il a transformé les Green Lanterns en sept couleurs, il ajoute aux Sept Péchés capitaux gardés par Shazam Sept Vertus, idée qui paraît complètement inutile mais typique de sa manière d'extrapoler en généralisant.

    • Justice League of America #31
      La Ligue est en plein désarroi. Batman et Martian Manhunter sont tous les deux décédés pendant la "Crise Finale", Hawkgirl et le Flash ont quitté l'équipe. L'autorité de Black Canary est donc remise en cause et Hal Jordan, qui fait sécession avec certains membres, lui reproche l'inactivité de l'équipe depuis le #1 en disant que la Ligue n'a fait que réagir à des problèmes "personnels" au lieu d'agir concrètement (ce qui sonne un peu plus comme un reproche du scénariste actuel Dwayne McDuffie contre son prédécesseur Brad Meltzer...). Il est un peu décevant de voir DC après seulement trois ans nous refaire le coup de la dissolution de l'équipe, qu'ils rejoue périodiquement pour "relancer le concept". Le dessinateur Shane Davis imite bien le style du dessinateur habituel Ed Benes (ce qui, pour moi, serait plutôt un défaut).

    • R.E.B.E.L.S #3
      Un bon exemple d'une fausse bonne idée : Brainiac 2 (armé de messages renvoyés du futur de son arrière-petit fils Brainiac 5) retrouve au XXIe siècle une ancêtre de la Légionnaire Dawnstar (qui vivait au XXXIe siècle avec Wildfire). Il lui donne les mêmes pouvoirs qu'à Wildfire en transformant son corps en anti-matière sans lui demander son avis et elle s'appelle comme par hasard Wildstar. C'est stupide puisque cela fait de l'avenir une simple reconstitution confuse ou répétition rétroactive. Pendant ce temps, les Omega-Men luttent contre les androïdes de Brainiac 2 qui sont passés sous le contrôle de Starro. Je n'aime pas tellement les dessins, et l'idée de refaire la Légion au lieu de chercher plus subtilement à recréer une atmosphère proche est plutôt décevante.

    • Strange Adventures #1-2 / 8
      Les Rannites se sont réinstallés sur le monde de Starman et Adam Strange enquête sur la disparition d'étoiles (qui s'accompagne de la disparition de tout souvenir collectif de leur existence). Sur le monde artificiel de Hardcore Station, Comet lutte contre le démon Synnar qui possède le corps du Weird. Jim Starlin continue de développer sa mythologie personnelle (Hardcore et Weird étant ses créations) mais la greffe de son univers mystico-sf me paraît aussi ratée sur l'univers DC que la tentative depuis 30 ans de faire tenir le Fourth World de Jack Kirby. L'univers de sf DC me semblait avoir un optimisme technologique lié à l'Âge d'argent et cela semble bien compromis dans ces interminables métaphores sur la Religion comme pouvoir politico-économique et le "Choc des Civilisations" (Starlin met même des sous-titres au cas où on n'aurait pas compris l'allusion aux USA et au monde musulman, renvoyés dos à dos comme deux fétichismes, la "Cupidité" et le "Fanatisme").

    • Wonder Woman #30
      La guerre ultra-violente contre Génocide me lasse vraiment mais une autre intrigue pourrait être plus intéressante : Zeus après avoir créé son île de héros tous mâles comme pendant à celle des Amazones fait renaître un héros qui serait l'homologue de Wonder Woman. Héraclès a déjà été trop utilisé dans la mythologie de cette bd en tant qu'amant d'Hippolyta et il s'agit ici d'Achille, personnage qui pourrait un peu renouveler la tension (si l'auteur est aussi lettrée qu'Eric Shanower, elle saura, j'espère, qu'Achille a aussi été amoureux d'une Amazone, Penthésilée).


  • Indépendants

    • Age of Bronze #28 (Betrayal #9)
      La première bataille devant Troie se poursuit après la mort de Kyknos, tué par Achille. Cette première offensive grecque est un succès et les Troyens paniquent, malgré les efforts de Hector et Sarpedon (fils d'Europe, mais je ne sais qui est son père dans la version évhémériste et démythologisée d'Eric Shanower) pour les rallier. Un premier fils de la Maison de Priam tombe, un certain "Telestes". Palamède, le plus intelligent du camp grec, dispose les nefs noires des Grecs, se préparant à un siège long, et on voit monter la jalousie d'Agamemnon contre le fils de Nauplios, le roi d'Eubée. Sur la Porte Scée, Cressida, haïe des autres femmes en tant que fille du traître Calchas, affiche son amour pour Troïlos (la version de Shanower incorporant la pièce de Shakespeare en plus des textes anciens, ce qui va donner une relation où Cressida sera une nouvelle Desdémone).

      On commence à s'approcher de la période de l'Iliade et les scènes de batailles risquent de devenir un peu répétitives. En armures, les nombreux personnages se ressemblent encore plus.

    • Ex Machina Special #4/4
      Une histoire bien construite du point de vue formel sur les questions morales de la responsabilité et l'environnement, mais la structure ne rend pas l'histoire très intéressante pour autant. Vaughan est un des meilleurs scénaristes mais il se laisse parfois trop guider par des idées sans que les personnages aient beaucoup de chair. C'est un comic très autoréférentiel puisqu'on lit sur papier non-recyclé que le maire devrait intervenir contre les comics sur papier non-recyclé (et si vous le lisez en le téléchargeant, cela reste ironique puisqu'il y a un débat sur "la mort du medium imprimé").

    • Rex Mundi #17
      Julien survit au Graal comme on pouvait s'y attendre mais il y a enfin un retournement intéressant puisqu'on apprend qu'en fait il n'est pas l'Elu, contrairement à ce qu'on croit depuis le début et même qu'il n'y a pas d'Elu et que de nombreux humains peuvent être guéris par ce Graal dès qu'ils ont le gène adéquat (un Peuple élu à la place du Messie, en quelque sorte). On revient donc à une sorte d'explication pseudo-scientifique au lieu du cliché mystique de l'Elu, ce qui est un peu rafraichissant après tous les tropes qui ressemblaient tant à Da Vinci Code (même si l'auteur s'en défend en disant que c'est Brown qui a plagié les mêmes sources que lui). L'histoire se conclut un peu vite et Julien ressuscite la plupart des victimes massacrées dans les derniers épisodes, ce qui paraît être une facilité.

    • Savage Dragon #148 (Free Comic Book Day)
      Dragon, qui a réintégré la police de Chicago, a enfin une pause dans ses nombreux problèmes (il est devenu veuf et sa petite amie l'a laissé tomber en blamant son incapacité au travail du deuil). Il rencontre le vieux superhéros de l'Âge d'Or, Daredevil (créé en septembre 1940). En passant, j'ignorais qu'il y avait eu en fait deux versions de ce personnage : dans ses premières apparitions, Daredevil est muet après un choc traumatisme bien pire que Batman : il a vu ses parents se faire tuer et il a été ensuite torturé par les bandits qui voulaient lui faire avouer où était l'invention de son père. Est-ce là l'origine de la cécité du Daredevil de Marvel ? J'avais toujours cru que cela venait plutôt du héros des pulp's The Bat. Dans les numéros suivants, l'origine du Daredevil originel changea (il a été élevé par des Aborigènes d'Australie) et il parle sans problème. Cela explique l'histoire incompréhensible dans Project Superpowers avec deux Daredevils différents.
      Ces versions de Daredevil sont désormais dans le domaine public mais les éditeurs n'osent pas utiliser son nom de peur d'un procès de Marvel qui créa en 1964 le Daredevil actuel, sans doute inspiré par le premier (chez AC Comics il est donc Red Devil et chez Dynamite il est Death-Defying Devil). Le personnage de l'Âge d'Or a même un lien lointain avec Watchmen puisqu'il fut le modèle pour le héros de Charlton Comics Thunderbolt, qui inspira Ozymandias.

    • Top 10 (Season 2) #4 & Special #1
      Après les imitations de drame policier, l'hommage aux drames juridiques, très réussi. Shock-headed Pete (qui représente depuis le début le flic capable de bavure) perd le contrôle et détruit son collègue robot Joe Pi. On a ensuite un saut dans le temps où il vit désormais avec l'androïde "Girl Two" (alias Sung Li), qui a quitté la police et est devenue une avocate dans le genre d'Ally McBeal. Irmageddon (qui, elle aussi, a craqué) doit avoir un entretien avec le Docteur Gautama, un psychologue qui a l'air d'être aussi un bodhisattva qui récuse toute la pop psychology de manière très réjouissante. Sans doute l'un des meilleurs comic-book en ce moment.


  • Marvel

    • Mighty Avengers #23
      Des trois titres Avengers actuels (sans compter Secret Avengers), c'est le plus "traditionnel" puisque l'équipe reformée fait un peu un retour aux sources, avec des membres d'origines dirigés par Hank Pym (qui a pris le nom de son ex-femme défunte, Wasp). Cette première histoire les confronte au Grand Ancien Chthon, dont les pouvoirs chaotiques sont liés à ceux de la Sorcière Rouge, mais il y a un retournement ironique puisque même cette équipe est en fait manipulée en secret par son plus vieil ennemi depuis Avengers #1 (1963), le dieu Loki.

    • New Avengers #51
      Avec le titre de Bendis, on a un autre style, plus "contemporain" et à la narration toujours assez "décompressée". Doctor Strange cherche celui qui doit lui succéder et il semble que ce soit Wiccan des Jeunes Vengeurs (qui serait en fait la réincarnation du fils de la Sorcière rouge et de la Vision). Spider-Man rejoint aussi l'équipe et leur divulgue à nouveau son identité (puisque tout souvenir de son secret avait été effacé par Mephisto dans Brand New Day).

    • Dark Avengers #3
      L'équipe officielle des Vengeurs de Norman Osborn doit être l'un des seuls comic-books où quasiment tous les personnages, alliés comme ennemis, sont tous des criminels non-repentis et/ou des psychopathes. Osborn y apparaît, cela dit, un peu plus intelligent et intéressant, entre deux crises de folie. Il manipule le schizophrène Sentry en faisant opérer une sorte de "transfert" original : tu peux te fier à moi qui puis comprendre ta folie comme je suis aussi fou que toi et que je contrôle mes "Voix". Le discours cathartique entre fous remplace ainsi l'idée d'une parole thérapeutique rationnelle.

    • Black Panther (vol. 5) #3
      T'challa, tué par le Docteur Doom, est officiellement décédé et on commence à suivre son voyage dans l'Au-delà. Son épouse, la reine Ororo lance aussi des rituels pour aider à sa résurrection. Le Wakanda commence donc le rituel pour intrôniser la nouvelle Panthère noire, sa soeur Shuri. Un des grands avantages de ce changement est qu'on évite un peu de l'arrogance omnipotente de T'challa qui était devenu depuis le volume 3 de Christopher Priest une sorte d'homme parfait inhumain dans le genre de Reed Richards. Mais on se doute que dans une douzaine d'épisodes, T'challa aura ressuscité et reprendra son titre.
      Une autre bonne idée de Hudlin est de jouer sur le Totemisme, qui est après tout le fondement de toute la série. Il peut être ennuyeux de voir la Panthère lutter encore une fois contre le Totem-Gorille ou le Totem-Lion mais Morlun, le Mangeur d'esprits totémiques, s'impose dans ce titre bien plus que contre le "Totem-Araignée" dans Spider-Man.

    • Captain Britain and MI:13 #12
      Lady Jacqueline Falsworth-Crichton, alias Spitfire, la superhéroïne centenaire, a basculé dans le vampirisme transmis par le Baron Blood. Le Prince des Vampires Vlad Dracula lance son attaque avec sa fille Lilith contre Blade et l'équipe britannique. Vlad nous signale aimablement au passage au cas où on ne l'avait pas saisi que le Vampirisme est une métaphore pour la lutte des classes et l'aristocratie britannique vivant comme "prédateurs" sur la société anglaise.

    • Eternals (vol. 4) #9
      Cet épisode final de la série révèle que tout ce qui arrivait avait pour but de faire passer un seuil à Tiamut le Céleste qui Rêve. On a donc un retournement romantique du thème luciférien ou prométhéen : il était décrit depuis le début de cette bd comme l'Ange Rebelle (et il avait été puni pour avoir voulu éradiquer l'espèce humaine) et il devient ici l'Ange sauveur de l'Humanité dont le Maître des Célestes (le "Fulcrum") voulait qu'il s'oppose à lui pour le faire passer au "Libre-Arbitre". Ce thème gnostique ou plutôt william-blakien était déjà annoncé dans la mini-série écrite par Neil Gaiman mais c'est donc une inversion de l'idée originelle des Eternels. Les Célestes de la mythologie kirbyenne sont plutôt des êtres lovecraftiens incompréhensibles et amoraux (ce qui était très bien vu dans la série Earth-X où ils n'incarnent qu'une forme de vie cherchant à se reproduire et ne manipulant les autres formes de vie que comme des "anti-corps" contre Galactus). Ce mélange entre deux traditions aussi opposées que le Monothéisme gnostique et l'Athéisme lovecraftien me paraît finalement de mauvais goût et décevant. Une des définitions de l'univers Marvel est justement cet arrière-fond lovecraftien athée et donc l'absence d'une téléologie ou d'une axiologie objective (par opposition à l'univers DC qui garde souvent une référence transcendante "morale" depuis le Spectre).

    • Exiles #1
      Jeff Parker est l'un des meilleurs scénaristes actuels chez Marvel (voir son excellent Agents of Atlas), mais j'ai des doutes sur les limites de la formule d'Exiles. On réunit des versions alternatives de superhéros Marvel et on les envoie à chaque épisode dans une nouvelle Terre parallèle lutter contre d'autres versions alternatives. Cela devient vite répétitif et vain comme un songe, si on n'a pas l'impression d'une histoire un peu suivie qui ait une attache à la Terre "principale" normale de la continuité fictive (la Terre dite "616"). La nouvelle équipe est dirigée par Morph (qui est l'un des personnages les plus drôles en imitation du Plastic Man de DC) et compte des versions de Blink, Beast (Terre-763), Black Panther (Terre-1119), Forge (Terre-2814), Polaris (Terre-8149) et Scarlet Witch (Terre-8823). Il y a donc deux époux d'Ororo (Forge et peut-être Black Panther s'il était une version de T'challa) et deux filles de Magneto (Lorna et Wanda).

    • Guardians of the Galaxy #12
      L'histoire poursuit en fait de vieilles intrigues lancées par Mark Gruenwald dans sa série trop négligée Quasar au début des années 90 : Quasar (Wendell Vaughn) revient, récupère ses bracelets quantiques (voir Nova, infra) et Phyla-Vell devient l'Avatar de la Mort en échange de la résurrection de Heather, fille de Drax et maîtresse de Phyla. Drax le Destructeur, Phyla-Vell de l'Entropie et Dragon-de-Lune (qui est une sorte de dieu cthulhuoïde de plus) font une trinité d'anti-héros assez originaux pour l'équipe des Gardiens (qui compte déjà l'assassin Gamorra, le Messie artificiel Adam Warlock et l'Androgyne mystique Starhawk, qui est en fait le fils de Quasar et Kismet/Her/Paragon dans le futur alternatif de Terre-691, lié avec sa femme-soeur Aleta).

    • Invincible Iron Man #12
      Les choses vont mal pour Stark puisque ses deux alliées, Maria Hill et Pepper Potts (alias Iron Woman) sont capturées (un peu stupidement) par les hommes de Norman Osborn. Un détail m'a fait rire dans cet épisode : de toute évidence, il y a aussi un effondrement du Dollar dans la Terre-616 comme Osborn précise à ses assassins qu'ils seront payés en Euros.

    • Ms. Marvel #37
      Le ton de ce titre a énormément changé depuis quelques numéros puisque c'est devenu plutôt une atmosphère de thriller d'espionnage sombre. Carol Danvers échoue dans son plan de vengeance contre Ghazi Rashid et je regrette parfois que le scénariste semble inconsciemment toujours l'enfermer dans une spirale de l'échec. C'est un titre qui ne cesse de se demander pourquoi il ne se vend pas mieux, mais la faire toujours échouer ne risque pas d'améliorer les choses. Moonstone, des Dark Avengers, remplace officiellement Carol mais il se peut qu'on voit bientôt un retour de son identité de Binary ?

    • Nova #22
      Robert Ryder a pris la place de son frère Richard dans le Nova Corps reformé par le Worldmind mais Richard reçoit du fantôme de Quasar (voir Guardians of the Galaxy) les bracelets quantiques, ce qui en fait le nouveau successeur au titre après Wendell Vaughn et Phyla-Vell.

    • Amazing Spider-Man #588
      La conclusion de la relance du titre après 43 numéros au rythme "trimensuel" depuis janvier 2008 (donc l'équivalent de trois ans normaux concentrés en un an). Le feuilleton a été dans l'ensemble réussi autour de l'intrigue des Elections Municipales de New York, de la série de crimes accusant Spider-Man et du retour de la famille Osborn. L'identité de Jackpot, en fait une inconnue, a été ratée (rappelant l'idée originelle de Steve Ditko qui a quitté le titre dans les années 60 contre Stan Lee, parce qu'il voulait que le Green Goblin soit en fait sans aucune relation avec Peter Parker) mais celle de Master Menace a été au contraire une vraie surprise. L'effet principal de toutes ces histoires est de remettre le centre autour de Peter Parker et Harry Osborn (alors que les fans du film ont déjà vu Harry avoir sa rédemption et mourir dans Spider-Man III). Personnellement, je trouve la scientifique Carlie Cooper bien plus intéressante que Mary-Jane Watson comme petite amie mais on sait bien qu'elle tombera dans l'oubli comme Debra Whitman et que le retour de MJ est inévitable en raison de l'inertie des comic-books.

    • War of Kings #2/6
      Un épisode politique intéressant où les Inhumains, qui viennent de prendre le contrôle de l'Empire Kree, mènent une campagne pour gagner la popularité de leurs nouveaux sujets, ce qui ne va pas vraiment de soi quand on connaît le racisme kree et le fait que les Inhumains avaient été créés génétiquement comme une race de soldats pour les Kree (c'est donc un peu comme les Janissaires qui prennent le contrôle du Sultan). Les auteurs anglais DnA font en passant une allusion à Lady Di, comme Crystal devient la "Princesse du Peuple" pour faire accepter la dynastie inhumaine à la population. La seconde bonne idée est les nouvelles Sentinelles Kree, améliorées avec des pouvoirs tirés directement de Black Bolt. La contre-offensive contre l'Imperium Shi'ar commence, mais Lilandra a été capturée par Vulcan, ce qui va conduire, j'imagine, à une révolte d'une partie de la Garde Impériale.
  • 7 commentaires:

    ruinescirculaires a dit…

    J'attends avec impatience la suite du Batman scénarisé par Gaiman. J'ai acheté l'excellent premier épisode suite à vos recommandations. Ce dont je vous remercie.

    Phersv a dit…

    La suite, Detective Comics #853 paraît justement aujourd'hui !

    ruinescirculaires a dit…

    N'y connaissant rien, savez vous quand ce n° sera disponible à Paris. J'ai acheté le premier dans la librairie spécialisée du bld St Germain.

    Phersv a dit…

    Normalement, dès demain (s'il n'y a pas eu de retard). La distribution par l'Angleterre nous donne maintenant une simultanéité en Europe.

    ruinescirculaires a dit…

    Merci

    Anonyme a dit…

    Comment hal jordan peut il etre membre de plusieurs corps à la fois?Donc son costume est un amalgame bleu verdatre?

    Phersv a dit…

    Non, c'est encore plus bizarre, il a le costume vert et le costume bleu qui se partagent les deux côtés.

    Ce n'est pas très heureux.