dimanche 15 mars 2009

Le vote et le compte en banque



Yglesias tente souvent de rectifier la facilité conservatrice anti-bobo (terme favori des gens travaillés par le ressentiment) selon laquelle la bourgeoisie peut voter plus à gauche que les plus pauvres. Curieusement, il y aurait du vrai dans le cas français selon le graphique, où les plus riches voteraient moins pour les partis conservateurs en proportion que les plus pauvres. Ils ne précisent pas quelle période cela recouvre.

2 commentaires:

maruku a dit…

Évidemment, comme le suggère Yglesias, il faudrait moduler en fonction de ce qui est considéré comme 'conservateur' dans chacun de ces pays : En Grande-Bretagne, c'est très clair puisque revendiqué jusque dans le titre du parti, aux US on voit bien de quoi il s'agit, mais en Russie ou, dans un moindre mesure, en Pologne, par exemple, il serait intéressant de savoir ce qui est conservateur et ce qui ne l'est pas.

Dans le cas de la France, le mot 'conservateur' est tellement perçu comme négatif (restes de la Révolution ?) que le truc de la droite depuis de nombreuses années déjà consiste à dénoncer la gauche et les syndicats comme les "vrais conservateurs". Mais j'imagine que c'est tout de même l'UMP (+ le FN?) qu est défini ici comme recueillant le vote conservateur.

Phersv a dit…

Oui, ça doit être UDF+RPR et UMP mais cela m'étonnerait quand même un peu qu'ils y mettent le FN (en revanche, cela pourrait expliquer alors l'écart : le vote populaire FN sauf en 2007 serait une cause pour laquelle les classes supérieures votent proportionnellement moins "conservateur" au sens large ?).