dimanche 22 mars 2009

"Resaisis l'instant"



Les groupes de musique électronique et de "trip hop" comme Wax Tailor (Jean-Christophe Le Saoût) semblent atteindre un état curieux de nostalgie dans le contenu.

Hervé ("RV") Salters est un Français installé à Berkeley qui jouait du clavier pour Honeycut et a un groupe de funk électronique appelé General Electriks, qui à mon oreille peu éduquée fait assez écho beatlesque à 1968/72 ou au minimum Britpop années 90.

Voici Take Back The Instant du nouvel album Good City For Dreamers (disponible aussi gratuitement sur OurShop).



J'aime bien aussi Hey, Little Lady, Cottons of Inertia et Raid the Radio. Ils seront à nouveau à la Maroquinerie le 30 avril.

En parlant de technologie et de nostalgie, c'est vrai que l'ultime épisode final de Battlestar Galactica passé hier était (SEMI-SPOILER) une conclusion heideggerienne / luddite contre le règne de la Technique et le Gestell de l'Être, ou je surinterprète ?

Oui, certes, le retour cyclique à l'origine édénique est un cliché qu'on trouve aussi dans les Lois (Livre III) de Platon (et aussi dans un épisode de Twilight Zone il y a 45 ans).

5 commentaires:

Tom Roud a dit…

Bon, je n'y connais rien à Heidegger, mais il y avait certainement un côté "retour à l'Etat de nature" dans la fin de BSG. Le problème, c'est que du coup la civilisation coloniale disparaît corps et biens, et je doute que nos coloniaux apprécieront de voir mourir de nouveau leurs enfants de tout un tas de maladies.

En ce sens, c'est plutôt pour moi un suicide collectif, qui trouve écho dans certains épisodes précédents. D'ailleurs, toute la série annonçait bien que Kara Thrace et Gaius Baltar mèneraient l'humanité à sa perte.

Phersv a dit…

Pourquoi, ils ne deviennent pas nos ancêtres ? Je croyais que c'était ça la chute.

Il paraît que le message théologique est curieux aussi.

Tom Roud a dit…

Oui et non. Ils se mélangent à la population locale en abandonnant la technologie, donc ils deviennent en partie nos ancêtres (avec le personnage d'Hera comme Eve mitochondriale), mais leur civilisation meurt aussi du coup. D'ailleurs, plusieurs personnages principaux font le choix de vivre littéralement seuls, hors de la société. Ils sont censés arriver il y a 150 000 ans : manifestement, ils n'ont donc pas laissé grand chose, ni culture, ni écriture.

Le message théologique est effectivement assez curieux. Il y a un côté "Intelligent Design" incontestable, l'idée qu'il y a une "force" supérieure qui accompagne sans guider, mais qui laisse aussi une part au libre arbitre. C'est assez américain comme façon de voir les choses. Il y a aussi un personnage christique qui est Starbuck (l'ancien perso de Dirk Benedict).

Cela dit, c'était vraiment une belle série.

Anonyme a dit…

Pour ma part, j'y ai trouvé un echo de la thématique d'un Ragnarok cyclique (apocalypse des dieux nordiques), qui serait l'accès à la conscience des machines, la guerre, l'effondremeent de la civilisation, le recommencement.
La tentative de paix au mileu du final aurait été le bon moyen de briser le cycle, mais ça part en eau de boudin. Le cycle infernal semble avoir repris, le message semble clair dans les dernières images. Les robots ne sont pas nos amis...

Phersv a dit…

Mais cet Eternel Retour (Palingénésie) est aussi une idée très grecque. Et cela justifie enfin la fonction du polythéisme grec dans la série : ils sont nos ancêtres avec leurs Dieux olympiens (Athéna, Apollon) mais Prométhée (le Titan artisan qui fabrique les hommes et leur donne le Feu des techniques, la fabrication des Réplicants) finit toujours par terrasser les anciens Dieux et les remplacer par le progrès rationnel des techniques.

L'idée curieuse d'un Eternel Retour en SF est que nous sommes plutôt d'habitude dans la modernité dans l'idée d'évolution : Soit un Progrès utopiste (le Transhumanisme, depuis au moins la Nova Atlantis de Francis Bacon), soit la crainte d'une catastrophe finale dystopique (Samuel Butler prédisant dans Erewhon, 1872 que l'Evolution Naturelle va s'appliquer aussi aux Machines et qu'elles supplanteront donc l'Humanité comme une forme supérieure, d'où l'idée d'interdiction de toute machine sur Erewhon).