jeudi 26 mars 2009

DSK en 2012



Claude Guéant, l'Eminence Grise de l'Elysée, avec une totale et exemplaire bonne foi disait que DSK serait trop associé "à l'argent" et "aux riches" en 2012. Heureusement que ce risque ne pourrait concerner l'humble Président, qui a su rester si simple dans ses méditations presque puritaines - on se souvient de sa retraite pour entrer dans la fonction dans un couvent, et de son refus de hausse de salaire, du fait qu'il paye ses pauvres pélerinages, de son mépris pour ces tentations de ce monde auxquelles il a su renoncer dans une retenue quasiment franciscaine.

Ce soir, DSK était interrogé par Chabot, surtout sur la Crise financière bien entendu mais il passait déjà du FMI à sa future candidature. Chabot soulevait le fait que sa distance par rapport à Paris serait un obstacle.

Je ne vois en effet aucun autre problème du tout qui puisse menacer un jour l'exercice d'une campagne. On se demande quels dossiers d'un équivalent d'un nouveau Yves Bertrand le Président pourrait bien chercher à utiliser.

Pour la MNEF, il y a eu un non-lieu. Le chapitre entier dans Sexus Politicus où une journaliste de Libé avait failli porter plainte pour harcèlement ? Non, c'est sans doute une affaire privée.

Add. DSK (21h56) : "Il n'y a pas d'état de nature où on soit naturellement bon. Tout le monde a besoin qu'on le contraigne à accepter de règles de base de la société." (il parlait des banquiers et spéculateurs)

1 commentaire:

actus politikus a dit…

Merci pour ce billet qui vient contrecarrer nombre d'idées reçues sur les ambitions de DSK
Sur le sujet : http://actualites-politiques.blogspot.com/2009/06/sarkozy-2012-dsk-2012-dsk-sarkozy.html