mardi 3 mai 2011

Désamorcer et mériter

Vsrehp me demande de faire ce point :

Bien qu'en tant que croyant, je crois que seul Dieu peut juger, le courageux François Fillon a raison de dire qu'OBL "mérite son sort", comme Rudolph Giuliani disant qu'il prend plaisir à la "vengeance".

Il ne faut pas laisser à des cowboys le monopole des tripes et le Glaive vengeur. Et d'ailleurs, j'espère que le preux François Fillon sera cohérent jusqu'au bout et restaurera aussi la peine de mort que des conventions européennes liberticides voudraient nous interdire. Mais aussi la torture, qui doit avoir un pouvoir dissuasif et de vengeance encore bien supérieur à la simple peine de mort.

Quant à cette Kantienne Christine Korsgaard qui dit qu'il faudrait distinguer le droit dans une guerre à tuer un ennemi par légitime défense et la satisfaction morbide devant la vengeance, elle coupe les cheveux en quatre, comme tous ces sordides pinailleurs koenigbergeois :


"If we confuse the desire to defeat an enemy with the desire for retribution against a criminal, we risk forming attitudes that are unjustified and ugly — the attitude that our enemy's death is not merely a means to disabling him, but is in itself a kind of a victory for us, or perhaps even the attitude that our enemy deserves death because he is our enemy."

It is important, Korsgaard says, "not to confuse the desire for retribution with the desire to defeat an enemy. But because terrorism partakes of both crime and war, it is perfectly natural, and perhaps legitimate, to have both of these attitudes towards Osama bin Laden: to think that we had to disable him, and to think that he deserved to die."

The two sentiments should be kept apart, she says. "If we have any feeling of victory or triumph in the case, it should be because we have succeeded in disabling him — not because he is dead."

Je ne souscris pas à ce que dit Vsrehp, mais Korsgaard ne se contredit pas (à l'avant-dernier paragraphe) en concédant qu'il serait alors "légitime" de dire qu'il méritait de mourir si et seulement si elle justifiait (comme Kant) la peine capitale (elle dit seulement que la peine capitale est plus "controversée" que la "guerre juste").

4 commentaires:

hadyba a dit…

J'avoue que toute la journée d'hier j'ai baigné dans une sorte d'euphorie un peu bizarre où je me disais que c'était mal de se réjouir de la mort d'un humain tout en ne pouvant m'empêcher me sentir joyeux! A ma décharge, j'avais reçu une autre bonne nouvelle au même moment que j'apprenais le décès d'OBL.

Phersv a dit…

(félicitations alors !)

Je comprends tout à fait le sentiment (qui n'a pas ressenti une impression d'inachèvement quand Bush fils disait qu'il ne se souciait pas de son arrestation ?) mais je dois avouer que j'ai été plus perplexe qu'autre chose, qu'il n'ait pas été arrêté (soit, c'était peut-être inévitable, mais on apprend qu'il ne se défendait pas) et qu'on ait ensuite agi ainsi avec le corps.

Je ne veux pas être contaminé par toute cette paranoia fascisante actuelle (mes élèves me disent comme si c'était un fait évident qu'OBL n'est pas mort, qu'il était déjà mort, qu'il n'a jamais existé, etc) mais au minimum je trouve que l'Armée et l'Administration auraient pu faire plus d'efforts pour tenter d'empêcher cette paranoia de prospérer.

Nicolas a dit…

Je me faisais la réflexion suivante du fond de mon lit, en écoutant les éditions spéciales d'Inter : « Je suis en train d'écouter un long communiqué de presse de la CIA^W maison blanche ».
Ce n'est pas que je crois ou ne crois pas à la mort de Ben Laden. Si j'étais rédacteur en chef d'un média quelconque, je choisirai sûrement de relayer l'information parce qu'il est raisonnable de penser qu'elle est, pour l'essentiel, vraie.
Par contre, tout l'emballage, les détails, le spin sont hautement suspects comme n'importe quel info venant d'une source unique.
Ça fera une histoire très intéressante dans quelques semaines/mois/années quand on en saura plus mais c'est maintenant qu'on est obligé d'en parler.

Phersv a dit…

Oui, il vaudrait mieux attendre un peu que cela se décante et qu'on ne surinterprète pas des fragments de rumeurs contradictoires.

L'argument simple est qu'ils n'ont pas intérêt à laisser trop d'informations fausses ou bien cela leur retomberait dessus ensuite. C'est pourquoi ils viennent de redresser tant de petits détails qui avaient déjà commencé à circuler (non, il ne s'est pas servi de bouclier humain, il n'avait pas d'arme même si ses gardes du corps en avaient etc.).

Un exemple où l'imagination galope déjà pour rien est sur l'helicopter tombé à côté du bâtiment (et dont parlait aussi le twitter en direct de ReallyVirtual) : ils ont dit dans une version qu'il y a eu un problème de dysfonctionnement avec l'un d'eux au lieu de dire que ce Blackhawk aurait été abattu par un ennemi.

Mais d'un autre côté, je ne vois pas leur intérêt à changer ces détails sans importance.