vendredi 29 août 2008

dernier jour de vacances



Les vacances sont vraiment trop longues. J'avais même fini par oublier qu'elles avaient un terme. Je vais donc lire dans les jardins sans surfer et en déprimant de la vacuité de la vie et de la victoire à venir du Sénateur de l'Arizona.

Je n'ai rien d'original à dire sur le discours d'Obama. Les spécialistes diront qu'il n'y avait pas encore assez de concret. Je n'y crois pas tellement : les électeurs disent toujours qu'ils veulent des détails ("Issues" !) mais ce sont des bobards, ils pourraient les avoir s'ils s'y intéressaient sérieusement. Les modérés qui font vraiment l'élection s'endorment en réalité dès qu'il y a des détails et ils ne retiennent que des vagues slogans idiots du genre "Président du pouvoir d'achat", "Gagnant/Gagnant", "Ordre juste" ou "Travaillez plus pour gagner-plus".

France Culture ce matin se désolait que le PS ne s'intéresse pas assez à l'oeuvre prétendument "syntaxique" de George Lakoff (ils voulaient dire "sémantique" ou juste "lexicale"). J'ai rarement jeté mon appareil radio aussi loin.

Oui, c'est vraiment ce dont le PS a besoin, un sophiste vague dont le génie politique consiste à dire que le Parti démocrate c'est MAMAN et le Parti républicain c'est PAPA (j'imagine que la version française aura une couche de Lacanisme pour le rendre respectable). Je crois au contraire que Royal avait bien trop suivi les simplifications de Lakoff !

Une chose qui m'a frappé cette nuit dans le discours d'Obama est à quel point il parlait (sagement) peu justement des thèmes "noirs" (sauf un peu sur l'éducation de Michelle et lui). Il a sans doute eu raison mais j'aurais aimé quand même un peu de la forme ou du lyrisme du Discours "I Have a Dream" (peut-être trop éculé et cliché, c'était donc dangereux). Tous les commentateurs ne faisaient qu'évoquer Martin Luther King et le First African American Candidate, alors qu'Obama utilisait le discours modéré du DLC ou de Bill Clinton sur le retour de la Valeur Travail, et de "sécurité". En 1996 à Chicago, Obama avait critiqué le "workfare" de Clinton mais maintenant il reprend ce genre de références centristes. Je l'ai trouvé un peu trop irénique encore contre McCain. Il n'y a guère que John Kerry qui a su l'attaquer assez pendant cette convention, même Joe Biden n'a pas été assez direct et je crois qu'Hillary Clinton n'a même pas développé le fait que McCain était un dur "pro-life".

Il n'y avait aucune grande phrase mémorable. Il nous a resservi son "Ni Bleu, Ni Rouge, nos gars servent les Etats Unis d'Amérique". Je trouve toujours dommage que cete trivialité semble paraître si intéressante même chez des Américains sophistiqués. Son discours sur Joe Biden la semaine dernière avait un passage un peu plus chouette avec "il est l'homme qui peut changer Washington parce que Washington ne l'a pas changé". Ah, si, j'ai aimé un retournement rhétorique : il disait que ses adversaires disent "My Country, Right Or Wrong" et il ajoute "Ils ont raison, à condition de corriger ces erreurs !" (ce qui était plus habile que de critiquer l'expression elle-même).

Oh, j'ai enfin vérifié et l'auteur des discours de Kerry et Obama Jon Favreau n'est pas la même personne que le célèbre acteur et auteur d'Iron Man Jon Favreau (qui est aussi fan de D&D, ce qui aurait été quand même incroyablement cool, non ?).

La rumeur dit de plus en plus que McCain prendrait Tim Pawlenty, Gouverneur du Minnesota, comme vice-président (ah, ça commencerait par une promesse violée : Pawlenty avait dit en 2007 qu'il finirait son mandat de Gouverneur jusqu'en 2010).

Le Minnesota a 10 grands Electeurs et Obama y aurait pour l'instant une légère avance (Electoral Vote : Obama 47% / McCain 42%). Obama ne peut vraiment pas se permettre de perdre cet Etat. Le Minnesota avait voté pour Kerry en 2004 (de peu) et est traditionnellement démocrate (voire "social-démocrate" avec sa population scandinave luthérienne et sociale-agrarienne, même les Républicains de cet Etat ont pu être de gauche comme ce sympathique Harold Stassen qui fut l'un des rares à incarner cette aile gauche disparue au siècle dernier).

4 commentaires:

Ratafee a dit…

Kerry était excellent à Denver. A croire qu'il a regardé la vidéo de Royal à Villepinte

Nous acceptons d'être des sujets de Rudolf V. Des comploteurs républicains.

Tom Roud a dit…

"Oui, c'est vraiment ce dont le PS a besoin, un sophiste vague dont le génie politique consiste à dire que le Parti démocrate c'est MAMAN et le Parti républicain c'est PAPA"

Hum hum, honte sur moi, mais ce sophiste existe déjà : j'ai vu un jour Bigard (!) dire cela à la TV pour justifier le fait qu'un humoriste pouvait voter Sarkozy (et oui, il ne faut pas toujours favoriser maman par rapport à papa !).
Ah j'ai honte....

Anonyme a dit…

Aaaah ! Palin ! une pentecotiste !

Phersv a dit…

> Ratafee
Tiens, le Canard dit qu'il n'y avait que Wauquiez chez les Démocrates et que les socialistes étaient trop pris par leur "université d'été".

> tom roud
Ca renforce l'idée que les idées de Lakoff ne sont pas vraiment indispensables, non ? :)
Bon, cela dit, il y a bien sûr une part de vérité dans le fait que la gauche doit faire attention de ne pas reprendre le vocabulaire forgé par des think tanks républicains ("taxes sur la mort" pour les impots de succession par exemple).

> anonyme
Bien vu. La base électorale évangéliste reste décisive dans le GOP.