dimanche 31 août 2008

Token



Certaines personnes peu qualifiées qui réussissent par "tokenism" (et qui peut prétendre qu'un jeune gouverneur inexpérimenté de l'Alaska aurait été pris s'il était un homme ?) se trouvent dans la situation où certains reproches sont fondés (en raison du manque de qualification) et d'autres simplement des reflets d'idées préconçues.

Il sera piquant de voir tous ces Républicains conservateurs, qui ne cessent de hurler contre la rectitude politique et la discrimination positive, crier au sexisme dès qu'on rappellera les lacunes de leur candidate Palin (de même qu'il est drôle de voir ces clintonophobes ne cesser maintenant de chanter les louanges d'Hillary alors que leur public conservateur perplexe ne comprend pas ce revirement de stratégie). En même temps, il y aura sans doute vraiment certains dérapages sexistes, comme lorsqu'on se moque de ses enfants ou de son apparence (de même que Royal était à la fois pleine de défauts réels et en même temps victime de certains préjugés, comme récemment quand l'immonde Frédéric Lefebvre réclamait qu'elle "calme ses nerfs").

Une des raisons inconscientes pour trouver la réac Palin presque sympathique est - comme le remarquent le Daily Show et Yglesias - qu'elle ressemble vraiment à l'actrice Tina Fey (qui soutenait avec véhémence Hillary Clinton pendant les Primaires démocrates).

Le couple de Liz Lemmon et du directeur Jack Donaghy (Alec Baldwin) dans la série 30 Rock (dont j'ai déjà dit à quel point j'étais fan) préfigurait déjà celui de McCain / Palin. Il y a d'ailleurs un épisode où Donaghy dit son admiration pour ses deux amis républicains John McCain et Jack Bauer - quand Lemon lui fait remarquer qu'il n'existe pas, il lui assure que McCain est tout ce qu'il y a de plus réel.

Mudflats donne une perspective de l'Alaska. J'aime bien à quel point Palin est appréciée dans son propre Parti à Juneau.



Alaska State Senate President Lyda Green (R): “She’s not prepared to be governor. How can she be prepared to be vice president or president? Look at what she’s done to this state. What would she do to the nation?” (Green is from Palin’s home town of Wasilla.)

Alaska House Speaker John Harris (R): “She’s old enough. She’s a U.S. citizen.”


Et cela vient de ses amis Républicains qui la connaissent bien.

Il faut dire que Lyda Green a des raisons d'en vouloir à Palin, qui avait ri lors d'une émission radio conservatrice qui l'avait traitée de véritable "cancer" (sachant que Green, 69 ans, a en effet eu un cancer). Elle lui reproche aussi une forte hausse de la taxe sur le pétrole (qui pourrait au contraire être un argument en faveur d'une candidate légèrement moins vendue que ses collègues républicains).

Add.
Je me demande si le New York Times peut encore prétendre au titre de "newspaper of record" tant qu'ils publieront des ramassis de clichés infantiles comme Maureen Dowd, qui s'autoparodie maintenant depuis des années. Elle a été drôle dans le passé mais à présent on dirait vraiment qu'elle écrit seulement en endossant un personnage ridicule et en se demandant ce que ce personnage pourrait dire de plus superficiel sur un sujet politique.

On a un peu entendu parler de Meghan McCain par son blog et la campagne McCain a parfois cité leur fille Bridget adoptée en 1993 pour inventer une connexion avec Mère Teresa ou pour un tract pro-life. Mais malgré tout ce que cette fille adoptive pourrait représenter, la jeune Bangladeshi est souvent éclipsée des photos.

Add. 2 A front renversé

Palin plait beaucoup aux Républicains évangélistes en tant que chasseresse NRA pro-Bible et pro-derrick mais elle ne semble pas vraiment accomplir son but de séduire les femmes et les indépendants. Quant aux Clintoniennes, en dehors du cheval de Troie des PUMAs, on peut douter qu'elle apporte quelque chose : une Clintonienne qui préfère McCain à Obama n'est pas "amère", elle est seulement raciste.

Mais ce que je n'aurais pas vraiment imaginé est que Sarah Palin réussit même à déplaire à une partie de la Droite religieuse "christianiste" parce qu'elle travaille et a repris la carrière au lieu de rester avec son enfant né il y a 4 mois. Ce serait un argument très sexiste si les Démocrates l'utilisaient mais après tout le GOP est le Parti du sexisme qui a détruit l'E.R.A. et qui continue à empêcher son retour. Ils méritent donc ce qui leur tombe dessus : elle mobilise une base évangéliste mais déçoit quand même les plus ultra-réactionnaires.

4 commentaires:

all a dit…

De mauvaises langues disent qu'elle a eu un enfant Inuit

Phersv a dit…

Oooh, all, la T21 quand même...

Mais de fait, son mari Todd Palin aurait une grand-mère maternelle d'origine yup'ik.

maruku a dit…

Pour le NYT je ne sais pas ce qu'il leur prend en effet avec leurs histoires gnangnan sur le "charme" de la candidate (par les mêmes qui réclamaient à Obama un programme sérieux et qui s'interrogeaient sur ses similitudes avec Britney Spers). Sur ce coup là le Washington Post a tout de suite eu une meilleure tenue : "But the most important question Mr. McCain should have asked himself about Ms. Palin was not whether she could help him win the presidency. It was whether she is qualified and prepared to serve as president should anything prevent him from doing so. This would have been true for any presidential nominee, and it was especially crucial that Mr. McCain -- who turns 72 today -- get this choice right. If he is elected, he will be the oldest man ever to serve a first term in the White House."

Sur le danger des remarques sexistes, j'espère que Biden évitera de plagier Kinnock qui me rendais chaque fois Thatcher très légèrement sympathique lorsqu'il parlait de son sac à main.

Phersv a dit…

Oui, je crains que Biden ne la sous-estime.

Elle connaît nettement moins la géopolitique que lui (son point fort étant seulement la Bible, le Basket-ball, les armes à feu et le Pétrole alors que Biden est un des meilleurs spécialistes parmi les élus du Sénat) mais il risque de la rendre encore plus sympathique s'il se montre paternaliste ou méprisant vis-à-vis de la prétendue "soccer mom".

Mais après tout, il doit déjà être au courant de ce piège évident : même un frénétique comme Badinguet avait réussi à jouer la pondération dans son débat face à Ségolène Royal qui cherchait en vain à l'énerver.